×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Dette privée: Les émissions en baisse de 10,7%

Par L'Economiste | Edition N°:2335 Le 07/08/2006 | Partager

. Les TCN occupent les deux tiers du marché . Chute des émissions obligataire privéesL’enthousiasme des investisseurs pour le marché de la dette privée ne cesse de pâtir. «Globalement, le marché de la dette privée a connu en 2005 une atonie en raison des rumeurs de dévaluation du dirham qui a affecté les taux au jour le jour et par conséquent les taux obligataires. Ce n’est qu’au cours des quatre derniers mois de l’année que l’activité a repris sur le marché», souligne d’emblée l’étude de la DEPF. Les émissions ont porté sur 9,02 milliards de DH seulement, soit 10,7% de moins qu’en 2004. Les deux tiers de ces fonds ont concerné les titres de créances négociables (TCN). Le reste est placé dans des obligations privées. La régression des émissions cache une évolution contrastée des différentes composantes de la dette privée. Les obligations privées ont rompu avec les progressions réalisées en 2003 et 2004, essuyant une chute de 27% à 3,2 milliards de DH. L’année dernière a connu 8 émissions obligataires de maturité 5 ans et plus. Les principales opérations ont concerné SFI, BMCE Bank et Autoroute du Maroc (cf. www.leconomiste.com). «Le repli du marché obligataire en 2005 est attribuable, en partie, à l’absence sur le marché primaire d’émetteurs importants… D’autre part la hausse de la prime exigée par les investisseurs a renchéri le coût de financement», explique le rapport. A l’exception des billets de trésorerie, les émissions des TCN ont enregistré un bon cru. Les certificats de dépôts ont pratiquement doublé leurs émissions qui ont passé de 275 à 537 millions de DH. La BMCI était la seule à émettre sur ce marché. Les émissions des bons des sociétés de financement (BSF) ont progressé de 12,5% à 1,5 milliard de DH. Ces titres, émis par les sociétés de leasing et de crédits à la consommation, ont été souscrits à 64% par la CDG et 27% par les OPCVM.L’émission des billets de trésorerie a baissé de 9,6% à 4 milliards de DH, après la forte hausse réalisée en 2004. «Cette baisse s’explique par la réorientation des investisseurs vers les bons de Trésor à moyen et long termes offrant un rendement plus intéressant», explique l’étude. L’ONE et l’ONA ont dominé les nouvelles émissions sur ce compartiment. Les souscriptions étaient réparties entre les OPCVM (58%) et la CDG (40%). A noter que, la rémunération des TCN est restée pratiquement stable L’encours des TCN est resté pratiquement au même niveau qu’en 2004 totalisant 9,5 milliards de DH. Cette stagnation résulte de la compensation entre la baisse (10%) des encours des bons de sociétés de financement (BSF) et la progression de ceux des billets de trésorerie (BT) et des certificats de dépôts de 9,9 et 25,6% respectivement.N. Sq

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc