×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Dette américaine
Obama annonce 1.000 milliards de dollars d’économie

Par L'Economiste | Edition N°:3509 Le 15/04/2011 | Partager
L’opposition entre démocrates et républicains continue
Tous les secteurs concernés par les coupes budgétaires

Barack Obama: «Il est nécessaire d’atteindre les objectifs économiques fixés tout en protégeant la classe moyenne, les engagements vis-à-vis des personnes âgées et les investissements d’avenir»

Barack Obama a fixé les objectifs de baisse du déficit américain mercredi. Les 4.000 milliards de dollars cumulés sur 12 ans devront être réduits. A l’heure de la campagne présidentielle, le président américain s’est attaqué aux plans républicains concernant ce sujet épineux. Neuf jours après l’annonce de sa candidature pour un nouveau mandat présidentiel, le président s’est montré catégorique quant à la nécessité d’atteindre les objectifs économiques fixés «tout en protégeant la classe moyenne, les engagements vis-à-vis des personnes âgées et les investissements d’avenir ». Il paraît déterminé à gagner du terrain sur le débat budgétaire. Tous les secteurs devraient être concernés par ce plan de restructuration, y compris les programmes d’assurance maladie publics ou encore les dépenses militaires. Les classes fortunées seront aussi mises à contribution puisque ces dernières devront obligatoirement payer plus d’impôts. Barack Obama veut en finir avec les avantages fiscaux que les républicains comptent bien maintenir. Par ces mesures, le président veut réaliser 770 milliards de dollars d’économies sur des secteurs non sécuritaires et 480 milliards de dollars sur les programmes Medicaid et Medicare. Le déficit des Etats-Unis pourrait atteindre, selon les prévisions, 1.650 milliards de dollars cette année. C’est dans cette optique qu’il insiste sur l’importance d’organiser des coupes budgétaires drastiques qui seraient automatiquement activées si les objectifs ne sont pas atteints en 2014. Le but: maintenir les déficits sous la barre des 2,8% du PIB en moyenne ces trois prochaines années. Il prévoit une réduction de 1.000 milliards de dollars du service de la dette en cas d’adoption de ce programme. Une première? Pas vraiment, puisque d’autres présidents américains avaient proposé ce même dispositif par le passé.
La Chambre des représentants, majoritairement républicaine, adopte un discours à l’opposé de la vision présidentielle. Le 5 avril dernier, elle a présenté une proposition de budget pour l’échéance 2012 qui annonce des coupes drastiques en totale désaccord avec Barack Obama. Les républicains envisagent la restructuration de l’économie américaine par des réductions d’impôts pour les entreprises et les Américains les plus riches. Ainsi que la privatisation de programmes d’assurance maladie. En réponse, Barack Obama dénonce «une vision de l’avenir complètement pessimiste ». Un nouveau bras de fer s’annonce. La campagne présidentielle est bien lancée. Chaque camp devra séduire les Américains sur le terrain économique.

Houda SIKAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc