×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Des similitudes troublantes entre le rat et l'homme

Par L'Economiste | Edition N°:466 Le 18/03/1999 | Partager

· Les gènes des deux mamifères se ressemblent
· Les singes seraient donc relégués au second plan
· Nouvelle donne dans l'industrie pharmaceutique


L'Homme serait plus proche du rat que du singe. C'est ce que révèle une étude réalisée aux Etats-Unis. Des chercheurs à l'Université de l'Illinois à Chicago ont découvert que les gènes des rats se rapprochent infiniment plus de ceux de l'homme que ceux du singe.
Cette équipe de recherche, chapeautée par le Pr Win Chiou, a établi que les êtres humains et les rats possédaient la même capacité d'assimilation et de rejet de certains médicaments.
Cette trouvaille va avoir un impact décisif sur l'avenir de la production de médicaments. La détermination d'un dosage sûr et efficace d'un médicament dépend en grande partie de la capacité à prédire la quantité d'assimilation et le taux de rejet chez l'être humain. C'est aussi le meilleur moyen de réduire les coûts de développement des médicaments, ce qui éliminerait donc le besoin de tester les médicaments sur plusieurs espèces animales, en particulier celles qui sont plus chères que les rats, explique le Pr Chiou, pharmacologue de formation. Afin de se conformer aux normes de la Food and Drug Administration (FDA), l'organe fédéral chargé de contrôler et d'homologuer les produits alimentaires et pharmaceutiques aux Etats-Unis, les compagnies pharmaceutiques effectuent généralement des tests en laboratoire sur trois à six espèces animales différentes avant de se livrer à l'expérimentation sur l'homme.
Le scientifique a établi que les êtres humains et les rongeurs ont respectivement absorbé 64 médicaments et rejeté 54 autres à un taux semblable. Il estime que des tests menés sur des rats et sur une seule autre espèce animale pourraient s'avérer être suffisants. M. Chiou trouve que des similitudes existent entre l'homme et le rat concernant leur capacité d'absorption. Si par exemple le taux d'absorption d'un médicament chez le rat est de 20%, il sera également très proche de ce taux chez l'homme (bien que ce dernier pèse jusqu'à 300 fois plus que le rat, et que son appareil intestinal est 10 fois plus volumineux et plus long).
«Les singes sont très semblables aux humains, mais ils ne sont probablement pas autant utiles que les rats pour les études d'assimilation de médicaments», fait observer le chercheur. Il explique que les structures fondamentales intestinales des êtres humains et des rats sont semblables malgré les disparités qui existent aux niveau de la longueur et du volume de l'appareil intestinal.
A présent, les chercheurs de l'Université de l'Illinois comparent l'assimilation des médicaments chez les humains et les rats dans des sites intestinaux différents.
La FDA et les compagnies pharmaceutiques aux USA et à l'étranger ont invité le Pr Chiou à faire part des conclusions de ses recherches, en automne prochain à Barcelone, durant la réunion de la Fédération Pharmaceutique Internationale, ainsi que celle des pharmacologues de l'Asie du Sud-Est et de l'Ouest Pacifique à Tapei (Taïwan).

Radia LAHLOU (MAP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc