×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Des promesses de dons pour l'université virtuelle africaine…

Par L'Economiste | Edition N°:1510 Le 02/05/2003 | Partager

.Il faut 76 millions de dollars pour développer l'enseignement virtuel en Afrique.Une première conférence internationale pour la levée des fonds a eu lieu à MarrakechLes administrateurs de l'UVA (université virtuelle africaine) rejoindront leurs postes à Naïrobi les mains vides, mais avec beaucoup de promesses de dons. La première conférence internationale de l'université pour la levée des fonds a clôturé ses travaux le 29 avril à Marrakech sur un vent d'optimisme. En effet, des 76 millions de dollars sollicités pour le développement de l'enseignement virtuel africain, le président de l'UVA, Cheikh Modibo Diara et son conseil, ont obtenu 30%, soit 21 millions (à titre de promesses). A lui seul, le Canada, qui a soutenu l'UVA depuis sa naissance, a promis une enveloppe de 12 millions de dollars. “C'est un résultat plus qu'honorable”, souligne Diara, qui indiquera en outre que deux jours de conférence ne sont pas suffisants pour obtenir des engagements définitifs. D'un autre côté, la finalité de cette première conférence n'était pas uniquement budgétaire, semble-t-il dire. Cinq ans après son lancement, l'UVA cherche aujourd'hui à s'assurer l'adhésion et surtout la coopération de tous les pays africains. Diara insiste sur le fait que l'université virtuelle ne concurrence pas les universités africaines. En effet, l'UVA se donne plutôt pour objectif de renforcer leurs capacités, “en travaillant étroitement avec les ressources académiques africaines et en réalisant des économies d'échelles grâce à l'utilisation des technologies de l'information”. “Aujourd'hui, le développement des universités nationales se fera à travers la coopération et il est temps de développer la coopération Sud-Sud, souligne pour sa part Khalid Alioua, ministre de l'Enseignement supérieur marocain. Le Maroc, qui a accueilli cette première conférence pour la levée des fonds, s'est engagé à la soutenir et à mettre à sa disposition toutes les capacités de l'université marocaine. Le soutien et le message de SM de Roi étaient à ce titre significatifs. Le Souverain a appelé d'ailleurs à la réalisation d'un projet civilisationnel africain sur la base des technologies de l'information. L'UVA veut s'ouvrir à l'ensemble des pays africains et établir un réseau de communication propre. Dans ce développement, le Maroc peut jouer le rôle d'interface entre le nord et le sud.


L'enseignement à distance

A leur propre initiative, des universités marocaines se sont engagées depuis quelques années dans l'enseignement à distance. Certaines expériences ont été présentées lors de cette première conférence de l'UVA. C'est le cas de l'université virtuelle de Marrakech de la Faculté Semlalia en partenariat avec plusieurs universités européennes et le Mediterranean Network Universities. Il y a eu derrière la création d'une plate-forme pédagogique interactive: Medersa (modules de formation des enseignants, bibliothèque…). Un autre projet a été également cité. Il s'agit de Ikonos de l'Université Sidi Med Ben Abdellah de Fès (Euromed). Ce sont des cours à distance sur le patrimoine culturel de la Méditerranée lancés depuis mars dernier. Le cours est transmis depuis Malte et suivi en temps réel par 6 pays partenaires et 20 étudiants de chaque pays.Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc