×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Des pistes pour développer l’activité

Par L'Economiste | Edition N°:1880 Le 21/10/2004 | Partager

. Encourager le partenariat «Nous ne pourrons nous développer que lorsque nous créerons des alliances», estime la responsable des Editions Le Fennec, Layla Chaouni. Des alliances avec les éditeurs du monde arabe pour l’arabe et avec les éditeurs des pays francophones pour le français, notamment l’Afrique noire, précise-t-elle. Une idée que le patron des Editions Eddif concrétise avec succès depuis quelques années avec des éditeurs français notamment. «Cela nous permet d’abord de partager le risque et ensuite, de n’engager que 50% des investissements. Et finalement assurer une meilleure distribution au livre qui sera alors vendu dans les deux pays», explique Retnani. Autre piste à creuser: la participation aux rencontres professionnelles et salons du livre. «Participer à de telles rencontres permet une amélioration de notre production», explique Layla Chaouni. Et d’ajouter, cela permet aussi de s’imprégner des tendances et se faire connaître des éditeurs qui travaillent dans le même sens que nous et nouer des partenariats. C’est aussi l’occasion pour faire sortir la production marocaine de l’anonymat. Pour Hassan El Ouakhchachi, une solution serait que les éditeurs scolaires s’intéressent à la jeunesse et à la littérature générale pour constituer des catalogues solides. A titre d’exemple, il cite l’expérience du groupe Hachette qui illustre parfaitement, selon lui, le passage de l’éducatif à la littérature générale. Mais le plus urgent, estiment des professionnels, c’est de développer le lectorat. Pour cela, Layla Chaouni préconise plus de bibliothèques, plus de livres de jeunes Marocains issus de l’immigration, ou d’autres cultures, en traduction. Sans parler des prix littéraires à donner aux jeunes dans les écoles et lycées pour les sensibiliser et les habituer au livre en tant qu’objet. K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc