×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Des grèves sur plusieurs fronts

    Par L'Economiste | Edition N°:523 Le 07/06/1999 | Partager

    · Les trois principales centrales syndicales appellent à la grève

    · Les secteurs agricole et bancaire en tête

    La canicule qui s'installe s'étend au climat social. En effet, les principales centrales syndicales remontent au créneau. Ainsi, le Syndicat National des Banques (SNB), affilié à la CDT, appelle le personnel du CIH du siège et des agences à travers le pays à observer une grève générale de 24 heures aujourd'hui mardi.
    Pour M. Abdelkrim Benatik, secrétaire général du SNB, il est temps de tirer la sonnette d'alarme pour sensibiliser la direction sur la nécessité d'impliquer le personnel dans des négociations collectives. La difficile restructuration de l'établissement y est pour quelque chose.
    M. Abdelouahed Souhail, PDG du CIH, voit les choses autrement. Il pense que "si la grève était la solution aux problèmes que vit la Banque, il serait le premier à en lancer une série". Ce sera une première dans la culture syndicale. Mais le CIH a plus besoin d'une paix sociale. Il est "la banque la moins performante ayant accusé un retard considérable et surchargé par un sureffectif", dit-il en substance. Pour lui, le communiqué de la SNB ne contient pas de revendication précise: "Un véritable dialogue", "le retours sur des acquis".

    Dans un communiqué, la Direction Générale du CIH précise que le dialogue avec les partenaires sociaux n'a jamais été interrompu. Si elle est disposée à poursuivre le dialogue social, cela ne saurait se faire dans une surenchère dont l'institution ferait les frais.
    Pour des observateurs, ce mouvement de protestation s'explique par des rivalités syndicales dans le domaine bancaire. La CDT ne parvient toujours pas à s'adresser au Groupement Professionnel des Banques du Maroc où l'interlocuteur reconnu est l'USIB, affilié à l'UMT. Cette dernière est également majoritaire au sein du CIH et se désolidarise de cette grève. L'ABN Amro Bank n'est pas épargnée. Le SNB appelle le personnel à un sit-in de deux heures mercredi 9 juin, devant le siège de la banque à Casablanca.

    L'été sera chaud aussi ailleurs. Des grèves sont annoncées dans d'autres secteurs. La Fédération de l'Agriculture de l'UMT appelle le personnel à la grève pour ce 15 juin. Cet appel touche le personnel de l'Administration, des offices de mise en valeur et les entreprises publiques (Sodea). Ce mouvement sera accompagné par un sit-in devant quatre Ministères: l'Economie et les Finances, l'Agriculture, les Eaux et Forêts et le Département chargé de l'Emploi.
    Cette grève sera suivie par un autre mouvement de l'UGTM. Ce syndicat appelle à la grève dans le secteur agricole pour le 18 juin. L'UGTM, dont tout le staff est à Genève, se mobilise également sur d'autres fronts. L'enseignement en est un. M. Abderrazak Afilal, avant de se rendre en Suisse, a appelé à la grève au niveau de l'Education Nationale pour les 9 et 10 juin. Dans ce mouvement, il peut être rejoint par l'UMT en raison de "la justesse des revendications". L'Entraide Nationale (17 juin) et les camionneurs à partir du 14 juin (120 heures de grève) ne sont pas épargnés.
    Autre front, l'énergie et les mines. La Fédération Syndicale de l'Energie et des Mines (UGTM) a décidé d'observer un arrêt de travail préventif de 24 heures le 9 juin à travers tous les centres de la SCP et de ses filiales sur tout le territoire.


    Le social au CIH

    La DRH du CIH a adressé à l'ensemble du personnel une note qui récapitule les actions entreprises. Les plus importantes concernent le domaine social. C'est ainsi qu'environ 40 personnes ont pu bénéficier, au cours des cinq premiers mois de cette année, de prêts au logement pour un montant de 9,5 millions de DH. Ce qui porte l'encours total des prêts au personnel à plus de 350 millions de DH et le nombre des bénéficiaires de prêts au logement à 1.026 employés, soit 60% de l'effectif. Un programme de formation continue est en cours d'exécution. Le budget alloué pour 1999 s'élève à 7 millions de DH. A cela s'ajoute la titularisation de 136 agents et l'augmentation de plusieurs prestations (crèche, achoura...)

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc