×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Des artistes derrière les barreaux de Oukacha

Par L'Economiste | Edition N°:2739 Le 20/03/2008 | Partager

. Comment l’art peut améliorer le quotidien des prisonniers . Peintres, acteurs, musiciens…, un modèle de réinsertionL’art est-il un moyen de se raccrocher à la vie? En tout cas, les membres de l’association Relais Prison Société (Agir contre la récidive) mise sur cela pour faciliter la réinsertion des anciens détenus. L’enjeu est de taille. «Plus de 70% de récidives est enregistré dans le milieu carcéral», indique Youssef Madad, secrétaire général de l’association. «La réinsertion des détenus est un sujet plus que jamais d’actualité, et ce malgré le peu de médiatisation dont elle fait l’objet», ajoute-t-il. L’association vise ainsi à accompagner les gardiens par des formations en vue d’améliorer leurs relations avec les détenus, organiser un club de visiteurs pour les détenus sans famille et mettre en place un soutien scolaire aux jeunes prisonnières. L’idée est de mettre en place un «dispositif d’accompagnement à la réinsertion socio-professionnelle des détenus dans les prisons du Royaume», est-il indiqué. En effet, derrière les barreaux de la prison de Oukacha (prison civile d’Aïn Sbaâ), où résident près de 7.500 détenus, tout un univers carcéral se développe. Parmi les ‘‘pensionnaires’’ naissent des artistes à multiples talents. Les murs tout en couleurs de la prison de Oukacha en disent long sur le désarroi des prisonniers qui trouvent refuge dans le dessin, le théâtre, le sport, etc. Pour développer leur sens artistique, des soirées et des spectacles sont organisés dans les locaux de la prison où un centre culturel est mis à la disposition des prisonniers. Des pièces théâtrales sont écrites et interprétées par une équipe guidée par Abdel Majid Bensouda, qui a été durant sa détention (18 ans), à l’origine de la création de plusieurs troupes de théâtre de prison. Pour lui rendre hommage, la Fondation des arts vivants s’est déplacée dans le cadre de la 3e édition du festival «Allons au théâtre» qui s’est tenue du 6 au 16 mars à Oukacha. Près de 700 pensionnaires ont pu apprécier la pièce théâtrale «Kif Touier Tare». «La présentation de cette pièce de théâtre s’ajoute aux différentes activités artistiques proposées par la direction. Celle-ci prône la politique d’ouverture sur l’environnement extérieur», a indiqué El Maâti Boubiza, le directeur de la prison civile d’Aïn Sbaâ. Ce sont les acteurs Dounia Boutazzout, Abdessamad Miftah El Kheir, Abdellah Didane et Mohammed El Ouarradi qui ont interprété cette comédie, adaptée de la pièce «Le Bourgeois gentilhomme» de Molière. La pièce de théâtre, mise en scène par Hassan Hammouch, relate la vie d’un homme ordinaire qui devient, du jour au lendemain, l’un des propriétaires les plus fortunés. Malgré sa nouvelle apparence, il n’arrive pas à acquérir les bonnes manières de la bourgeoisie... Fatim-Zahra Tohry

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc