×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Dépenses publiques
Opportunités sans précédent pour les BTP

Par L'Economiste | Edition N°:2201 Le 26/01/2006 | Partager

. Jamais autant de chantiers depuis l’Indépendance. Infrastructures, villes nouvelles.... Accent sur les projets structurants LA machine de l’investissement va-t-elle enfin redémarrer? Fait nouveau, les opérateurs privés sont nombreux à y croire. Pour peu que les projets de création, d’extension ou de modernisation soient viables, 2006 pourrait être l’année de la grande reprise. A condition que les banques, elles aussi, jouent le jeu.Objectivement, la forte implication de l’Etat dans les grands chantiers constitue un signal fort en direction des entreprises. Plusieurs projets d’infrastructure ambitieux seront lancés dans les prochains mois. Ce qui constitue autant d’opportunités pour les entités locales. Ainsi, le budget 2006 prévoit une dotation globale de plus de 87 milliards de DH pour le financement d’investissements publics à réaliser dans les sept grandes régions du pays. Bien entendu, ces ressources émaneront à la fois de l’Etat et de ses démembrements. La note de présentation de la loi de Finances en précise la répartition: le budget général de l’Etat apportera 21,5 milliards de DH et les établissements et entreprises publics 49 milliards de DH. Les comptes spéciaux du Trésor débloqueront 6,5 milliards de DH et les collectivités locales 6 milliards, contre 3,5 milliards pour le Fonds Hassan II et 206 millions de DH pour les Services de l’Etat gérés de manière autonome.. Former des champions nationauxQuoi qu’il en soit, cette année sera riche en projets stratégiques dont les effets attendus seront structurants pour leur région respective. «Jamais le pays n’aura bénéficié d’un programme aussi riche et ambitieux en chantiers de construction, depuis l’Indépendance!» assure le président de la Fédération des BTP. Ce contexte exceptionnel incitera un nombre croissant d’entreprises à se regrouper pour constituer des «champions nationaux» structurés et faire face aux concurrents turcs notamment. «De toute façon, le secteur des BTP a toujours été ouvert à la concurrence et nos entreprises se battent très bien pour décrocher des marchés».En première ligne, le complexe portuaire Tanger-Méditerranée (Tanger-Med) est cité comme le projet-phare qui apportera des opportunités d’affaires importantes. Il requiert un investissement global de 16 milliards de DH pour la construction et l’équipement du port, l’aménagement de zones franches commerciales et logistiques et les infrastructures de connexion aux réseaux routier, ferroviaire, d’eau, d’électricité et de télécommunications. Mis en branle en 2005, ce projet connaît un rythme de réalisation accéléré et l’exploitation des premières installations est programmée pour 2007. A cela s’ajoute l’accélération du programme autoroutier. Il est prévu de porter le kilométrage moyen de 44 à 150 km par an. En 2006, l’autoroute Casablanca-El Jadida sera parachevée. Les travaux de construction des autoroutes Settat-Marrakech, Tétouan-Fnideq et la connexion du complexe portuaire Tanger-Méditerranée se poursuivront pour déboucher sur une mise en service en 2007. . Régime de croisièreAu programme aussi, la poursuite des travaux de construction de l’autoroute Marrakech-Agadir et le lancement de Fès-Oujda. Concernant la rocade destinée à relier les villes de Tanger et Saïdia, les tronçons Al Hoceïma-Ras Afrou et Al Hoceïma-El Jabha (186 km) seront mis en service en 2006 et 2007 respectivement. Le coût total de cette rocade est estimé à plus de 5 milliards de DH.Quant au programme des routes rurales, le régime de croisière sera atteint en 2006, à concurrence de 1.500 km/an contre 800 km auparavant. Concernant le réseau ferroviaire, une nouvelle ligne de chemin de fer d’une longueur de 117 km sera construite entre Taourirt et Nador, moyennant un budget de plus de 2 milliards de DH. Sans oublier la connexion du complexe portuaire Tanger-Med qui nécessitera un investissement total de plus de 3 milliards de DH. Par ailleurs, l’aménagement de la vallée du Bouregreg sera réalisé avec le concours du secteur privé. Montant du projet: 10 milliards de dirhams. A signaler également le programme de construction de villes nouvelles. Les chantiers de Tamesna près de Rabat et de Tamensourt à 8 km de Marrakech sont déjà bien engagés, celui de Tanger vient d’être lancé.Dans le secteur touristique, la poursuite du Plan Azur portera sur l’aménagement de 6 stations balnéaires d’une superficie globale de 3.000 ha pour un investissement total de 46 milliards de DH. Sur les 6 stations, 4 ont déjà été concédées: Saïdia, Lixus (Larache), Mazagan (El Jadida) et Mogador (Essaouira). Les démarches sont en cours pour la concession des deux stations restantes, à savoir Taghazout et Plage Blanche.Enfin, une enveloppe de 2,7 milliards de DH est dédiée à la construction de 3 grands stades à Tanger, Marrakech et Agadir. Leur mise en service est prévue pour 2009.


Les barrages programmés pour 2006

- Mazer dans la province de Settat pour protéger contre les inondations et alimenter la nappe phréatique.Délai de réalisation: 48 mois.Coût: 280 millions de DH pour un volume retenu de 14 millions de m3.Les appels d’offres sont en cours de lancement.- Complexe hydraulique dans la province de Settat: Barrages de Tamadroust (0,7 million de m3) et Quadrat Al Garn (33 millions de m3). Ce complexe prévoit la construction de 2 galeries reliant les 2 ouvrages, d’une longueur de 1.365 mètres et 4 mètres de diamètre.Délai de réalisation: 52 moisCoût: 480 millions de DH- Le parachèvement du Barrage Ouirgane à Marrakech (70 millions de m3) pour l’alimentation en eau potable et du Barrage Rmel (25 millions de m3) pour l’alimentation en eau potable et la protection contre les inondations du complexe portuaire Tanger-Med.. Répartition de la dotation budgétaire globale (87 milliards de DH)Collectivités locales: 6,9%Fonds Hassan II: 4%Services autonomes de l'Etat: 0,8%Etat: 21,5%Comptse spéciaux du Trésor: 7,5%Etablissements et entreprises publics: 56,3%Mouna KABLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc