×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Départs volontaires
La barre des 30.000 dossiers dépassée

Par L'Economiste | Edition N°:2022 Le 17/05/2005 | Partager

. 31.163 demandes ont été enregistrées et 13.468 acceptées. L’Education nationale toujours en tête Le département de Mohamed Boussaïd a franchi la barre psychologique des 30.000 demandes de départs volontaires de la fonction publique. Les dernières statistiques du ministère de la Modernisation des secteurs publics sont prometteuses. Ainsi, 31.163 demandes ont été enregistrées à mercredi 11 mai. Les demandes sont centralisées dans une banque de données qui a été créée à cet effet. Les hommes représentent 61,48% (19.161 demandes) et les femmes 38,52% (12.002). Autre fait marquant, la part des demandes émanant des échelles 10 et plus, y compris les hors-échelle, a perdu du lest sous l’effet de la montée des petites échelles. En effet, la part des hauts cadres était de 64% de l’ensemble des dossiers soumis. Elle n’est plus que de 59,3%. On reprochait au système des départs volontaires de ne s’intéresser qu’aux grandes échelles. Aujourd’hui, les petites se font de plus en plus présentes dans le processus «d’Intilaka» (le nom donné à l’opération). Un signe de réussite d’une opération par laquelle l’administration a voulu remédier au sureffectif dans la fonction publique et qui plombe le budget. La lecture des statistiques, selon l’âge, dégage une prédominance des plus de 50 ans. Ils représentent 67,13% des demandes, soit 20.920 dossiers. Les personnes de sexe masculin qui ont travaillé plus de 21 ans dans la fonction publique représentent 80,39% des demandeurs. Quant aux femmes qui ont plus de 15 ans de service, elles représentent 94,41% de l’ensemble de celles qui se sont proposées au départ volontaire. Selon les mêmes données statistiques, 43,21% des demandes (13.468) ont reçu un avis favorable de la part des administrations et 30,83% ont eu des accords de principe. C’est toujours le secteur de l’Education nationale qui vient en tête concernant le nombre et le pourcentage des demandes. Il représente la moitié de ces dernières (15.346 sur une armée de 273.886 employés). Toutefois, il occupe la dernière place au niveau des demandes approuvées avec seulement un pourcentage de 16,40%. Pour ce qui est de la part des demandeurs au sein d’une administration donnée, c’est le ministère du Commerce extérieur qui vient en tête. Sur les 199 fonctionnaires que ce département compte, 46 ont demandé le départ volontaire, soit un taux de 23,12% accompagné d’un taux d’acceptation de 60,87%. Le ministère de l’Intérieur vient en seconde position en ce qui concerne le nombre des demandes de départ enregistrées (2.428 sur un effectif de 19.254). Le taux d’acceptation est quant à lui de 74,46%. Depuis décembre 2004, date de lancement de l’option de départ volontaire, les critères d’acceptation des dossiers font l’objet de débat. Notamment sur les limites du pouvoir discrétionnaire de l’administration en matière d’octroi des autorisations et la marge de manœuvre du demandeur de défendre sa position. Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc