×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Demande de ciment: Hausse autour de 2% en 1995

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager

A fin novembre, les ventes de ciments ont enregistré une hausse de 3,6%, qui a profité à l'ensemble des cimenteries, sauf à celles de Tanger et de Tétouan. Le holding Lafarge Maroc s'est adjugé 41,5% du marché. La part de Cior se maintient autour de 22%.


Le ralentissement de la demande au dernier trimestre, et plus particulièrement au mois de décembre, devrait compromettre les prévisions des cimentiers. Ces derniers tablaient depuis le début de l'année sur un taux de croissance de 3%.
Vu les derniers chiffres de l'ACP (Association Professionnelle des Cimentiers) qui couvrent les onze premiers mois de 1995,
la demande devrait en effet finir l'année avec une hausse beaucoup plus proche de 2 que de 3%.
A fin novembre, la consommation s'est élevée à 5.830.802 tonnes en hausse de 3,6% sur la même période de l'année précédente. Pour atteindre le même niveau que celui enregistré à fin décembre 1994, soit 6.261.856 tonnes, la profession doit écouler au cours de ce mois 431.054 tonnes. En tenant compte du taux de croissance de la demande attendu cette année (3%), ce sont 618.909 tonnes qui devraient être vendues en décembre. Ce chiffre semble difficile à atteindre vu les conditions climatiques: les ventes de ciments tendent en effet à se rétracter en période de pluies.
Même avec un taux de progression de 2%, il sera permis de parler de relance, estiment des professionnels. Celle-ci devrait, comme déjà annoncé, se confirmer en 1996 sous l'impulsion non seulement du programme des 200.000 logements et des travaux d'infrastructures
mais aussi de la construction individuelle privée.


Il est à rappeler que la première tranche des 200.000 logements concerne la réalisation de 48.000 logements, entièrement prise en charge par le Ministère de l'Habitat. La tranche réservée aux collectivités locales porte, elle, sur 16.000 logements. Quant aux promoteurs privés, ils s'engagent sur 41.000 logements à travers le pays(1).
La progression enregistrée donc sur les dix premiers mois de l'année a profité à l'ensemble des cimenteries à l'exception de celles de Tanger (-0,7% à 199.082 tonnes) et de Tétouan (-8,7% à 204.439 tonnes). Il est à rappeler que la SNI et Lafarge ont regroupé, au sein d'un holding baptisé Lafarge Maroc, leurs intérêts dans les quatre cimenteries où elles sont présentes: les Cimenteries de Tanger et de Tétouan, Cinouca située à Casablanca et Cadem à Meknès(2).
En revanche, Cinouca et Cadem ont vu leurs ventes augmenter: +8,6% à 1.290.802 tonnes pour la première et +3,1% à 727.679 tonnes pour la seconde. Au total, les ventes du holding se seront accrues d'environ 4,5% pour s'établir à 2.421.912 tonnes, ce qui représente une part de marché de 41,54%.
La demande des Ciments du Maroc s'est améliorée de près de 4%, passant de 954.116 tonnes à fin novembre 1994 à 991.693 cette année. Cior a vendu 1.266.274 tonnes, soit 28.391 (ou 2,3%) de plus qu'en 1994, Asmar 627.655 (+3,9%) et Asment Temara 523.268 (+2% environ).

Hakima EL MARIKY .

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc