×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Délivrance des visas Schengen
“Graves difficultés”

Par L'Economiste | Edition N°:2387 Le 20/10/2006 | Partager

. Enquête à Casablanca, Moscou et Istanbul . La France veut remplacer les recrutés locaux par du personnel du ministère de l’Intérieur Y aurait-il des soupçons de corruption qui pèsent sur les agents des consulats français à l’étranger? Une mission dans les consulats français de Casablanca, Moscou, et Istanbul a fait apparaître de “graves difficultés” dans la procédure de délivrance des visas Schengen, a annoncé mercredi 18 octobre le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy. “L’étude fait apparaître de graves difficultés dans le fonctionnement de la délivrance des visas (de l’espace sans contrôles frontaliers) Schengen”, a dit Douste-Blazy lors d’un point de presse avec le rapporteur de la commission des Finances de l’Assemblée nationale sur la mission extérieure de l’Etat, Jérôme Chartier (UMP), auteur du rapport. Chartier a expliqué qu’à Moscou, les agents locaux gagnent “1.200/1.500 euros par mois”, et risquaient d’être séduits par des agences spécialisées dans l’obtention de visas qui proposent sur internet d’accélérer la délivrance pour 900 euros. “Le calcul est simple et rapide: il risque malheureusement de séduire un certain nombre de recrutés locaux”, a dit Chartier, qui propose la substitution rapide des recrutés locaux par du personnel titulaire du ministère de l’Intérieur pour l’instruction des visas. Douste-Blazy a annoncé l’envoi d’”une mission d’inspection associant l’Inspection générale des Affaires étrangères et la Direction des Français à l’étranger et des étrangers en France” au consulat de Moscou. “Elle a commencé son audit au début de cette semaine”, a-t-il dit. Chartier propose également des mesures pour “mieux identifier le risque migratoire, et l’institutionnalisation de la collaboration entre le ministère de l’Intérieur et celui des Affaires étrangères”. Douste-Blazy a dit qu’il allait “immédiatement proposer” au ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy “des échanges de personnels” entre consulats et préfectures.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc