×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Déchets spéciaux: L’urgence d’un centre de gestion

Par L'Economiste | Edition N°:2735 Le 14/03/2008 | Partager

. L’axe Casablanca-Safi le plus pollueur. Coopération germano-marocainePour améliorer les conditions de gestion des déchets spéciaux, le Maroc finalise deux projets. Il s’agit de la 1re phase du plan directeur national et une étude de faisabilité en vue de créer un centre national d’élimination des déchets spéciaux (CNEDS). L’étude préparatoire a été lancée en novembre 2007 et s’achèvera d’ici mi 2009 (cf, www.leconomiste.com).Experts nationaux et étrangers, décideurs, acteurs publics… ont pris part mercredi dernier à une journée de travail axée entre autres sur la mise en oeuvre d’un système de gestion intégrée de ces déchets. «La croissance démographique et le développement de l’activité économique se sont traduits notamment par l’augmentation des déchets estimés à 5 millions de tonnes dont 1/5 est de source industrielle», a souligné Abdelkebir Zahoud, secrétaire d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement. «Toute une stratégie nationale des déchets solides est mise en place», ajoute-t-il. A noter que l’étude de faisabilité pour mettre en place le CNEDS est financée dans le cadre de la coopération germano-marocaine par le biais de la KFW. La co-opération financière allemande mise une enveloppe de 10 millions d’euros (près de 111 millions de DH) pour l’éventuelle installation du projet. «L’élaboration d’un plan et d’un centre requiert la maîtrise du gisement des déchets produits et stockés», de l’avis des experts du Groupement du bureau d’étude. La mise en place d’un CNEDS permettra d’éliminer plus de 80% des déchets industriels dangereux et 50 à 75 % des déchets hospitaliers dangereux. C’est dire l’urgence de la concrétisation d’un tel projet au Maroc. Le Centre permettra notamment de traiter la majorité des déchets industriels et hospitaliers dangereux et aidera à la mise à niveau du secteur industriel marocain en tenant compte des normes internationales dans le domaine de l’environnement. Plusieurs zones sont retenues pour l’implantation de ce projet, mais ne seront dévoilées qu’à la fin de la 2e mission. Les experts marocains et leurs homologues allemands, ont notamment mis l’accent sur les risques des déchets tant pour la nappe phréatique que pour la sécurité des habitants de la région. Ils ont également relevé l’émergence de l’informel avec la remise en circulation des solvants et des résines... Les déchets industriels (chimie et parachimie, ciments, industrie minière, huiles, centres thermiques, pâte à papier…) représentent des volumes considérables. Selon les premiers résultats sur l’inventaire des déchets et analyse de la situation, la majorité des déchets est produite au niveau de l’axe Casablanca-Safi. Suivent d’autres régions comme Fès-Marrakech, Tanger-Tetouan et Agadir. F.Z.T

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc