×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Décharge de Médiouna
Le détail du cahier des charges d’Ecomed

Par L'Economiste | Edition N°:2740 Le 24/03/2008 | Partager

. Investissement de 1 milliard de DH sur 18 ans. En 2010, le dépotoir de Médiouna sera ferméAprès le ramassage des ordures, la Ville de Casablanca vient de confier la gestion de sa décharge publique au groupement maroco-américain Edgeboro International Ecomed Gesi. La convention de cette gestion déléguée a été signée en fin de semaine dernière entre le Conseil de la ville, la mairie et le groupement (www.leconomiste.com). «La gestion déléguée est une solution efficace pour la décharge publique car il s’agit d’un service qui demande professionnalisme et technologie, chose qui fait défaut aux Communes», affirme Mohamed Sajid, maire de Casablanca. Et d’ajouter que «la décharge a toujours été considérée comme un point noir. Nous avons déployé nos efforts pour son externalisation. Cela a été un long processus pour identifier le site, élaborer un cahier de charges bien ficelé et qui intègre les nouvelles dispositions de loi sur l’environnement».La société américaine a une double mission. D’abord, l’exploitation et la réhabilitation de la décharge actuelle de Médiouna. C’est une mise à niveau qui allongera la durée de vie de celle-ci et permettra sa mise à profit pendant deux années de plus. Ce délai est nécessaire pour la mise en place de la nouvelle décharge dans un site situé en face de la décharge actuelle. En 2010, le délégataire procédera à la fermeture définitive de celle-ci selon les règles de l’art. Ce n’est qu’après que le concessionnaire entamera l’exploitation du nouveau site.La concession ne consiste pas uniquement dans une exploitation pure et simple de la décharge, mais aussi en une valorisation des déchets pour que ces derniers rapportent de l’argent. En effet, les ordures serviront, selon une technologie de pointe, à produire de l’électricité avec une puissance à terme de 5 mégawatts. La valorisation passe aussi par le tri et la récupération de matières recyclables. Le cahier de charges fait obligation à Ecomed d’investir près d’un milliard de DH sur une durée de 18 ans. Mais la gestion déléguée elle-même n’est que de 16 ans, sans compter les deux années d’exploitation de la décharge actuelle. Cette gestion déléguée a un prix qui représente la rémunération du délégataire. La Ville doit en effet payer annuellement à Ecomed 41 millions de DH (hors taxes) pour la décharge existante et 56,5 autres millions pour le nouveau dépotoir. «Après de longues négociations avec la direction de l’Eau et de l’Environnement du ministère de l’Intérieur, nous avons pu obtenir le principe d’une aide financière». Le montant de cette aide sera fixé ultérieurement.


Tri manuel

Côté emploi, Ecomed créera 40 postes directs et 200 emplois indirects pour les trieurs. Ces derniers travailleront dans un espace de tri manuel aménagé par le concessionnaire. Enfin, ce partenariat avec Ecomed permettra à la ville de Casablanca de réaliser de grands progrès en matière de protection de l’environnement. D’autant plus que la décharge de la capitale économique représente plus de 20% des ordures ménagères du pays! Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc