×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Agenda

Début timide du premier salon des arts graphiques

Par L'Economiste | Edition N°:442 Le 12/02/1999 | Partager

La première édition du Siagraph(1), Salon International des Arts Graphiques, commence à petits pas. Les professionnels du secteur ne se sont pas pressés pour faire le déplacement. Les quelques exposants présents se plaignent du manque d'organisation.


A première vue, le Siagraph ne reflète pas l'image d'un salon dédié aux arts graphiques dans leur ensemble. Cet événement, qui à l'origine devait intéresser aussi bien des imprimeurs que des graphistes et des publicitaires, s'est transformé en un salon pour les imprimeurs. Ils sont pas moins de 40 exposants à y participer.
La dimension internationale soulignée par les promoteurs n'est pas très présente dans cet événement. Ses organisateurs ont vu grand sans pour autant disposer des moyens adéquats.
Côté sponsoring, la Royal Air Maroc est le seul partenaire du Siagraph. D'après un responsable de l'OFEC (Office des Foires et des Expositions de Casablanca), ce salon n'est pas d'une taille considérable. "Il aurait pu se glisser dans une manifestation d'envergure traitant par exemple de la publicité et de l'édition", confie l'Office. Si les prix des stands sont en partie raisonnables (600 DH HT le mètre carré), plusieurs exposants mettent en avant la faiblesse de la communication autour de cet événement. "La médiatisation du salon n'a pas été à la hauteur de nos ambitions", déplore M. Chakib Akasbi, responsable Commercial à Alumetaux.

Bon nombre d'autres exposants pointent du doigt la mauvaise organisation. Pour la première journée, la brochure n'était pas encore distribuée aux visiteurs et plusieurs stands situés dans des endroits stratégiques restent désespérément inoccupés. Les exposants pressentis se seraient désistés à la dernière minute. De nombreux exposants s'accordent à dire que ce salon ne présente pas de grandes nouveautés dans le domaine du graphisme et de l'imprimerie.
Les matériaux utilisés dans l'impression présentés sont caractérisés pas des améliorations dans leurs prestations aussi bien en termes de simplicité d'utilisation, que d'autonomie, de qualité d'impression, de rapidité...

(1) Organisé du 8 au 14 février 1999.


Les nouveautés à retenir


Dans le domaine de la prépresse, la société Redagraph présente une nouveauté. Il s'agit du traitement "On-line d'Agfa". Ce système intègre les fonctions de flasheuse (production des films avant impression) et des développeuses (rendent les films plus clairs). Avant l'intégration de ce concept, les professionnels devaient se déplacer entre les deux avec une perte de temps. Il s'agit maintenant d'une seule unité de production traitant automatiquement et indépendamment les travaux de la prépresse. En ce qui concerne la production de films, la société Alumetaux expose une gamme appelée Grafityp certifiée ISO-9002. Avec 200 couleurs, cette gamme est spécialement destinée aux travaux d'enseignes dont la largeur peut aller de 378 à 1.500 mm. Côté impression numérique particulièrement, si les matériaux exposés sont déjà connus des professionnels, leur taux de pénétration sur le marché n'est pas pour autant important. A ce niveau, la société Emultec présente la marque Encad série Novajet Pro. Cette gamme sans révolutionner l'impression numérique, facilite l'utilisation et donne une meilleure qualité visuelle.

Mohamed DOUYEB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc