×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dans la soute de Tanger Med, tout un pôle de développement

Par L'Economiste | Edition N°:2407 Le 23/11/2006 | Partager

. 45 milliards de dirhams d’investissements projetés. Le rythme de réalisation des infrastructures s’accélèreJamais, dans l’histoire, un projet n’a autant marqué l’avenir d’une région. Dès la confirmation du projet en 2002, les donnes ont largement changé. Jamais Tanger et Tetouan n’ont autant été au devant de l’actualité que ces dernières années. Si le port sert de levier pour le développement du commerce international et la connexion du Maroc dans la globalisation, il est avant tout un pôle de développement pour toute une région. Sans Tanger Med, le rythme de réalisation des infrastructures dans la région n’aurait pas été le même. Sans ce port également, beaucoup d’entreprises ne se seraient pas implantées à Tanger. Et l’effet d’attractivité de Tanger Med n’est qu’à son début. Pour tout le chantier, l’investissement prévu est de 15 milliards de dirhams. Le port étonne par le concentré de technologie de construction qu’il ramène au Maroc. C’est la première fois au Maroc que des caissons seront utilisés pour construire la jetée principale. Cette technique était auparavant réservée à la construction des digues de protection. A Tanger Med, ils ont la taille d’un immeuble de 9 étages de haut, avec une base allant jusqu’à 28 mètres carrés. Ils sont façonnés dans un béton spécial qui est censée résister à l’environnement agressif des fonds de mer et durer plus de cent ans, selon un ingénieur de TMSA. Les caissons ont été construits sur terre et traînés sur des rails pour être mis à l’eau. Vides de l’intérieur, les blocs flottants de béton ont été tractés jusqu’à leur emplacement final. Chaque caisson pèse plus de 6.000 tonnes! . Une zone logistique adossée au portUne autre prouesse technologique reste l’autoroute Tanger/Oued Rmel. Longue de plus de 54 kilomètres, elle coûtera plus de 4 milliards de dirhams. Ce sera sans doute l’une des plus chères du pays, selon des sources au ministère de l’Equipement. C’est la topographie qui a rendu la facture aussi salée. Le tracé devra en fait traverser des terrains escarpés, avec l’obligation de traverser des collines de la hauteur comparable aux tours du Twin Center de Casablanca. Le Nord souffre aussi du phénomène des terrains humides. Ce qui oblige à mettre en place des techniques élaborées et coûteuses pour drainer les eaux et assurer la stabilité du tracé autoroutier. En plus de l’autoroute, une liaison ferroviaire de 45 kilomètres reliera le port Tanger Med au réseau ferroviaire national. Dans le chapitre des infrastructures, le port entend multiplier par cinq l’offre actuelle de zones franches industrielles. Plus de 900 hectares sont ainsi prévus pour un investissement initial de 30 milliards de dirhams, essentiellement à la charge du privé. Il s’agira d’abord d’une zone logistique dédiée aux activités d’appui et de transformation légère. Elle est directement adossée au port Tanger Med. A une trentaine de kilomètres se place la zone franche de Melloussa à laquelle un projet d’extension est d’ores et déjà prévu sous le nom de Melloussa II. Son lancement sera tributaire de la demande en faveur des terrains industriels, notent des promoteurs du projet. En attendant la mise en place de ces zones, l’offre en terrains sous douane est assurée par la Tanger Free Zone. Cette dernière vient de lancer son projet d’extension de 60 hectares portant la capacité à terme à plus de 165 hectares, avec en plus une importante réserve d’extension.


Routes, chemins de fer, etc.

Afin de relier le port aux zones franches et de connecter la Zone économique spéciale dépendant du port Tanger Med au reste du pays, l’État s’est engagé à réaliser :- Une autoroute de 61 km reliant l’autoroute du Nord (Rabat -Tanger) au port Tanger Med;- Une liaison autoroutière reliant la zone commerciale au port;- Une route express à deux voies reliant le port à Fnideq, au site choisi pour le développement d’une zone franche commerciale;- Une connexion ferroviaire de 45 km connectant le futur port au réseau ferroviaire national.Par ailleurs, il est également prévu de doter la région de nouvelles voies de communication en vue de la désenclaver et la relier aux grands centres du Royaume. La route reliant Tanger à Tétouan sera transformée en une voie express, alors qu’un tronçon autoroutier de 38 km connectera Tétouan et Fnideq.A. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc