×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Daewoo: Les premiers coups de pelle

    Par L'Economiste | Edition N°:300 Le 16/10/1997 | Partager

    Ce sont 500 millions de Dollars, soit environ 5 milliards de DH, qui seront investis, un premier temps, par Daewoo dans trois projets: hôtellerie, électronique et automobile. Mais le groupe sud-coréen ne s'arrêtera pas là. Il compte aussi investir l'électroménager et les télécoms.


    L'événement a été fortement médiatisé. Les difficiles et longues négociations ont finalement abouti à la conclusion d'un contrat passé entre le groupe sud-coréen Daewoo et le ministre des Finances, du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat. Il porte sur un investissement de 500 millions de Dollars, soit environ 5 milliards de DH. Ce montant est présenté comme la moitié de l'investissement global évalué à 1 milliard de Dollars. Mais ce premier train d'investissements concerne en fait trois projets.

    6.000 emplois


    Le premier a trait à l'hôtel Hilton. Celui-ci fera l'objet d'un package de 60 millions de Dollars, soit près de 580 millions de DH. Outre un important programme de rénova-tion, le projet prévoit l'extension du palace dont les travaux ont officiellement été lancés le 9 octobre dernier. Pendant l'année 98-99, Daewoo procédera à la construction de bâtiments d'une superficie de 40.000 mètres carrés comprenant des bureaux et une salle de conférences pouvant accueillir jusqu'à 3.000 personnes. L'hôtel sera équipé d'une galerie com-merciale avec deux sous-sols et des appartements meublés d'une superficie totale de 19.000 mètres carrés. La réalisation de cet investis-sement permettra la création de 300 emplois, assurent les promoteurs de cette opération. Selon eux, cette initiative s'inscrit dans leur stratégie de créer une chaîne hôtelière Daewoo au niveau mondial.
    Le deuxième projet, qui nécessitera une enveloppe de 200 millions de Dollars, soit 1,9 milliard de DH, concerne le secteur de l'électronique. Sur ce registre, une usine sera installée dans la zone industrielle de Nouaceur, d'où sortiront 2 millions de tubes cathodiques et 1 million de téléviseurs par an. L'objectif est d'exporter jusqu'à 80% de la production.

    Troisième projet, mobilisant un montant équivalent, est tourné vers l'équipement et l'assemblage automobile. Le groupe sud-coréen compte construire des unités pour produire 100.000 voitures par an. Les véhicules qui sortiront de ces chaînes sont destinés à l'exportation et au marché local.
    La réalisation de ces deux derniers projets ne manquera pas d'employer 5.700 personnes et devra générer 300 millions de Dollars d'exportation dès les premières phases de l'entrée en production des deux unités.
    Le groupe Daewoo ne dissimule pas ses intentions d'investir d'autres secteurs: l'électroménager et les télécoms. A ce niveau, pas moins de 240 millions de Dollars, soit environ 2,3 milliards de DH, seront consacrés au GSM cellulaire.
    Cependant, avant de parvenir à la signature de ce contrat, les longues et fastidieuses négociations entre les deux parties ont abouti à l'élaboration de deux accords. L'un porte sur la convention du projet d'accord maroco-coréen relatif à la non-double imposition sur le revenu et sur le capital. Paraphé en juillet dernier à Séoul, le document sera ratifié. L'autre accord, qui a trait à la promotion de la protection réciproque des investissements, est en cours de discussion.


    Les pelles contre le marteau


    Le lancement des travaux d'extension de l'hôtel Hilton n'a pas dérogé à la règle sud-est asiatique. Daewoo a tenu à ce que cette cérémonie soit un événement. Tout le gratin de la finance, de l'industrie et une flopée de ministres étaient de la partie. Tous ces VIP ont eu droit à une cérémonie de «la pose de la première pierre» dans laquelle manquaient curieusement la brique et le marteau. Un remblais de sable d'environ 20 mètres de long et 60 cm de haut attendait les ministres et le conseiller du Souverain pour les Affaires Economiques et Financières et les responsables sud-coréens. Pour lancer les travaux, ils se sont alignés tout au long du remblais, les mains gantées de blanc prêtes à prendre la pelle dont les manches étaient recouverts de tissu blanc. Et au signal, ils ont retourné le sable. Visiblement, plusieurs d'entre eux ont pour la première fois pris une pelle. La légèreté du marteau manquait à «la pelle».

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc