×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Cuir: Des formations pour faire face à la crise

    Par L'Economiste | Edition N°:2925 Le 22/12/2008 | Partager

    . Taahil Al Mokawalat, projet de modernisation des PME. Convention tripartite ANPME-Fedic-GTZ«Nous devons multiplier nos efforts pour sortir gagnants de la crise», c’est ce qu’affirme Mohamed Amaïz, le président de la Fédération marocaine des industries du cuir (Fedic). Pour réussir le pari, certaines entreprises ont adopté des programmes de formation. Elles ont été présentées jeudi dernier lors d’une rencontre tenue à Casablanca. Une convention tripartite ANPME-Fedic-GTZ (coopération technique allemande) a permis d’accompagner plus d’une soixantaine d’entreprises de cuir dans différents programmes de formation/coaching. Il s’agit de la Gestion environnementale profitable (GEP), l’intégration dans le processus de modernisation compétitive (IPMC), la Mod’Innov-Innov’Act et le coaching… Ce sont des programmes assurés par Cabinet Licorne et Compétences conseil. Les consultants ont proposé aux industriels 5 plans d’actions: l’organisationnel/chaîne de valeur, les relations clients/fournisseurs, la gestion de la production et gestion rationnelle des ressources ainsi que la communication et la promotion. Grâce à ces programmes, les entreprises ont amélioré leur efficacité énergétique et optimisé l’utilisation des matières premières…, d’après certains témoignages. Ce qui leur a permis de réaliser de considérables économies. Six entreprises ont, ainsi, adopté un ensemble de mesures pour un coût total d’environ 6,5 millions de DH lesquels ont généré des économies d’un montant de 15 millions de DH. D’autre part, la méthodologie GEP a permis la réduction des coûts et augmentation de la productivité, des déchets, des eaux usées, des émissions… et surtout la mise en œuvre de mesures d’amélioration santé et sécurité au travail. Pour ces PME, la formation est le meilleur moyen de s’assurer une main-d’œuvre qualifiée et polyvalente. «C’est avec la compétitivité que la différence se fera entre pays», indique Latifa Echihabi, directeur général de l’ANPME (Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise). C’est en 2012 que la zone de libre-échange entre le Maroc et l’UE sera pleinement opérationnelle. Pour s’y adapter et être compétitif, le Maroc et l’Allemagne ont mis en place le projet Taahil Al Mokawalat «GTZ-TAM». Ce dernier contribue à la mise en œuvre de la stratégie nationale de modernisation compétitive des entreprises marocaines et cela en partenariat avec l’ANPME. Les services de modernisation compétitive proposés s’articulent autour de 3 axes, à savoir la promotion de l’innovation, l’environnement et l’entrepreneuriat féminin. Fatim-Zahra TOHRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc