×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Croissance: 6,7% au deuxième trimestre 2008

Par L'Economiste | Edition N°:2835 Le 06/08/2008 | Partager

. Les activités non agricoles en progression. La consommation augmente malgré la hausse des prixMÊME si la conjoncture internationale n’est pas au beau fixe, l’économie marocaine résiste contre vents et marées. Tel est le message que le Haut commissariat au plan (HCP) semble adresser dans sa note de conjoncture de juillet 2008. Celle-ci relève que l’activité économique s’est illustrée par un dynamisme tangible durant le premier trimestre de l’année en cours. La croissance globale a été évaluée à 7% pendant cette période, avant de se replier à 6,7% durant le second trimestre. La dynamique des activités centrées autour de la demande intérieure devrait assurer une continuité à cette performance au troisième trimestre.Au niveau des échanges avec l’extérieur, les tensions inflationnistes dues à la hausse des cours du pétrole se sont répercutées sur les prix des matières premières industrielles, ainsi que sur ceux des produits alimentaires. Ce qui a donné lieu à une augmentation des importations, tout au long des cinq premiers mois de l’année. Ces dernières ont connu une hausse de 27,7% en variation annuelle. Le résultat en a été un alourdissement du déficit commercial, ainsi qu’un recul du taux de couverture, qui a fini par se situer à 50,4%. Par contre, les exportations ont connu une évolution favorable (+22,9%), notamment des phosphates et dérivés, qui ont bénéficié de la hausse des cours mondiaux. En dehors de ces produits, la demande extérieure sur les produits marocains a plutôt stagné. Les ventes à l’étranger ont subi les contrecoups des difficultés conjoncturelles des pays destinataires. La demande adressée au Maroc est passée de 2,4% au troisième trimestre 2007 à 1,5% au premier trimestre 2008.Cependant, la demande locale a contribué à l’atténuation des effets du ralentissement de la demande extérieure. Le début de l’année 2008 a été marqué par le dynamisme de certaines activités telles la construction, l’agriculture, les télécoms ou encore l’industrie. Ce dernier secteur se situe d’ailleurs légèrement au-dessus de sa tendance de moyen terme. Selon le HCP, «l’accroissement annuel de la valeur ajoutée industrielle a atteint 5,3%, au premier trimestre 2008, contre 3,1% à la même période de 2007». La demande en produits manufacturés pourrait avoir contribué à cette évolution.La tendance haussière observée dans le secteur industriel a pu être observée ailleurs. La construction a vu sa valeur ajoutée croître de 10,3% en variation annuelle. Cette même valeur a augmenté dans l’agriculture et l’énergie (respectivement de 9,5% et 4,1%).L’emploi en milieu urbain a également connu une amélioration, grâce à l’effervescence des activités non agricoles. Au premier trimestre 2008, le nombre de chômeurs a diminué de 6,3%. Par contre, en milieu rural, la tendance s’est inversée en une hausse de 1,4%.Concernant la demande intérieure, elle poursuit son mouvement ascendant, enclenché en 2004. Le taux de croissance moyen des trois dernières années s’élève à 15,3%, contre 6,8% pour la période 2000-2005. Le rythme de progression de la consommation des ménages reste soutenu, et ce malgré les hausses de prix constatées durant les deux derniers trimestres. Les interventions de la caisse de compensation contribuent à atténuer les effets de ces hausses. A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc