×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

Crédit Lyonnais: Une perte de 1,8 milliard de Francs en 1992

Par L'Economiste | Edition N°:74 Le 08/04/1993 | Partager

"Faites-nous une bonne économie, nous vous ferons une bonne banque", a lancé M. Jean-Yves Haberer, président directeur général du Crédit Lyonnais, en annonçant les résultats de l'année dernière.

L'exercice 1992 de la banque nationalisée s'est soldé par une perte nette (part du groupe) de 1,8 milliard de Francs contre un bénéfice de 3,1 milliards un an auparavant. Pour M. Haberer, il s'agit "d 'un événement qui affecte très sérieusement la direction générale du groupe". Ce déficit, le quatrième de l'histoire du Lyonnais, résulte de l'effet conjugué de la récession économique et de l'importance des provisions.

Effectivement, selon le PDG de la banque, l'explication des contre-performances affichées l'an dernier tient à un "effet de ciseaux entre, d'une part, la crise économique qui fragilise les clients en France et en Europe et, d'autre part, l'évolution accélérée des risques pris par le Crédit Lyonnais Nederland entre 1986 et 1988".

Les risques "inconsidérés" pris par la filiale néerlandaise du groupe se sont traduits dans les comptes de 1992 par un accroissement de 86% des dotations nettes aux provisions pour risques clientèle.

La dotation nette totale aux provisions d'exploitation est passée de 9,6 à 14,7 milliards de Francs, enregistrant une nette progression de 53%. A fin 1992, le stock de provisions s'élevait à 76,8 milliards de Francs, près de 17 concernant l'acquisition de la banque allemande BfG.

Le Crédit Lyonnais a notamment pâti des difficultés des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et de l'immobilier. En 1992, la banque a dû provisionner 2.400 dossiers clients, un nombre en hausse de 27%.

Au total, les PME lui ont coûté près de 6 milliards de Francs.

La crise de l'immobilier représente 20% du total des provisions. La dotation inscrite dans les comptes 1992 s'établit à 3,5 milliards, ce qui porte à 6 milliards de Francs le stock de provisions et à 25% le taux moyen de couverture. "Les encours se répartissent presque à parité entre le logement (50%) et l'immobilier d'entreprise (46%)", précise le Crédit Lyonnais.

Et d'ajouter, "l'étranger totalise environ 30% des encours, répartis sur quatorze pays sans que la part d 'un seul n'excède 20%".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc