×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Coût de la vie: Plus cher au mois d’août

Par L'Economiste | Edition N°:1869 Le 05/10/2004 | Partager

. L’indice a augmenté de 1% par rapport au mois précédent. A l’origine de la hausse, les prix des produits alimentairesLE coût de la vie s’est renchéri en août. Selon les dernières données du Haut-Commissariat au Plan, l’indice du coût de la vie a enregistré une progression de 1% à fin août par rapport au mois précédent. Fait non étonnant pour le mois d’août, où la consommation est généralement boostée par la demande des MRE, connus pour être de bons consommateurs. Pour rappel, l’opération transit a enregistré au cours du mois d’août plus de 700.000 entrées, soit une hausse de plus de 20%. Cela s’est donc ressenti au niveau de la consommation et des prix.Toutefois, en glissement annuel, l’ICV moyen des huit premiers mois de l’année 2004 a connu une évolution plus importante, de 2%, par rapport à celui de la même période de l’année 2003. La hausse de l’ICV du mois d’août tient essentiellement aux produits alimentaires dont l’indice a augmenté de 1,9%. Pour cette catégorie de produits, l’indice moyen des huit premiers mois de l’année a connu une hausse de 2%, contre 1,5% pour la même période de l’année précédente. Par ailleurs, si les transports et communications ont réalisé une nette progression de 1,5%, les produits non alimentaires ont accusé une légère hausse de 0,4%. Le reste des composantes de l’ICV est demeuré dans l’ensemble stable. Pour les analystes de l’Institut national d’analyse et de conjoncture (INAC), cette évolution est au-delà des prévisions. «On s’attendait à une inflation plus modérée», indique-t-on. En effet, les retombées positives de la campagne agricole devraient orienter à la baisse, durant les premiers mois, les prix des produits frais. Toutefois, l’augmentation inattendue des prix de l’énergie a dû renverser la tendance. Les choses n’ont pas l’air de s’arranger pour les mois prochains. L’institut s’attend à un taux d’inflation un peu plus élevé, surtout avec la montée des dépenses de la rentrée et l’approche du mois de Ramadan.Par villes, les indices mensuels ont connu des variations allant d’une stagnation pour Kénitra, à 2% pour Oujda et 0,4% pour Rabat.En glissement annuel, les variations des huit premiers mois par villes restent, quant à elles, caractérisées par une dispersion relativement importante. Elles sont de 1,2%, pour Casablanca et Laâyoune, à 3,8% pour la ville de Fès. En dehors de celle-ci, les taux de variation les plus importants ont été enregistrés au niveau de Marrakech (+3,1%), Meknès (+3%) et Tétouan (+2,4%). Suivies de près par Rabat et Tanger (+2,3%), Oujda (2,2%), Kénitra et Agadir (+2%). Meryeme MOUJAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc