×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1880 Le 21/10/2004 | Partager

Terres agricoles: Faut-il appliquer la préférence nationale?

■ C’est le jeu!Premièrement, je suis heureux d’être le premier à réagir sur les terres agricoles. Je crois qu’on n’a pas à s’inquiéter d’une invasion. Au contraire, ce sont généralement des terres peu ou mal exploitées qui seront léguées, pas forcément aux étrangers mais à toute personne physique ou morale, qui pourra remporter l’appel d’offres. Bon, admettons que ce soit en majorité des étrangers, sachant le favoritisme capitalistique qui régit ce genre de business, je reste confiant car la législation agricole sert aussi à gérer ce genre de choses. N’oublions pas que le Maroc s’ouvre avec tout ce que ça peut engendrer comme gains ou pertes. Je pense que ce débat est définitivement clos, et nous sommes de plus en plus sur un marché géré par les lois de la concurrence, à nous de faire en sorte que cette concurrence reste au moins un peu pure et parfaite. Bon Ramadan à tous.❏Marock1■ Le marchéEst-que le Maroc voudra faire une application du paradoxe de Bertrand ou bien rééquilibrer le marché de biens et services (par une injection de fonds), rééquilibrer la balance commerciale? Théoriquement, un investissement étranger sera pour une augmentation du (facteur multiplicateur) du PNB étranger et pour le PIB du Maroc (1-c)/Y, donc c’est une hausse minime que juste avec 1 ou 2 M$ on aura le triple. Donc à eux de savoir.❏T.■ ThéorieEn plus de ta belle théorie financière et économique, je dirais, en outre, que les soumissionnaires occidentaux sont les bienvenus, car en matière d’agriculture comme dans d’autres domaines, ils ont beaucoup de choses à nous apprendre, vous n’avez qu’à revenir à l’époque du protectorat quand les colons, autour de Casa et pas mal de régions (Tadla, etc.), ont mis sur pied de très belles fermes, qui aujourd’hui, malheureusement, ne sont plus que des ruines, seuls des palmiers et des toits en tuile en témoignent .❏Haddou■ SommetL’Oued Bet me manque et ma magnifique vue sur le Zehroun n’est pas compensée par mes Alpilles locales. Toute ma sympathie aux Marocains ouverts et tolérants. Quant aux autres, eh bien qu’ils continuent, ils finiront par se lasser de se croire au sommet. Oui, 3 fois hélas... C’est malheureux. Mais il n’y a pas que cela. Allez voir la «Vallée heureuse» près de Meknès. C’était un paradis. Aujourd’hui? On la renommerait «La vallée des caillasses». Et le jardin botanique à la sortie de Rabat sur la route de Kénitra? Un jardin public en décomposition. Dommage, dommage. Quand on sait qu’avec le soleil du bled, il suffit d’un peu d’eau pour voir pousser des fleurs. Alors, vous allez me dire qu’il faut de l’eau. Oui, certes, mais avec quelques rationalisations, on peut en trouver. Reste à trouver la raison. Amitiés à tous.❏Patrice■ Fine boucheDes dizaines et dizaines de fermes ont été gracieusement cédées à des personnalités bien connues de tous en récompense de leur loyauté, des services rendus, de leur mérite parfois. Ces opérations n’ont rien rapporté à l’Etat ni au pays: ni prix de vente réglé, ni impôts payés, ni production agricole améliorée. Alors si maintenant, le Maroc (Etat, pays et population) arrive à gagner quelques menus dirhams dans cette affaire, il ne faut pas faire la fine bouche. Au moins, les étrangers qui mettront leur argent dans ces terres auront à coeur de rentrer dans leurs fonds. Ces terres seront travaillées par des Marocains qui actuellement ont plutôt tendance à déserter les campagnes pour les pateras; les impôts entreront; la production sera améliorée. Alors pourquoi ne pas tenter l’expérience?❏Aboumehdi■ Abandon déguisé Notre gouvernement s’est décidément spécialisé dans la politique des privatisations massives pour cacher ses déficits répétés et les échecs de ses politiques économiques. Mais j’ai une question de citoyen à notre Premier ministre: cet abandon déguisé auquel votre gouvernement s’apprête, en vendant des terres agricoles aux étrangers, vous a-t-il été imposé par la lourdeur de la facture énergétique du Royaume ou par autre chose?❏Walid■ Mauvaise marocanisation Les terres agricoles gérées par des étrangers (surtout Européens) sont mieux tenues et les travailleurs mieux rémunérés, de même pour les entreprises industrielles. A croire que le patron marocain n’a d’intérêt que d’exploiter le travailleur et de détruire la terre. Il faut se rendre à l’évidence que l’expérience de la marocanisation a échoué à tous les niveaux et que le partenariat avec l’UE est une chance pour la majorité des Marocains, n’en déplaise à certains qui ne pensent qu’à s’en mettre plein les poches et après moi, le déluge!❏Zinj■ SubventionsComment laisser les Espagnols ou n’importe qui profiter de nos terres? En plus, il faudra laisser le jeu de la concurrence régner alors que partout dans l’Union européenne, les agriculteurs avec leur grand potentiel (ce qui n’est surtout pas le cas au Maroc) bénéficient d’énormes subventions.❏Soufiane A.


■ Les Marocains d’abord...Ces terres devraient être cédées à des sociétés privées gérées par des agronomes qualifiés. Des agronomes marocains. Les investissements étrangers sont certes un apport louable, mais rien ne nous rassure au sujet de l’objectif exact de ces investisseurs étrangers (en général de grandes sociétés multinationales). En plus, ces sociétés étrangères feront une concurrence serrée à nos produits (Ex: la tomate). D’autre part, l’infrastructure actuelle des différents ministères concernés, les pots-de-vin, la corruption, etc. feront que ces terres disparaîtront pour toujours. Alors que nous avons au Maroc des ingénieurs agronomes qualifiés et en chômage. Ces agronomes devraient avoir la possibilité (participation des banques nationales) de créer des sociétés modernes et de passer au travail. Cela s’est fait juste à côté, en Egypte, et nous qui habitons en Europe, achetons avec plaisir et fierté des produits de première classe frais ou surgelés, parvenant de ces coopératives égyptiennes. Les sociétés étrangères (ex. le bananier Chiquita..) ont une renommée douteuse (exploitation des ouvriers, non-respect de l’environnement, produits qui demandent des quantités énormes d’eau potable etc.). Avant de se lancer dans des aventures internationales et marchander avec des loups sans scrupules, utilisons notre potentiel national, nos ingénieurs qualifiés qui connaissent bien les problèmes agricoles de notre pays. Naturellement, cette solution devra s’étendre jusqu´aux autres terres, même les oasis et l’Atlas. Ainsi, non seulement, nous réglerons en partie le problème du chômage de nos cadres qualifiés mais nous aurons aussi une dynamique positive vers d’autres secteurs (nous importons du miel d’Espagne par exemple alors que l’Institut agronomique devrait former des centaines d’experts chaque année!). Entre-temps, des fermes fertiles sont «gérées» par des spéculateurs nationaux ou étrangers, sans contrôle, sans stratégie et sans rendement efficace.❏ Dr Zoubir■ Zoubir, ministre! Dr Zoubir devrait être nommé 1er ministre. Avec lui et ses grandes idées parfaitement préparées, le Maroc deviendrait le Dragon du Maghreb. Mais pour cela, il faudrait que Dr Zoubir consente à revenir s’installer au pays.❏Patrice (à nouveau)■ Feu vertLes Marocains d’abord. On est capable de gérer nos terres. On est des agriculteurs d’origine, et beaucoup de potentialités attendent avec impatience qu’on leur donne le feu vert pour travailler.❏Dj-culture

Ramadan

■ Pouvoir d’achatRamadan est l’un des rares moments où il y a une communion nationale. Une espèce de bien-être national, quelque chose qui unit tous les Marocains. Je crois que c’est le seul moment de l’année où le pauvre vit comme le riche. Je suis aussi contente parce que le soir, les rues sont animée s et je m’y balade moi créature de sexe féminin avec une impression de sécurité que je n’ai à aucun autre moment de l’année. Quant aux choses plus terre à terre, je dois avouer que je n’ai aucune idée de la souffrance de la majorité, dont les bourses s’étirent un max pendant cette période, mais en général toute l’année aussi. Alors pour moi, ce débat est l’occasion d’en sortir un autre, plus vrai: quand est-ce qu’on va ajuster et mettre à jour le pouvoir d’achat du Marocain? On se fout vraiment de notre gueule et c’est trop évident que c’est le dernier des derniers soucis du gouvernement. On parle d’indice du coût de la vie, du pétrole, de la retraite, mais de la bourse du citoyen lambda, pas des gens qui vivent non pas au-dessous du seuil de la pauvreté, mais ceux qui sont soi-disant la classe moyenne. Non mais quand est-ce qu’on va arrêter cette torture? Le Marocain n’en peut plus et il n’a personne qui aille mettre pour lui le gouvernement devant cette réalité, au pied du mur... Les Marocains n’en peuvent plus, ce n’est pas une vue de l’esprit Messieurs les ministrables, Messieurs les élites, Messieurs ceux qui font la pluie et le beau temps. Réveillez-vous, il vous arrivera un jour un être humain piégé de bombes qui vous explosera à la figure.❏Mouna■ La foi et la santéJe ne sais pas si vous connaissez vraiment l’islam?1. Concernant les problèmes de santé, l’islam est clair: les malades pour qui le jeûne pose problème, les femmes enceintes ou qui allaitent, les personnes âgées ont une autorisation claire de ne pas faire le Ramadan.2. Quel lien y a-t-il entre le jeûne du Ramadan et le rendement? Personnellement, je travaille mieux pendant le Ramadan parce que je vais au travail plus tôt que d’habitude, je ne rentre pas à la maison pour déjeuner (1h30 de gagnée), et après la rupture du jeûne, je retourne au travail. Franchement, je ne me retrouve pas dans ce que vous décrivez. Peut-être que vous vivez dans un autre monde. J’aimerais aussi être clair avec ceux qui essayent de trouver des explications scientifiques au jeûne du Ramadan: il s’agit d’une obligation religieuse, que ceux qui ont la foi et qui peuvent le faire le fassent, peu importe si c’est bénéfique pour la santé ou pas.❏Ahmed G.■ ImportonsEn réalité, le mois de Ramadan doit être considéré du point de vue consommation comme les onze autres mois de l’année, mais malheureusement c’est un mois de gaspillage de la nourriture. Il est vrai que pendant le jour, les gens croient qu’ils vont manger tout ce qu’ils aperçoivent sur les étals et vitrines, mais le coucher du soleil venu, ils n’ont pas le temps de tout manger, surtout après le bon bol de soupe harira qui avec les pois chiches colmate tous les vides dans les estomacs. Quand est-ce que les produits alimentaires comme le lait et la tomate seront disponibles? la question ne devrait même pas être posée de nos jours et au XXIe siècle, n’oublions pas que nous sommes à quelques km seulement de l’Espagne et donc de l’Europe et là il n’y a jamais eu ce genre de problèmes, alors importons ce qui nous manque, ça coûtera ce que ça coûtera.Mramden

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc