×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2739 Le 20/03/2008 | Partager

Hausse du smig?

. Commerce internationalLe smig actuel est très en dessous de l’ICV. Les sociétés qui affrontent à la concurrence internationale, ne peuvent plus supporter une hausse des salaires. Les responsables doivent penser à l’élargissement de la masse imposable en diminuant les impôts. C’est à ce moment-là que l’augmentation deviendra possible.A.H.. Bien faire ou ne rien faireC’est une excellente initiative! Mais si c’est pour annoncer une hausse de 5 à 30%, il vaut mieux que les commissions interministérielles, la CGEM, les syndicats et toutes les équipes qui vont se mobiliser à cette fin, économisent leur énergie. Pour vivre honnêtement avec 2.000 DHS par mois, il faut être célibataire, non fumeur, habiter avec ses parents, ne pas manger de fruits, ni de viande, ni de poissons, ne jamais penser à se marier, s’habiller au marché aux puces et ne jamais tomber malade.Certes, il y a une possibilité de bien vivre avec ce salaire, mais vivre traqué par l’épicier du coin, le propriétaire du logement, le magasin de vêtements, le restaurant et le bar pour les noceurs... Le smicard promettra le mariage à une fille, faire le maquereau en attendant qu’elle en ait ras-le-bol et qu’elle quitte «la main sur son coeur» comme disent si bien les Marocains... Il pourra aussi travailler avec un bras sur le bureau et l’autre sous la table...Pour vivre dans la dignité, le Marocain doit gagner, avec les tarifs actuels sur le marché, un minimum de 3.000 DH. Bien entendu avec une couverture médicale et d’autres avantages sociaux. Alors la formule 10% d’augmentation tous les 10 ans.... un peu de sérieux, messieurs! Surtout, un peu de respect pour le travailleur marocain, le «smicard».I.B.. Dans l’intérêt même des employeursEn augmentant les salaires de ses employés (il y a quelques dizaines d’années déjà), la société Ford avait fait d’eux non seulement des citoyens avec un pouvoir d’achat fort, mais elle leur a en plus permis de mener une vie digne. Ils ont eu la possibilité de s’acheter des voitures, une maison... via des contrats-leasings et à des prix convenables. Ce faisant, les employés sont devenus beaucoup plus mobiles qu’avant et la distance entre le lieu de travail et celui de la résidence est devenu secondaire dans la recherche d’un emploi. Sans parler du cycle économique du pays qui a profité en premier lieu d’un marché interne considérable. Les employeurs marocains par contre discutent toujours sur la question de la hausse du smig (au niveau du coût de la vie!). Il me semble que quelques-uns parmi eux seraient toujours contents de voir leurs employés venir au travail à pied ou, dans les meilleurs cas à dos d’âne. Cette mentalité archaïque persiste malheureusement toujours au changement impératif de l’ «ABC» d’une économie qui se veut concurrente au niveau mondial. La concurrence commence déjà sur le marché interne des pays (consommations des biens et des services). C’est toute une sociologie à la marocaine. Nous observons toujours des propriétaires de villas qui embauchent des gardiens devant leurs portes avec des tentes en carton (!) les protégeant contre tous les risques possibles: pluie, maladie, chômage, etc..! Sans oublier que ces pauvres gardiens ne figurent nulle part dans les statistiques de l’économie nationale. En somme, il reste beaucoup à faire et le plut tôt possible... pour le bien de notre Maroc à tous. Ce Maroc que j’aime sans limite! Lorsqu’on commencera à penser aux Marocain(e)s en termes de citoyen(nes) avec tous les droits sociaux et civiques - et non en termes de proche ou de tribu, à ce moment-là nous serons tou(te)s fiers de notre Maroc et de nos concitoyen(nes). La hausse du smig est sans doute dans l’intérêt même des employeurs!E.L.


. Une bonne leçonNous constatons que nos établissements financiers ont bien tiré la leçon de l’affaire Kerviel. A voir si ces escroqueries n’auront pas d’impact sur les portefeuilles des actionnaires.A.D.. GlobalitéComment peut-on croire un seul instant que l’économie marocaine va profiter de la crise du subprime lorsqu’on sait que la globalité est la règle dans l’économie mondiale d’aujourd’hui? A moins que notre économie n’obéisse à des paramètres inconnus du reste du monde. K.M.. Affaire Belliraj: EnigmeToute cette énigmatique affaire sème la confusion et un mystère des plus étranges auxquels nous étions loin de nous s’attendre, à la lumière des révélations de l’enquête des autorités. Autrement dit, un véritable imbroglio, après l’annonce faite par les confrères des autorités belges que le principal accusé cité en marge, était un agent informateur rétribué par eux au même titre que ses collègues. Ce qui suppose que toutes les enquêtes et les investigations sur ce candidat se sont révélées positives pour le service de renseignements dans lequel il exerçait depuis belle lurette. Comment aurait-il pu commettre six meurtres dans ce pays, crimes non élucidés, en plus d’un important trafic d’armes et son convoyage jusqu’à notre pays avec la complicité d’autres acolytes, pour y semer le désordre et verser le sang de personnes innocentes. Tout ceci est complexe et semble inexplicable pour le moment, mais ne perdons pas patience, la Justice et la loi auront leur mot à dire pour résoudre cette énigme.C.J.

Quels sont les maires les plus populaires?

. Salé: Pas d’initiatives tout courtSalé est la ville des constructions anarchiques par excellence où tout est bétonné. Les espaces verts, connaît pas, et les avenues sont sales. Que fait Sentissi? Il gère ses affaires, pas celles de la ville.N.N.. Gestion honorableLa ville de Fès se distingue ces derniers temps par une gestion honorable par rapport aux autres villes. Je vote sans hésiter Chabat.Y.R.. EngagementsLe maire le plus populaire est celui qui a été élu sans acheter les électeurs et qui a respecté ses engagements vis-à-vis de ceux qui l’ont mandaté. Je m’adresse à notre maire de Meknès pour lui dire qu’il n’est pas en phase avec les principes religieux et qu’il doit prendre l’exemple sur d’autres villes.U.N.


Automobile: L’homologation qui fâche

. Pourquoi pasC’est le pauvre qui en souffrira, alors que celui à qui on lègue une voiture de luxe clés en main ne paye ni l’assurance , ni le carburant.H.M.. Automobile: la ... qui fâcheA l’image de tout le reste, notre fiscalité ne fonctionne que par gros gaps. Ainsi, la TVA de la LOA passe de 5 à 10%, c’est à dire le double, puis de 10 à 20% ... Le quadruple depuis que j’ai eu le malheur d’acheter cette auto en leasing. L’an prochain, nous passerons peut-être à 30%, et ainsi de suite. Grâce au «génie» de nos fiscalistes, la fiscalité est déviée de son objectif pour se transformer en frein au développement. Grâce à ces «génies», notre parc auto retournera à son état d’antan, avec les coûts humains et écologiques désastreux pour notre pays ..., lesquels, au final, coûteront plus à notre collectivité. Au fait, nos «génies» sont monodimensionnels puisque ne fonctionnant que dans le sens d’aggraver la fiscalité sur ceux qui paient. Les autres, ils continueront à jouir de l’exonération totale. La vraie. A vie.C.T.


. Produits alternatifsLe résultat décevant des produits alternatifs sous maquillage religieux, est tout a fait mérité. Il est honteux qu’une banque qui opère complètement dans la sphère laïque occidentalisée de l’économie moderne, s’érige en établissement ayant des règles religieuses comme cadre de fonctionnement. C’est de l’hypocrisie et de l’opportunisme finis. Il me semble que beaucoup de musulmans pratiquants et donc potentiellement concernés, ne mettent jamais les pieds dans un magasin qui vend de l’alcool, même s’il ne fait pas partie de leur liste des achats ainsi que les supermarchés qui sont les premiers à être boycottés. Ils considèrent que l’argent part dans les caisses d’un mécréant, par conséquent, ils n’iront jamais traiter avec un établissement qui réalise des profits dans des domaines illicites au sens religieux... Le mauvais départ de ce projet augurait déjà de ses faiblesses vu le temps pris et les hésitations venues de la part du ministère des Finances l’année dernière. Ceci a sans doute brouillé le message et biaisé la campagne marketing.A.P.. Compenser quoi?La Compensation souffre surtout du manque de sérieux de ceux qui dilapident les deniers publics. L’exemple en est donné par ces salaires mirifiques des responsables qui n’éprouvent aucune gêne à s’octroyer la part du lion, alors que le pauvre Marocain souffre de faim.F.I.

. Corbeaux, attention à vos plumes!Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc