×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2417 Le 07/12/2006 | Partager

Accidents de la route: Quelles solutions?

 SévirL’Etat avait promis, et on n’a rien vu arriver. Les accidents continuent de plus belle avec leur lot de morts. C’est l’hécatombe. Lorsque nous prenons la route, nous prions Dieu d’arriver à destination saints et saufs. Ces accidents n’arrivent pas fortuitement, mais sont provoqués par la négligence, l’ignorance des règles les plus élémentaires, mais aussi la corruption. En ville aussi, les motos, les vélos, les voitures, les taxis… se transforment en véritables «kamikazes» du bitume. Même traverser une rue relève de l’exploit, et aucun respect pour le piéton, les enfants devant les écoles, les personnes handicapées. Trop, c’est trop. Il faut une bonne fois pour toutes arrêter cela. Et s’il faut sévir encore plus, et bien allons-y.A.B. Mauvaise pubLa chaîne française TF1 a consacré tout un reportage dans son JT de 20 heures à l’accident de Ben Ghrir. Parmi les commentaires, «des routes mal faites», «un parc auto vieillissant», «insécurité», ou encore «non respect du code de la route»; Belle pub pour notre pays!A. E. PistesDurcir l’examen du permis de conduire. Justifier d’une durée suffisante de formation avant de passer l’examen. Interdire la circulation des camions «poubelles» qui n’obéissent à aucune norme. Interdire la circulation des camions la nuit. Etre sévère avec les chauffeurs de poids lourd et de taxi, et même obliger certains à repasser le permis. C’est l’avis d’un orthopédiste installé en France.Elhamdi SensibiliserAu Maroc, la route tue, et elle continue de le faire. De nombreux véhicules, cars et camions, sont toujours dans un tel état de délabrement que même les fourrières n’en voudraient pas. Combien de pertes dénombre-t-on dans les familles, combien de drames et de malheurs?Au-delà de la tragédie humaine, les accidents de la circulation traînent derrière eux un coût économique énorme.Pourquoi on en est arrivé là? Parce que les lois ne sont pas strictement appliquées et parce que aussi on a laissé le laxisme s’installer. La police, lorsqu’elle fait son travail, est présente un jour et absente plusieurs jours. La sensibilisation et l’information doivent être menées tous les jours, à coup de matraquage, à la télévision, à la radio et dans les écoles.Rachid, de Marrakech Aller plus loinLes informations que nous transmettent les télévisions et les radions sont effrayantes: 14 morts et 25 blessés; 10 morts et 35 blessés ; 8 morts dont 7 sur le coup…. les routes du Maroc égrènent ainsi leurs cadavres. Au moment où d’autres pays mènent une guerre sans merci aux chauffards avec de très bons résultats, le Maroc tape un coup et puis s’en va. La lutte, et c’est une lutte, doit être sans relâche, sur toutes les routes et partout. Il en va de nos vies, celles de nos enfants et de nos générations futures. Récemment, des centres techniques et des agents visiteurs viennent d’être sanctionnés par le ministère de l’Equipement et du Transport, avec un retrait définitif à deux centres dont la responsabilité a été mise en évidence dans des accidents de la route. Une bonne chose mais il faut aller plus loin.M. A Tirer le bénéfice des expériences réussiesIl ne passe pas un jour où on ne compte pas des morts sur nos tristes routes. On parle de dizaines de tués par jour, ce qui est alarmant; il faut que le gouvernement et la société civile fassent plus d’effort pour réduire le nombre d’accidents mortels. Pourquoi ne pas instaurer un système plus sévère pour l’obtention du permis de conduire, système de points et d’amendes plus lourdes au prorata de celui qui est en contravention ou en délit. Côté pouvoirs publics, il faut qu’ils investissent plus dans l’infrastructure routière, car il n’est pas normal que les conducteurs marocains ne trouvent même pas la signalisation ou le marquage au sol. Ils sont primordiaux pour une conduite en toute sécurité. Il y a certes d’autres propositions pour résoudre ce problème qui mérite bien d’être nommé «guerre des routes». Et c’est à l’Etat de tirer bénéfice de l’expérience réussie d’autres pays en la matière. Redouan La solution existe1-Réduire le parc automobile vétuste;2-Supprimer les agréments aux non exploitants des véhicules de transport public des voyageurs ;3-Créer des sociétés de gestion des transports publics de voyageurs ou des coopératives solides avec un minimum de capital. Donner des agréments à des sociétés solides;-Faire du train un moyen de transport des Marocains; pour cela, étendre le chemin de fer à Beni Mellal , Agadir, Laâyoune, Dakhla, Boujdour , Tétouan, Al Hoceïma et Nador;-Augmenter le nombre de trains;-Designer des directeurs n’appartenant pas à la majorité du gouvernement ni au même parti que le ministre du Transport;-Dans les villes, faire du bus un moyen de transport pour tout le monde et en même temps le valoriser. Faire en sorte que des ministres, des personnalités montent dans les bus pour montrer aux citoyens que c’est un bon moyen de transport;-Ecouter les messages diffusés. Ceux qui prennent la voiture doivent réfléchir à dix fois avant de conduire. La voiture peut vous mener en prison même si c’est un acte involontaire. Dire aux citoyens que vous êtes nés sans voiture et n’utiliser ce moyen que quand c’est nécessaire (voyager avec ses enfants, cas d’urgence…);-Augmenter le montant des amendes mais ne permettre leur fixation qu’aux juges, car si le montant des amendes augmentent, on peut mettre les pauvres agent de la circulation en danger, car où vont ils placer les 3.500 DH par PV émis, les gangsters peuvent mettre leur vie en danger. D’où la nécessité de laisser aux tribunaux leur fixation et encaissement.Si on réalise 20% de ces propositions les accidents vont baisser.J. Jebli


Enfin une instance anticorruption

 Le Maroc fait des progrèsIl est certain que le Maroc est en train de changer sûrement et en profondeur: des représentants d’autorité, de syndicats, des conseillers et de gros narcotrafiquants sont arrêtés et poursuivis. La nouvelle instance anticorruption, la nouvelle loi sur la passation des marchés publics et la lutte contre la violence contre les femmes etc. sont autant de cadres à mettre en application pour la consolidation d’une société de droit, tolérante plus ouverte sur la modernité, réduisant l’amplitude de ses maux et rejetant la promotion de la vision intégriste. Il reste que la constitution de cette instance devra être accompagnée d’autres mesures, entre autres: réduire de façon drastique les procédures administratives, installer des niveaux de recours rapides et crédibles pour les réclamants et enfin revoir l’incompatibilité des bas salaires de ceux  qui sont pourtant dotés de pouvoir étendus sur les biens et services des personnes. Aussi prendre en compte le fait qu’une partie de la corruption est maintenue par des instances hiérarchiques.   M. Be.


 L’ingénierie des subterfugesLe défi aujourd’hui: adapter la mentalité moyenne du fonctionnaire, lui donner la reconnaissance dont il a besoin, lui faire comprendre que son travail est crucial, et que donc on ne peut pas se passer de lui au moins 8h par jour!Mais sinon peine perdue, l’ingénierie des feintes et des subterfuges est en pleine expansion.M.T. Gestion de l’eauIl s’agit d’un sujet fort épineux qui peut avoir des impacts politiques et sociaux dramatiques. Exemple: d’après les prévisions, 5 sites touristiques balnéaires ont été identifiés et approuvés.Imaginer un de ces sites ou plusieurs d’entre eux où l’eau coulera à profusion dans les hôtels avec leurs piscines et city forme, pendant que des villages ou quartiers aux alentours souffriront de coupures d’eau intempestives et de pollution par manque de stations de décantation… etc. Est-ce que ce sera  un facteur aggravant, poussant à la révolte et même à la xénophobie? La gestion de l’eau est un vrai sujet qui mérite de se projeter dans l’avenir en tenant compte de tous les facteurs environnementaux sans oublier les effets «collatéraux» d’ordre économique et politique. La privatisation est une bonne chose pour améliorer le service d’accueil et la gestion de la relation client, par contre, je pense que la production et la gestion des ressources de l’eau, relèvent de la compétence de l’Etat, car il y va de la paix sociale.A.B.  Qui doit faire la déclaration de patrimoine?C’est une déclaration à faire par les responsables susceptibles d’enrichissement illégal.Ceux qui devront déclarer leur patrimoine sont les personnes dont la fonction ou le pouvoir peuvent conduire à des détournements ou à l’enrichissement personnel illégal: fonctionnaires pourvus de signature pour affecter des fonds ou faire aboutir une procédure, de même les responsables de partis politiques, de syndicats, d’ONG ou même de Jamaà. Dans ce dernier cas, comment admettre qu’un mourchid dans le meilleur des cas échelle 11 dans la fonction publique, puisse acquérir une villa (entre autres patrimoines) dans le plus cher des quartiers de Rabat et entretenir une suite de gardes du corps et de figurants.Z.B.

Réveillon ou mouton?

 Le Diable est dans les têtesM. Benabid, vous avez conclu votre éditorial que le diable est dans les détails ; il n’est pas forcément au fond du verre. Bien vu, car finalement toute cette histoire est d’abord une question de choix personnel, et le Diable est surtout dans les têtes, ni plus ni moins. Bravo, en tout cas pour votre travail, c’est un sujet qui méritait d’être soulevé pour mettre à terre toute l’hypocrisie qui l’entoure.Salah, de Casablanca ConvictionL’islam est la religion de l’Etat, qui garantit le libre exercice de tous les cultes mouton ou réveillon. Ce qui importe, c’est la conviction, et la conviction ne se joue que dans les tréfonds de chacun, alors il ne reste plus qu’au cadre collectif à offrir et à protéger toutes les possibilités de choix.M.A. Mouton flambéPour les accrocs, ils pourront opter pour le mouton flambé au pastis ou au whisky...!!A.D.  Des réformes nécessaires dans ce domaineLa question du réveillon revient aux contradictions de nos lois en matière de commerce des vins en toute fête religieuse et à une bonne partie de notre société qui se refuse à admettre que la terre va boucler une période de 365 jours 1/4. L’Etat devra s’intéresser exclusivement au maintien de l’ordre public et à la sécurité des citoyens (non-conduite en état d’ivresse ou d’alcoolémie au-delà de la norme acceptable et légale) au lieu de vouloir maintenir des lois moralisantes frôlant la vision intégriste. La question du mouton est autre, l’aspect religieux est relégué au second plan devant l’observation d’un mode de consommation carné et la pression que constituent les activités de production et de commercialisation du mouton. Leur marché s’estime à sept milliards de DH par an. En outre, à cette occasion apparaissent au grand jour les disparités de revenus entre ménages avec la forte pression sur les plus modestes, d’autant plus que le prix du mouton ne cesse d’augmenter d’année en année. Enfin, il est à souligner qu’une partie des ménages plus conscients, à revenus plus élevés, selon une étude de 2004, n’adopte plus ce qui n’est dans les faits qu’un mode de consommation de l’ovin et un marché juteux.   M.Benz Belle occasion de fêterJe n’y vois qu’une magnifique occasion de fêter en famille autour de bons «boulfafs» arrosés et de nous souhaiter des vœux (qui sont identiques d’ailleurs aux 2 occasions). Les mettre en facteur, comme dirait l’autre !Aïd Moubarak Saïd à tous et une belle année de santé et de réussite dans la joie et la bonne humeur légendaire des Marocains !Yasmine Respectons la loiComme la grande majorité des Marocains, je célébrerai seulement Al Aïd al Kébir.  Je pense que ceux qui aimeraient fêter le réveillon devraient pouvoir le faire sans bien sûr enfreindre la loi.  La loi, rappelons-le, interdit la vente de boissons alcoolisées aux musulmans.  D’ailleurs, la consommation de l’alcool n’a jamais été une condition préalable à la célébration du réveillon.  L’apprentissage de l’application et du respect de la loi est fondamental à mon avis pour la construction d’un vrai Etat démocratique.  Pour ceux qui disent que la loi actuelle est hypocrite, je réponds qu’il faudra d’abord œuvrer pour la changer au lieu de l’enfreindre comme des hors-la-loi.  Si ces mêmes Marocains qui crient à l’hypocrisie de la loi refusent de se battre politiquement pour leurs idées, c’est qu’ils sont soit convaincus au fond d’eux que l’interdiction de la vente de l’alcool aux musulmans est une bonne chose pour notre société, soit ils sont de faibles hypocrites incapables de défendre leurs idées hors d’un forum sur Internet.  Larbi Pas innocentJe porte votre attention que déjà le titre n’est pas tout à fait innocent. Cette comparaison est sans doute à la faveur du réveillon. Posons la question entre le réveillon et la Fête du Sacrifice avec toute sa charge religieuse qui la marque par l’aide des riches aux pauvres et la possibilité de ne pas sacrifier si on n’en a pas les moyens. Avec cette comparaison, je crois que la Fête du Sacrifice aura sa chance auprès du réveillon.  Adil Ni l’un ni l’autreThéoriquement, ni l’un, ni l’autre. Faute de parvenir à convaincre ma petite famille je me sacrifie pour eux avant le mouton. Quant au réveillon il n’est pas dans nos habitudes parce que nous n’en avons jamais eu les moyens de le fêter. Ceci est la réalité de beaucoup de monde. Ce n’est donc pas pour rire.Ali ben salah


Vrai journaliste et faux lecteur

Pour faire court, monsieur Benabid Mohamed, vous n’êtes qu’un hypocrite, un marocain né musulman qui a oublié sa religion. Et votre préoccupation du moment est de demander à ce que le gouvernement prenne une position pour tolérer encore plus la consommation d’alcool même pendant les fêtes religieuses. Tout ça au nom de la liberté individuelle et de la conviction ou de l’absence de conviction religieuse. Vous en faites quoi de la liberté des enfants, des individus sobres qui se font tuer par des alcooliques dans ce pays? Vous en faites quoi de la liberté des familles détruites par ce fléau?Alors que dans certains pays riches, on fait tout pour bannir l’alcool ou en diminuer sa consommation, vous pensez qu’il vaudrait mieux libéraliser sa vente encore un peu plus! Les touristes européens qui ne peuvent plus boire à leur soif chez eux (taux d’alcoolémie oblige) pourront ainsi venir en toute quiétude au Maroc et à n’importe quel moment de l’année, soif d’alcool obligeMaroc, pauvre Maroc, vous n’êtes même pas un citoyen de votre pays, monsieur Benabid; ce pauvre pays qui EST DEVENU un repaire de tous les vices (alcool, prostitution, jeux, pédophilie... sans parler des problèmes sociaux qui explosent et qui ne seront jamais résolus par ce genre de touristes que vous protégez).Vous auriez été beaucoup plus utile à faire votre travail en demandant à ce que le gouvernement arrête de faire l’autruche et prenne des mesures plus saines afin de faire respecter la loi (campagne de SENSIBILISATION contre les risques de l’alcoolisme, interdiction de la vente d’alcool aux mineurs, EDUCATION à l’école, vérification de l’alcoolémie des conducteurs avec des alcootests, création de centres de désintoxication...) L’alcool est quelque chose d’exécrable; par contre, le jus de raisin frais est excellent pour la santé et au prix où on l’importe (don simon...) les producteurs viticoles gagneraient plus (pécuniairement et spirituellement) à produire ce genre de boisson inoffensive pour tous.Chiche que vous publiez cet article si vous êtes un vrai journaliste.Une écologiste qui vous veut du bien…(NDLR: Mais qui prend bien soin de rester anonyme…!


Corbeaux, attention à vos plumes!

Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc