×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2381 Le 12/10/2006 | Partager

Production TV ramadanesque: Quel jugement?

 De qui se moque-t-on?Chaque Ramadan, le téléspectateur assiste de plus en plus atterré à ce qui lui est servi pendant le f’tour et même après. Ce que nous regardons à la télévision est d’une absurdité affligeante. De qui se moque-t-on? Où sont passés nos artistes, nos créatifs?R.A MasoIl faut vraiment être maso pour s’autopunir à regarder ces sommités de la médiocrité. Au lieu de nouvelles têtes et de nouvelles capacités artistiques, ce sont toujours les mêmes qui, à défaut de nous faire rire, rient de nous à plein poumon! A part l’appât du fric facile, un artiste comme Doukkali, que vient-il faire sur ces galères du ridicule? A. M. Scène de la bêtiseDepuis longtemps, cela n’intéresse plus personne... puisque le monde télévisuel est à portée de nos télécommandes. Le seul fait marquant cette année, c’est la démolition d’un monument national de la chanson marocaine Doukkali, sur la scène de la bêtise. Quelle perte pour la chanson nationale, quel gâchis pour notre patrimoine artistique.Hassouna Redistribuer TV et INDH!Redistribuer la redevance TV est une autre manière de lutter contre la pauvreté qui sévit dans notre pays. En garder aussi un peu pour «enterrer» dans la dignité nos «national TVs»! Qui dit mieux? L. A. Ni “mol taxi” ni “khali Amara”...D’une année en année, la production ramadanesque se dégrade et brosse un tableau noir de notre scène artistique. La majorité des productions présentées sont élaborées à la hâte et ne disposent d’aucune trace de la vraie notion de l’art. Il n’y a que des improvisations vidées de sens et qui mettent en colère les amateurs. Nos soi-disant artistes ne parviennent pas à créer une atmosphère de joie et de béatitude. Au contraire, ils agacent la majorité des téléspectateurs par leurs futilités et leurs enfantillages. Ni «khali Amara» ni «mol taxi», ni «chamta» ni «Hanane el Fadili» ni «labass walo bass» n’ont réussi le coup et leurs tentatives restent un travail qui ne mérite aucune récompense. Ce sont des clichés qui se répètent fréquemment et montrent l’impuissance de l’artiste marocain à produire et aller vers l’avant.Toutes ces présentations ne sont rien d’autre qu’un gaspillage des deniers publics dans la mesure où un grand nombre d’observateurs n’éprouve aucun plaisir pour suivre ces émissions. Le spectateur marocain recherche toujours la production locale sans jamais trouver satisfaction. Vraiment, nos productions locales sont loin d’atteindre le rang de celles de l’Egype ou encore de la Syrie malgré les sommes colossales versées dans ce domaine. Nos artistes marocains sont invités à retrousser leurs manches en déployant des efforts gigantesques pour sortir de la honte et de la paralysie.M. Kénitra ZapperEn ce moment, je suis branché Arte, TSR et TV5.Pas un seul zap sur 2M et TVM.Samir Hotbird Durant ces jours passés, on peut retenir la conclusion suivante: A plus de la moitié du mois de Ramadan, on a dépassé les 50% de la quantité du produit audiovisuel fourni par nos deux chaînes marocaines. On ne trouvera pas un mot plus significatif que «décevant». A chaque Ramadan, on espère que cette fois sera meilleure, alors que ce n’est pas le cas. «Moul taxi», «Khali Amara», «L’autre dimension», «caméra lakoum»... Tout ceci n’est que de la camelotte audiovisuelle. Il est trop tard pour parler d’une solution ou une alternative pour ce Ramadan. Un seul conseil aux chers téléspectateurs: tournez vos paraboles vers le satellite Hotbird, et vous serez satisfait de la qualité de ses chaînes. Quant à nous deux chaînes, ce verset est très convenant à leur situation : «Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons». Mes sincères condoléances. Amine. S


 Nécessité de l’économie ouverteIl est temps que nos industriels prennent conscience de la nécessité de sortir de l’économie de rente et soutenue par des prix domestiques élevés injustifiés. Nos entrepreneurs étaient depuis longtemps au courant de se préparer à la concurrence d’autres producteurs à l’économie ouverte et que l’époque de l’économie fermée et protégée au détriment de notre développement est révolue. Des entrepreneurs ont bien réussi leur adaptation; aux autres de le faire.M. E. La main à la pâte....Chaque entreprise, privée ou étatique, devrait intégrer les jeunes diplômés pour des stages selon leur profil. Et c’est à l’état puis aux provinces de payer un salaire de base pour encourager justement les entreprises à parrainer ces jeunes diplômés. La fonction publique ne doit être qu’un complément puisque au bout du chemin c’est la qualification et le mérite qui devraient prévaloir. Pas l’arbitraire. De cette manière, on offre une continuité aux jeunes diplômés, une flexibilité et surtout le contact réel avec la vie du travail. En plus, les jeunes devraient être prêts à déménager là où cette possibilité existerait. En instaurant ce système au lieu des coups de tête et des solutions hâtives improductives, on stimulera le marché du travail et surtout on offrira la possibilité aux jeunes diplômés de pratiquer, d´acquérir plus d´expérience, d´être compétitif au lieu de perdre des années dans l´attente de la providence. Par travail s’entend non seulement la fonction publique mais aussi l’entreprenariat puisque tout le Maroc est à développer: environnement, forêts, irrigation, l’agroalimentaire, le tourisme et ses dérivés, l’artisanat(!), la musique (oui, Andalouse, Amazigh…, la culture, la production du miel(!), le développement des médinas, etc. Seule la fantaisie est un frein. Donc, embaucher 800 personnes ne résout pas du tout le problème.Z. D. Femme gouverneurLe signe fort de ces nominations est la désignation d’une femme au poste de gouverneur, poste traditionnellement masculin même dans les pays développés. Il reste à attendre les 100 jours de l’exercice des fonctions pour pouvoir juger et faire un bilan.M.Bz Les actesIl faut juger les actes des personnes nouvellement nommées dans l’exercice de leurs fonctions. Le charisme ou l’aura de la personne sont démodés, on veut des actes. Abdou (Paris)

Que vaut la stratégie e-Maroc?

 e-administration? On se dirige vers la société du savoir timidement mais aussi sûrement.Elguir Med Trop rapideJe pense qu’on va plus vite que le vent. Ces réformes restent lettre morte pour un pays ou le taux d’analphabétisme dépasse 80% et la misère bat son plein. Demander aux populations de payer ces impôts, sa redevance téléphonique, eau, électricité... c’est trop tôt.A. Z. De la frime?Il faudrait préciser sans doute l’objet de la discussion, est-ce s’interroger sur le Maroc en tant que «Société de savoir» ou «société d’information»? Il me semblait que le préambule renvoyait plutôt à s’interroger sur l’évolution du Maroc vers une société d’information. Le savoir c’est un pan plus haut.Les chances du Maroc pour accéder à la société d’information seront tributaires à mon avis :1) des réformes de l’Education avec l’adoption des langues étrangères et arrêter d’agiter le spectre de l’arabisation politisée et irréfléchie;2) des chantiers d’infrastructure en matière d’électrification et de communication haut débit jusqu’aux villages reculés;3) de l’amélioration du niveau de vie par l’augmentation du pouvoir d’achat et la lutte contre le chômage; 3) de la réforme du marché bancaire pour une meilleure bancarisation des Marocains, sinon, à quoi bon parler du paiement sur Internet si on n’a pas de carte bancaire?Autrement, une connexion Internet restera quasiment du luxe pour certains, de la frime pour d’autres et rarement outil de communication, d’échange et de progrès partagés. Abdou de Paris Quelles réformes scolaires?Nous ne sommes évidemment pas dans la course de la société du savoir! Une société de savoir c’est avant tout une culture plus ou moins occidentale, chose que notre société n’a pas! en procédant à la mise en place d’un tel système, on mettra, bien sûr, fin à la corruption qui a sa place dans notre système administratif... En parlant des réformes, l’enseignement supérieur fait l’objet d’une réforme que les étudiants ne saisissent pas très bien: une licence (bac+3)!! Les licenciés ne peuvent pas accéder aux grandes écoles: ENCG, ENSA...: elles demandent un bac+4!!! C’est vrai que nous n’arrêtons pas de mettre des réformes en place, des réformes incomplètes... cela aggrave la situation de notre Maroc...S.T. e-MarocCertes, le Maroc a entamé un certain nombre de réformes, et celles-ci portent sur les divers secteurs de notre économie. Mais notre problème à nous réside dans le fait qu’on accorde toujours beaucoup plus d’importance à tout ce qui a trait aux procédures et lois régissant tel ou tel secteur d’activité. Bien que cela soit un préalable inéluctable, c’est toujours insuffisant pour ce décollage tant recherché. Pourquoi devrions-nous toujours s’arrêter au bout du chemin? Je pense que notre problème à nous, ça a un rapport avec les valeurs et les normes d’orthodoxie et je pense que l’exemple révélateur est celui de la corruption comme vous le savez sur ce créneau, notre pays est performant, il suffit seulement de se référer au dernier rapport de Transparency Maroc.Saidani


Carburants: Enfin une baisse!

 A propos de l’indexationPourvu que ça dure et que suive les fluctuations du marché.M. T. C’est bon de tenir paroleLe gouvernement tient parole et n’opère pas uniquement dans le sens des hausses des prix internationaux du baril.M. Benz Et les autres produits?Une baisse des prix de pétrole… et non pas des prix des tickets de bus et des grands taxis!!! C’est vraiment incompréhensible… et intolérable aussi, les pauvres citoyens que nous sommes n’ont aucune autre alternative que de payer et de la boucler!Quand c’est trop, c’est trop... les prix augmentent, les salaires restent les mêmes et le pouvoir d’achat du citoyen se détériore.M. G. Et les tickets?Le système de l’indexation des prix du pétrole sur le marché international est avantageux pour l’Etat et néfaste pour les citoyens. D’abord, l’Etat devait réduire le prix du litre à 16%. La dernière augmentation a été calculée sur la base de 70 dollars le baril, hors aujourd’hui il fait moins de 60. D’autre part, qui va maintenant obliger les taximen, la CTM et le train à réduire le tarif des billets? L’Etat aurait dû réduire ces taxes pour maintenir les prix et éviter ce problème provisoire dû à des circonstances particulières.  A. M.


Des armes pour les convoyeurs?

 Mais qu’on leur donne des armesLe convoi de fonds est un des métiers les plus risqués et, au Maroc, des plus exposés aux malfaiteurs (notamment les terroristes se disant musulmans). C’est normal que les convoyeurs soient armés, les voleurs eux ne font pas de cadeaux. Pourquoi faire confiance davantage à la police corrompue et non pas à des gens qui font honnêtement leur travail?Hassan La sécurité est aussi importanteLe droit de port d’armes pour les transporteurs de fonds aurait dû accompagner l’ouverture de ce métier aux sociétés privées de sécurité et non point attendre les attaques de gangs ou les projets des intégristes terroristes pour se manifester. Le port d’armes et son utilisation devra toutefois bien être réglementé (type d’armes et utilisation en dernier recours). Il ne devrait concerner que les corps de métiers dont la fonction les met en danger: transporteurs de fonds, d’objets de valeur et gardiennage de sites sensibles.. Par ailleurs, la nouvelle loi sur le port des armes devra concerner l’obligation pour les sociétés cibles ou susceptibles d’être les cibles d’attaques armées de se doter d’un système de sécurité, matériel et humain, appropriée.  M. B.


. Corbeaux, attention à vos plumes!Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc