×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2376 Le 05/10/2006 | Partager

Trop chère, l’électricité?

 Incroyable mais vraieJe crois que le simple employé ne peut plus faire d’économie, car tout est devenu très cher. En plus, les salaires sont toujours en baisse. Avant un ingénieur entrait dans une boîte avec un minimum de salaire 6000.00 DH et actuellement un maximum de 4000.00 DH. Alors c’est trop pour nos jeunes. Je ne vois pas comment vous voulez qu’un jeune commence sa vie, se marie et fonde une petite famille de maximum 2 enfants sans tricher.E. Abderaouf Echelle rouilléeToutes les hausses sont impopulaires, voire révoltantes, et peuvent devenir la goutte qui fait déborder le vase. Qu’à Dieu ne plaise! Il faut souligner à cet égard que le pouvoir d’achat des Marocains est trop faible et qu’il y avait dans le temps au ministère des Finances un régulateur qui s’appelait l’échelle des prix et des salaires qui fonctionnait très bien. Dès que les prix augmentent, les salaires automatiquement suivent, mais depuis je crois qu’elle s’est rouillée.Mohamed E.G. Justifiée ou pas, c’est tropNous comprenons quand il s’agit des hausses de carburants. Le Maroc n’est pas producteur, mais augmenter l’électricité et l’eau revient à massacrer davantage les couches modestes. Il faut penser à cette catégorie: soit l’exonérer des hausses soit lui allouer une pension. Ce train d’augmentations justifiées ou non entraînera à coup sûr d’un malaise social, et ne soyez pas surpris de voir des familles se suicider, s’immoler, etc.Amazigh Le début de la finMaintenant que des sociétés étrangères s’occupent de la distribution d’eau et d’électricité, il faut leur donner l’occasion de s’enrichir. Du temps où elles étaient entre les mains du Makhzen, des augmentations de ce genre faisaient bouger l’opposition et tout le monde. Maintenant qu’elles sont destinées à enrichir des Dupont et des Alfonso, elles passent inaperçues. Ces augmentations vont bien sûr se répercuter sur d’autres prix, et ces autres prix se répercuteront sur ceux de l’électricité, et c’est la spirale inflationniste. Le malheur, c’est qu’on a parlé d’encourager les énergies renouvelables. On a entendu cela à la TV, mais ceci est resté lettre morte. Que la presse s’en occupe. C’est à elle de suivre les promesses des gens du gouvernement. Nous, les petits citoyens, on a la mémoire courte.Elmauro Court-circuit...Toute augmentation est justifiable à condition d´investir cet argent dans l´infrastructure, localement surtout. Par exemple pourquoi ne pas investir dans le solaire, là où les conditions sont propices? Les éoliennes? Le biogaz, puisque nous avons des milliards de tonnes de déchets biodégradables qui ne demandent qu´un peu de travail. Par contre, cette augmentation n´est pas du tout justifiée si cet argent disparaît dans les abîmes que l´on connaît. D´ailleurs, il faut d´urgence élever le prix de l´essence et du mazouth à 100 DH le litre, afin de pousser nos ingénieurs chômeurs à se mettre au travail pour le nucléaire et les autres systèmes. Augmenter le prix de 7% ou 100% n´a aucune utilité, vu le manque de stratégie énergétique à long terme.Zouhir D.


 Mise à niveau salutairePour la première fois, notre capitale économique trace son programme de mise à niveau et se donne les moyens de le réaliser d’ici à 2010. Souhaitons qu’il soit réalisé dans les temps et avec la qualité requise pour hausser Casablanca au niveau des métropoles des pays développés. La même approche globale et la mobilisation des moyens et des intervenants devront se concrétiser progressivement, et même dans toutes les villes et tous les villages marocains.B.Z. Trains à 2 étagesMessieurs, je vous adresse, à toutes fins utiles, un extrait tiré du blog des cheminots (www.cheminot.blogspot.com). Car vous vous intéressez énormément aux problèmes de l’ONCF, ces jours derniers. Essayez d’enquêter. «Rames a 2 niveaux: il paraît que des têtes vont tomber à l’ONCF, car il s’est avéré que le prototype reçu est non-conforme».B. CH. Conseil inutileJe ne suis pas tout à fait enthousiaste vis-à-vis des commissions et des conseils nommés ici et là depuis quelques semaines. Je me pose la question: quelle est la place du ministère de l’Education à la lumière de la nomination du Conseil consultatif pour l’éducation? Est-ce qu’une commission ou un conseil nommé a déjà réglé un problème au Maroc?Colosse Les languesTous les scientifiques du monde communiquent en anglais. C’est vrai, mais avant de former un scientifique capable de communiquer ses idées, réflexions et travaux, on devra le former et pour cela l’anglais n’est pas nécessaire. Je pense que les langues demeurent des supports du savoir et qu’il est bien plus simple de remettre en cause l’arabe ou le français. «Think global and act local»: c’est l’objectif des multinationales, et les personnes qui participent à l’élaboration des manuels scolaires devront s’en inspirer. L’idée, le savoir et l’objectif devront être communiqués, transmis à nos étudiants, et ce quelle que soit la langue. Les Allemands, les Japonais et les Chinois enseignent «the world khnowledge» dans leurs propres langues.Myriam  Le patriotisme fait défaut(…) Oui, l’arabe classique souffre d’une stagnation en vocabulaire. Depuis belle lurette, elle s’est coagulée dans sa coquille tout en ratant la vitesse de la technologie mondiale. Elle est bien sûr loin de rivaliser avec les autres langues vivantes. Toutefois, elle n’est pas une entrave pour progresser. La cause est plutôt une expérience qui a échoué du fait qu’on a mal étudié les paramètres qui mèneront à une réaction achevée et réussie. C’était un peu tôt pour insérer une telle initiative dans notre politique (…) Attention : vu que le langage constitue un point essentiel pour imposer son identité, qu’on commence parallèlement à faire évoluer la langue maternelle du pays si nous possédons encore un gramme de nationalisme ou de patriotisme. Sinon, qu’on continue à importer de tout l’Occident, puisque c’est lui qui a la capacité de penser et d’entreprendre apparemment. Qu’on devienne alors, et pour de bon, des consommateurs de langues étrangères, puisque c’est clair que le bagage de notre langue est aussi pauvre et misérable que celui de notre civilisation actuelle. Autre chose: les écoles bilingues d’avant ont produit des élites impeccables et beaucoup mieux que ceux sortis des missions françaises. De plus, les cerveaux marocains travaillent partout dans le monde et en plusieurs langues. Conséquence, la langue n’est pas un facteur essentiel pour étudier ou pratiquer la science. Le complexe d’infériorité est à enterrer si on veut voir lucidement. L’anglais, c’est important mais l’arabe peut le devenir aussi! Cela doit être notre théorème ! Hasnaa

Moderniser les taxis?

 Taxi driverIl y a un grand problème dont les victimes sont les citoyens bien sûr... Quand je veux prendre un taxi, c’est le chauffeur qui décide où il va passer et non pas le client! Chose qui est vraiment intolérable et nécessite une intervention rapide contre ce genre de délit professionnel qui nuie à l’image de notre pays, d’autant plus qu’il est soi-disant «touristique».Citoyen Privatisation La vraie réforme des octrois d’agrément de taxis, c’est la privatisation avec un cahier des charges à remplir scrupuleusement par les candidats. C’est très simple, égalitaire, solidaire; c’est tout ce qu’on veut pour juguler ces favoritismes et leurs conséquences.Mohammed E. Scandale des agrémentsLa situation est scandaleuse: les chauffeurs de taxi sont pour la plupart des arnaqueurs, et l’Etat distribue les agréments à l’aveuglette. J’ai déjà pris un taxi qui sentait l’oignon, et son chauffeur me disait tout fièrement que ça faisait 1 mois qu’il n’avait pas pris de douche (il est certainement marié). Il doit y avoir là un contrôle d’hygiène. Les chauffeurs sont des personnes -comme la plupart des Marocains- qui ont obtenu à peine leur permis de conduite «btadwira». L’image de notre pays est touchée là encore, car les touristes utilisent souvent ce moyen de transport. On doit y penser un jour!Ali Eliminez les rentesOui, les agréments sont à bannir de façon générale quelque soit le métier concerné (taxis, agences de voyage, carrières de marbre, de sable). Plus de rentes! Il faut supprimer également les autorisations administratives préalables pour l’exercice des différents métiers et laisser les gens travailler, mais suivant un cahier de charges bien défini, quitte à instaurer un contrôle a posteriori sévère et sanctionner les fautifs! Il faut libérer les initiatives pour encourager l’emploi et améliorer la qualité du service par la concurrence. Au lieu de déposer un dossier pour, par exemple, ouvrir un restaurant, on laisse le promoteur investir suivant un cahier des charges, et après on exerce un contrôle de conformité. De plus, la suppression des agréments et des autorisations préalables est un des moyens de lutter contre la corruption!Un observateur Action en urgence(…) Aujourd’hui, les chauffeurs de taxi dans leur majorité ne sont plus les chauffeurs d’autrefois, propres, patients, serviables. La majorité d’entre eux sont des arnaqueurs, impolis grossiers, sales... Il y a de ça quelques années, je recevais au Maroc une amie et collègue française de travail. Nous avons pris un taxi à Casa-Voyageurs. Lorsque ce fameux chauffeur dont l’état de la voiture laissait à désirer, en plus de son look (vêtements usés, mal rasé...), a vu que j’étais accompagné par une étrangère, il n’a pas mis en marche le compteur. Je lui ai demandé, mais toujours rien. Alors j’ai attendu l’arrêt au feu rouge et nous avons quitté le taxi. Ensuite, il a fallu tout expliquer à mon amie. Par conséquent et après cet incident, mon amie restée une semaine au Maroc a préféré ne pas sortir toute seule. Quelle image nous donnons du Maroc! Il est temps de mettre en place des procédures qui permettent aux chauffeurs de taxi de gagner leur vie honorablement et de permettre aux clients de voyager en toute sécurité. Mais ceci est un rêve! Il faut d’abord commencer par changer les mentalités. Comme le dit un proverbe : on a la société que l’on mérite.Karim Pas d’agrément pour les bébés!Il y a une pagaille indescriptible. Les agréments sont octroyés aux bébés sous prétexte que leurs parents étaient des résistants. C’est impensable. Ces agréments sont loués à des sommes astronomiques que le locataire devait amortir à tout prix. Ce qui entraîne bien sur des dépassements aux niveaux des tarifs de la sécurité. Un taxi blanc a loué à 250 DH la demi-journée, imaginez la vitesse avec laquelle il doit rouler pour assurer le maximum de rotation en heures de pointe. L’agrément devrait être donné à des gens méritants, des jeunes promoteurs ou des diplômés. La profession doit être structurée tout en respectant la propreté, l’éthique et les horaires, etc.Amazigh


Brûlons les agréments !

Les agréments sont un vestige de temps révolus, c´est-à-dire récompenser les anciens combattants et autres. Le résultat est catastrophique, car il n´est pas nécessaire que celui qui, en fin de compte conduira le taxi, soit qualifié. Au-delà des permis de conduire périmés: la corruption de l´auto-école au permis etc. Ces agréments faussent le marché du travail et, par là, mettent en danger permanent la vie des citoyens. L´autorisation doit à mon avis répondre à des critères modernes:- Age limite de 35 ans (pour commencer).- Le certificat d´études secondaires ou un bac.- Un casier judiciaire vierge.- L´aptitude physique et psychique avec contrôles annuels chez un médecin du travail.- Un permis de conduire obtenu dans un institut national dirigé par l´armée (oui)- Le retrait dès qu’un délit majeur est commis.D. Z.


Comment se porte votre bourse?

 Endettement des ménagesMa bourse est sous forte pression. Notre ministère des Finances ne devra pas afficher comme d’habitude son chiffre de 2% comme taux d’inflation annuelle et se déclarer par là que l’inflation est maîtrisée. Pour contrer la chute de leur pouvoir d’achat et pouvoir rester au même niveau de dépense au moins, les ménages vont tendre à s’endetter davantage.B. Pauvre et moderne à la fois?Ah, je songe aux ménages qui touchent le Smig, même les pommes de terre commencent à leur échapper! Dans ce contexte, une question s’impose: une société pauvre peut-elle être moderne ?Al. M. Oh pauvre!Mal. Ma bourse va mal! A tel point que même ceux qui s’improvisent gardiens de voitures vous jettent la traditionnelle pièce d’1 dirham en arguant, ironie du sort, que la vie est chère et qu’on doit les augmenter ! PS : j’ai également mal pour euxL.A. Pas un sou!On consomme à l’européenne (et même plus cher) mais on est payé à la marocaine. Les Marocains et surtout ceux qui habitent dans les grandes villes s’endettent de plus en plus.Trop de crédits et pas d’épargne. Le ministre des Finances devra maîtriser l’inflation pour éviter le pire.M. B. Encore pire!Ma bourse se porte de plus en plus mal avec toutes ces hausses de prix. Encore pire avec la rentrée des classes et le mois de Ramadan qui suit. Car on oublie toujours les augmentations de salaires du pauvre petit fonctionnaire, puisque les riches sont à l’abri du besoin. A mon humble avis, d’ici peu, dans notre cher pays il ne subsistera uniquement que deux classes sociales: la classe des riches et celle des pauvres. La classe moyenne aura disparue, vu la disproportion qui existe entre la hausse des prix et les augmentations de salaires. Chouaib Inadéquation Je pense que cette flambée des prix va creuser encore les écarts entre les couches sociales au Maroc. En effet, la majorité des salaries au Maroc ont un revenu inférieur à 3.000 DH. Cette évolution exponentielle des prix va générer une baisse des pouvoirs d’achat et par conséquent on tomberait dans l’inflation. D’où la nécessité de réviser les salaires.Saber


Corbeaux, attention à vos plumes!

Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc