×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2361 Le 14/09/2006 | Partager

Pourquoi les trains sont-ils si souvent en retard

. La souffrance du week-endPrendre la route, c’est s’exposer au total risque d’opérateurs ne comprenant rien au respect de la vie. Prendre l’avion: un rêve pour le moment. Le train: c’est le bus de la faculté aux heures de pointe. Je ne sais pas comment nous voulons que le déplacement des Marocains soit facile.Hafida. ONCF en nette progressionJe fréquentais régulièrement dans les années 70, 80 et 90 le train et plus précisément la ligne Casablanca/Meknès pour rendre visite à mes parents. Après je le faisais en voiture. Cette année, j’avais envie de faire le voyage en train. J’ai été surpris du changement total qui s’est produit en 10 ans. D’abord les compartiments sont propres. Les gens sont devenus conscients. On enlève plus les chaussures dans les voitures. La durée du trajet Casa-Meknès, qui était de 4h50 à 5h, n’est plus que de 3h50. Les gares sont devenues fréquentables, verdure, bancs, cafétérias etc. Je pense sincèrement que l’ONCF a beaucoup fait contrairement à la CTM qui a fait un bond en arrière. Le tarif Casa-Meknès n’est que de 81 DH en 2e classe en train alors que les tombeaux roulants de la CTM sont à 90 DH. Le retard dépasse celui du train. Si on accuse l’ONCF des retards répétés, c ‘est dû comme dans le monde entier, aux incidents (accidents, intempéries, suicide et chez nous le vol des contrepoids et le vandalisme, les inconscients qui lancent des pierres sur le train). A mon avis l’ONCF mérite d ‘être certifié ISO.Amazigh. Privatisons l’ONCF...D’un côté, on entend un grand tapage sur la modernisation, l’acquisition de nouvelles locomotives et autres, de l’autre nous subissons le même calvaire, nous voyageurs. Comme exemple, un ticket 1re classe l’été dernier sur «l’exprès» Rabat-Casa s’avéra de l’arnaque. D’abord un retard de quelques heures, puis un train bondé, ensuite un voyage debout heureusement jusqu’à Rabat seulement. Les pauvres voyageurs qui allaient continuer vers Fès vont en subir plus. Pourtant l’office ne manque ni de cadres ni de moyens. Mais l’ONCF s’est transformé en monopole avec ses patrons, sa paresse, sa propre philosophie, sa politique c’est-à-dire un Etat dans l’Etat. Il ne manque qu’un drapeau frappé d’une locomotive et d’un hymne national ONCF pour glorifier les pharaons de l’ONCF. Donc, il faut commencer par découper l’ONCF en compagnies régionales, mettre en retraite anticipée tous les cadres actuels, ordonner un appel d’offre international et laisser les Chinois, qui s’occupent déjà avec succès de compagnies scélorosées comme l’ONCF en Europe, faire de même au Maroc. Moins cher, plus sûr, plus propre et des horaires suisses. A mon avis il est temps de sacrifier cette grosse, grasse, paresseuse vache(à traire) sacrée qu’est l’ONCF. Les cheminots et autres travailleurs y gagneraient aussi autant que le développement national.D. Z.. L’ONCF maladroitEn effet, il faut attendre d’autres et d’autres désagréments pour voir réagir l’ONCF qui se justifie maladroitement à chaque occasion.Med E. G.. «L’hiouch»D’abord à ceux qui parlent de privatiser l’ONCF. Un élément économique de base, qu’on apprend dans tous les cours de microéconomie, est que de très rares secteurs ne peuvent ou ne doivent pas être privatisés, car nécessitant des investissements énormes, pas toujours réalisables par un opérateur privé (même s’il a les reins solides). Le secteur des chemins de fer en fait partie. A ce titre, nous avons l’exemple des chemins de fer anglais qui ont été privatisés sous Tatcher et qui ont causé des catastrophes des plus meurtrières d’Europe. Outre ce premier élément, il convient d’ajouter que sa mission de «service public» joue aussi: l’exploitation de certaines lignes n’est pas du tout rentable, mais seul l’Etat peut assumer un tel état de fait. Aucun opérateur privé n’aura assez de scrupules pour le faire, guidé qu’il est par la notion de rentabilité économique. Dans le cas du Maroc, de nombreuses lignes ne sont pas très rentables (Oujda par exemple), et sont «compensées» par la vache à lait Casa-Kénitra. Deuxième point: la qualité des services de l’ONCF est bonne, comparativement aux standards européens: les trais sont propres, confortables et assez spacieux. Personnellement, je n’ai jamais eu à souffrir de retards, qui sont, par ailleurs, une chose «qui arrive» partout dans le monde.Troisièmement: l’ONCF a été redressé il y a une petite dizaine d’années, après avoir été siphonné. C’est maintenant une boite qui fait rentrer de l’argent, certes, mais qui investit aussi: gares nouvelles et agréables, passages à niveaux, nouvelles lignes (Taourirte, Tanger Med), rames etc.Enfin: je crois qu’on ne parle pas assez du vandalisme, de ces sauvages, de ces véritables animaux qui saccagent les installations et qui sont responsables de ces mêmes retards décriés partout. On oublie que ce sont ces individus qui balancent des pierres, brisant des vitres et blessant des gens, qui volent les câbles et feux de signalisation (au risque de créer des catastrophes). Malheureusement, au Maroc (voir mon post sur le «marketing des villes»), nous avons une partie de la population mal éduquée (la faute n’en incombe pas seulement à l’Etat, rappelons-le) qui saccage, salit et défigure. Combien d’avenues ou de places n’ont-elles pas été bousillées, de bacs (poubelles) détruits, volés ou incendiés, de feux tricolores cassés, de plaques de signalisation volées, d’abribus saccagés, d’arbustes déracinés, de bancs réduits en pièces, etc. C’est sur cette culture de la violence et de la destruction que nous devons nous questionner.Abdou FA


. Train des pays sous-développésLe train au Maroc comme les autres transports publics exige une nouvelle organisation. Le prix du train est trop élevé au regard des services rendus. Il est impensable pour un pays touristique d’avoir des trains comme ceux qui circulent. Pour juger de l’état d’un train, aller voir ses toilettes, c’est la honte. De plus, le retard c’est monnaie courante. Ce qui est étrange, c’est les trains qui arrivent à l’heure. J’ai failli à deux reprises rater l’avion à l’aéroport Mohammed V à cause des retards des trains.Dans le cas des grands trajets comme Casa-Oujda: c’est infernal (compartiment sale, contrebande, les retards......). En France, le slogan de la SNCF «On va vous faire aimer le train». Au Maroc «On va vous faire détester le train». Par contre, l’ONCF excelle dans les contrôles des billets. Rien que pour le trajet Casa Rabat, il m’est arrivé d’être contrôlé 3 fois.Karim

Baisse de l’IS, bonne ou mauvaise pour la croissance?

. TendanceJe ne pense pas que la baisse de l’IS nuirait à la croissance du pays, du moment que la majorité des sociétés se déclarent déficitaires! Et partant, détruisent de la valeur au lieu d’en créer. Une baisse de l’IS pourrait peut-être inciter les sociétés à inverser cette tendance.K. Az.. Zone franchePeut-être bien que oui, peut-être bien que non.1) L’allègement de l’IS peut nuire à la croissance dans la mesure où celle-ci impacte le budget de l’Etat et fait baisser les recettes. Par conséquent, l’Etat est pénalisé en tant qu’agent économique moteur de l’investissement et donc de la croissance.2) La baisse de l’IS peut au contraire allécher les capitaux étrangers à condition que le capital soit destiné à l’investissement productif à moyen et long termes et non pas à la spéculation.Dans le cas du Maroc, je pense que le problème crucial est celui du comportement de l’administration fiscale qui prime sur le taux en lui-même.Un Maroc pour moitié en zone franche ne me dérange pas. Ce n’est qu’un avis!Abdou de Paris. Explication Concernant le système budgétaire, il est vrai que l’évasion fiscale influence d’une manière claire les rentrées financières de l’Etat.... Je suis tout à fait d’accord avec Abdou de Paris en ce qui concerne sa première explication. Mais pas du tout avec la deuxième explication, tout simplement parce que les investisseurs étrangers bénéficient déjà de beaucoup d’avantages fiscaux... Il faut régler et ajuster les taux pas seulement pour l’IS (35% pour les entreprises, 39,5% pour les banques et compagnies d’assurances) mais pour tous les autres taux appliqués (IS, IR, TVA, ...).Safia S.. Privatisons le fisc!La complexité de nos lois fiscales a fait fuir plus d’un investisseur. Nommons les choses par leurs noms avant de parler du fond. L´investisseur national, MRE ou étranger constatera que la vérité au nord de Casablanca est fausse au Sud de Marrakech. C´est-à-dire chaque province a ses propres interprétations. Passé ce stade (si notre industriel est toujours debout) viendra la localisation de la société/usine. Et en avant les permis de construire et un cahier des charges qui découragerait le Soussi le plus coriace. Le chemin est encore long… Il faut libéraliser le marché financier et fiscal en le rendant indépendant du pouvoir en le privatisant. De cette manière une seule démarche sera nécessaire et le délai ne devrait pas dépasser 3 semaines.Zoubir. ConditionsIl est donc primordial que l’Etat, défenseur de la souveraineté nationale et soucieux des équilibres financiers à travers ses agrégats de la comptabilité nationale, veille sur l’élaboration d’une politique budgétaire qui récompense les preneurs de risque. Il ne faudrait pas s’attendre à ce que les habitants, nationaux ou étrangers soient-ils, viennent éjecter leurs capitaux dans le circuit économique s’ils n’y trouvent pas les souplesses nécessaires. D’ailleurs, avec la mondialisation économique et la globalisation financière, la fluidité des capitaux est une donne qui n’est plus maîtrisée par les Etats-nations. Si nous voulons garder notre tissu d’entreprises et voir s’implanter chez nous des entreprises étrangères, nous devons leur créer les conditions de développement. Parmi ces conditions il y a les avantages fiscaux.(…) Toute diminution des recettes nécessite qu’elle soit comblée par d’autres ressources, sinon, elle servirait automatiquement à creuser le déficit budgétaire et donc à geler la croissance économique. Abdelfettah


. Accord inconstitutionnelC’est inconcevable d’organiser des concours sur la base de compétences, en donnant ensuite la priorité à certaines personnes sur la base de listes préfabriquées! Cet accord enfreint les lois en vigueur concernant les examens et les concours nationales puisqu’il donne la priorité à une toute petite partie des chômeurs au détriment des milliers d’autres. Il est contre le principe constitutionnel de l’égalité des citoyens. Mr Jettou notre «Premier électoraliste» risque une poursuite judiciaire! Dr El M.. Service militaire et patriotismeJe ne suis pas d’accord avec la décision de supprimer le service militaire obligatoire. D’abord parce que cela risque de diminuer l’esprit du patriotisme chez les jeunes Marocains qui n’est pas d’ailleurs au beau fixe ces dernières années. En plus, une crise de confiance entre les citoyens et les militaires risque d’apparaître.Tossetti. Ansar al Mahdi: Mes questions (…) Question: Peut-on qualifier le terrorisme de la grande catastrophe du siècle qui catalyse la désunion des civilisations, donc la dissolution des valeurs humaines, ou justement le contraire, le qualifier de turboréacteur qui déclenche une évolution vers une culture de tolérance et de pluralisme? De facto, il paraît que l’horreur a atteint son paroxysme puisque les nations sont tyrannisées. Il paraît que ce substantif a battu un record étant donné qu’il représente le mot le plus conçu dans les médias du monde tout entier. Ne mérite-t-il pas une explication plus objective, plus analytique et plus tangible alors? Pourquoi persister à généraliser le phénomène? Ne s’agit-il pas toujours dans notre actualité du même symptôme: Le terrorisme des musulmans, des islamistes, des intégristes, des fanatiques, des radicaux, des extrémistes, des qaïdistes etc, nous renseigne-t-on? Nommons-le terrorisme religieux. Une grande clairvoyance est nécessaire. N’y a-t-il vraiment pas d’autres aspects de terrorisme religieux qui menacent de même l’humanité? Le terrorisme est-il un phénomène nouveau-né au Maroc? Notre presse en parle aujourd’hui. A-t-elle enfin eu son droit de liberté totale pour exercer son rôle d’informer loyalement le citoyen? Ce progrès n’incite-t-il pas à féliciter notre ministère de l’Intérieur qui change apparemment de peau pour congédier sa vétuste politique obscure et saluer ainsi l’outil sophistiqué du XXIe siècle: transparence + communication? N’est-ce pas une trace de démocratie, une preuve que notre Maroc se métamorphose? Mettre des centaines de terroristes dans les cellules sans modéliser leur réalité virtuelle et comprendre leur univers est venimeux. Je le dis toujours: la guerre est le dernier moyen qui peut apaiser une situation ou résoudre un problème. La logique nécessite la communication et la diplomatie qui doivent être des démarches à entreprendre avant d’accourir à n’importe quelle offensive.Hasnaa
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc