×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1475 Le 13/03/2003 | Partager

Exceptionnellement et suite aux nombreuses réactions que nous avons reçues sur l'affaire des jeunes artistes accusés de “satanisme”, nous publions la rubrique “Courrier des Lecteurs” sur deux pages. . “Pseudo-satanistes” . Le Maroc est-il un Etat de droit?Suite à un article paru dans votre journal, je voudrai relever une petite confusion dans l'esprit du journaliste qui a pris la peine de l'écrire. Lorsqu'il se questionnait «Le Maroc est-il un Etat de droit?« et répondait: Dans un Etat de droit, la société est régie par les règles et non par les caprices des gouvernants. Une fois posées, les règles sont obligatoires à l'égard de tous. Il en découle un principe fondamental: dans un Etat de droit, tout ce qui n'est pas interdit est permis. Dans ces conditions, nous devons nous poser les questions suivantes: - Est-ce qu'il existe en droit marocain une règle quelconque qui interdise les t-shirts noirs? - Est-ce qu'il existe une règle qui interdit la musique rock? - Est-ce qu'il est interdit d'avoir les cheveux longs? - Est-ce que dans l'ordre juridique marocain, il existe une règle qui interdit de porter des boucles d'oreille?”Et c'est là où la réflexion est fausse. Ce sont les mathématiques qui reposent sur ses principes d'axiomes et de prédicats et en font le raisonnement. Ici, l'auteur de l'article pose des questions dont la réponse est évidente et se félicite par ce fait. Or, je peux vous donner des milliers de prédicats sur lesquels tout le monde sera d'accord.Mais, ça ne répond pas à la question fondamentale qu'est la relation entre un verdict et des constatations relevées sur le terrain. Néanmoins, ce que vous avez avancé est un critère mais ne constitue pas la base. Alors, je vous conseille, monsieur, de retourner aux éléments de droit pour déchiffrer toutes les techniques utilisées pour aboutir à un verdict(…)Younès, ingénieur, Montréal. Et si on censurait pour “satanisme”?J'ai une information très importante pour la justice marocaine: la deuxième chaîne TV marocaine (2M) a émis durant le dernier Ramadan un sketch de Saâd Allah Aziz et Khadija Assad qui, pendant un quart d'heure, étaient habillés avec leur fils en vêtements de hard rockers et portaient des boucles d'oreille. Plus de 35% de foyers marocains ont écouté d'une manière formelle de la musique hard rock. Prière de mettre la deuxième chaîne marocaine en prison, et placer un panneau noir avec une mention en blanc: “Censuré pour satanisme”.Vive le ridicule!Allal B., assureur. Bouleversée… Je suis bouleversée par la condamnation de ces 14 jeunes gens. Je pense à leurs mères, à leurs pères et à leurs familles. Lorsque j'ai lu le texte de Lamrini et celui de son fils, des larmes chaudes et acides ont coulé sur mon visage. La force de l'absurdité de la situation m'a ébranlée (et je ne suis pourtant pas de nature fragile); puis j'ai senti naître une rage sourde et une profonde frustration.J'étudie depuis 3 ans à l'étranger, et à chacune des étapes de ma maturation, je pensais aux moyens de capitaliser mes acquis au Maroc, de mettre à profits mes compétences et ma formation dans mon pays. Je l'aime ce pays. Mais aujourd'hui, le fanatisme religieux et la maladroite comédie politique s'acharnent à le détruire; et quel meilleur moyen que celui de frustrer sa jeunesse, d'anesthésier sa force vive, et ainsi hypothéquer son avenir. Aujourd'hui, je sens une profonde déchirure jusque dans mon âme: en quoi servirais-je mon pays à mon retour s'il s'acharne à me détruire? J'aime mon pays, mais je suis lucide. Je suis jeune, je suis femme, je suis passionnée et je veux tendre vers le meilleur. Aurais-je la force de combattre les ondes négatives une fois rentrée? Quelle cruelle sanction infligée à un pays que de le priver de sa jeunesse ambitieuse? Mais quelle cruauté faite à une population de la maintenir ainsi dans un Etat de non-droit. Imane H. étudiante. IndignéJe tiens tout d'abord à vous remercier et à travers vous remercier Reda Lamrini pour son écrit concernant le scandale (le mot n'est pas assez fort) des jugements infligés aux jeunes musiciens. Nous avons tous des enfants qui vivent leur temps et aiment la vie et la musique et ce qui arrive aujourd'hui, nous fait peur. Hassan J.. Combattre l'obscurantismeBravo pour votre position contre les atteintes aux libertés dans l'affaire du “satanisme”. Non au retour à des pratiques qu'on pensait révolues. Il n'y a pas de place au silence pour combattre les vraies forces de l'obscurantisme. Les vrais satans sont ceux qui empêchent la jeunesse de s'épanouir.Mohammed H., prof de médecine, Faculté de Rabat. Le KO pour satan Dans cette satanée affaire de souffre-douleur, je n'ai toujours pas compris si la religion était ou non concernée.Car enfin, si cette affaire concerne des groupuscules blasphématoires de religion (quelle qu'elle soit), nous sommes en face d'une forme d'extrémisme qui doit être condamnée. Ne pas le faire troublerait l'ordre des pensées religieuses et, comme tout extrémisme, serait amené à déborder vers on ne sait quels excès. Certaines peines prononcées sont lourdes mais concernent des «enfants« qui ont tout de même plus de 30ans!!Eric V.. Merci pour votre éditorial……Qui doit les acculer à prendre leurs responsabilités ou à se conduire encore une fois comme des lâches. Et la majorité de vos confrères? Quel silence éloquent! Il ne faut pas se relâcher. C'est la seule chance de leur venir en aide, de les sauver et de nous sauver”…Un lecteur assidu attentif à vos prises de position.Sijelmassi, docteur. Citoyen révoltéJe ne vous cache pas ma surprise d'apprendre par le biais de votre excellent article que des jeunes Marocains puissent être condamnés de «Satanisme«. On se croirait à lire un vieux livre du moyen âge (...) Je ne suis pas journaliste mais je suis parfaitement consciente de la difficulté de votre métier. Egalement, je comprends que vous puissiez être en prise avec un dilemme pénible entre le devoir d'informer et celui de ne pas être indirectement instrumentalisés.L'attitude que devrait avoir les jeunes est de ne pas créer une onde de choc pour ne pas tomber dans le piège de la provocation. Les jeunes doivent faire confiance à la Justice marocaine, pour qu'elle fasse la lumière de cette sordide affaire et pour tirer au clair cette histoire qui n'a pas de sens juridique.Mohamed B.. Le crime: Vivre sa vieJe suis révoltée, inquiète pour l'avenir d'un pays que je considérais jusqu'à hier mon pays.En lisant la presse ce matin et en consultant certains sites, j'ai été choquée par les propos des intervenants et les titres des peines de 1 mois à 1 an de prison ferme et une amande de 1200DH dans l'affaire de la secte “satanique”. C'est vraiment scandaleux.Je m'adresse à vous jeunes, tolérants, cultivés, civilisés, modernes… Je vous prie d'apporter votre aide à des jeunes dont le seul crime est de vivre leur rêve, plutôt que de rêver leur vie. Hier, l'avenir de quatorze jeunes espoirs a été détruit, puisque seule une journée dans une prison marocaine peut marquer toute l'existence d'un être humain quel que soit son âge. Depuis quand on juge une personne parce qu'elle porte des habits noirs ou boucles ou des bagues ou encore rien du tout.Hier, c'était le film de Nabil Ayouch, aujourd'hui la secte satanique qui vise indirectement les associations culturelles étrangères. Question qui a été posée dernièrement devant le Parlement par un membre du PJD. Ce que nous devons réellement combattre, c'est la corruption, l'analphabétisme, la prostitution, la drogue… la pauvreté.Les vrais problèmes sont:L'enseignement, la santé, l'infrastructure, l'affaire Annajat, le taux d'agression qui s'accroît chaque jour, les élections trafiquées encore une fois de plus, etc.On délaisse tous ces grands problèmes et on s'acharne sur des jeunes, en tuant la liberté et en se cachant derrière l'islam et pourtant, je sais que personne et rien ne peut ébranler la foi musulman, d'une personne croyante et qui a des principes.Au mois de septembre, j'ai été rassurée en lisant une phrase dite par Driss Basri lors d'une interview accordée à un magasine local “… rêve celui qui croit que le Maroc sera un jour un pays pour les intégristes ou les extrémistes”.Aujourd'hui, je dis qu'il n'y a plus aucune sécurité au Maroc et qu'on est sur la voie d'une Algérie à la puissance N et les gens ne parlent que de quitter le pays. Je suis pour l'évolution, l'épanouissement de soi, le développement. Soyons solidaires pour garder espoir et aller de l'avant, pour préserver une image et un acquis qui ont coûté cher aux générations précédentes. Hanane K.. Statut de la femme. Laissez le choix aux concernés Le débat sur le statut de la femme est odieux. Il risque de favoriser le développement de l'intégrisme religieux. Je pense que la femme a plus besoin d'un environnement respectueux que de textes farfelus. Pour la grâce de Dieu, laissez la chariâ de côté et sauvegardez sa pureté. Au besoin, revenez au droit civil et légiférez y comme bon vous semble, notamment en y introduisant un statut civil matrimonial et laissez ainsi le choix aux concernés.C'est par ce moyen que la démocratie et le droit à la différence devront être sauvegardés. Meriem A.. Le 8 mars: Sombre journée pour les femmesIl y a des lueurs d'espoir pour certaines femmes comme les Afghanes ou les Iraniennes et bientôt pour nos Marocaines qui attendent le rapport sur le code de la famille de M'hamed Boucetta. Malheureusement, quelques intervenantes visibles et bruyantes sont en train d'essayer d'exiger l'impossible comme l'abolition de la polygamie, même si Boucetta leur a assuré qu'il va la rendre difficile. Faire de la pression et s'attarder sur des sujets comme celui-ci n'est qu'une perte de temps pour tout le monde et surtout ça peut affecter cette cause qui est celle de nos mères, épouses, soeurs et filles. Et j'aimerais bien voir les forces féminines mettre Boucetta de leurs côtés pour faciliter à ce dernier son travail et de profiter de ses talents de communicateur pour une mise à jour périodique de leurs revendications et de l'ordre dans leurs listes des priorités (surtout ne pas oublier la femme rurale), car les 3 ou 4 mois, hélas, ça passe vite!Hamid C. System Analyst, Florida USA. Divers. Coupe du Monde: Evitons le ratage On dirait que pour le Maroc, le fait de se proposer candidat pour la Coupe du Monde représente maintenant une routine. En effet, il est devenu normal de voir le Maroc se porter candidat (4 candidatures totalement infructueuses) dans cette compétition. Même si je suis conscient du fait que l'Etat pourrait mettre en oeuvre le financement des différents stades pour cette Coupe du Monde, qu'en est-il des autres infrastructures? Je parle notamment des terrains d'entraînements (sans oublier hôtels, hôpitaux, routes, etc). Souvenez-vous du centre d'entraînements des Marocains en France lors de la Coupe du Monde 98: on était dans un château. Au Maroc, les seuls centres considérés comme «capables« de recevoir les équipes sont le centre Moulay Rachid et celui d'Ifrane. Imaginez-vous un peu le programme d'entraînements des 32 équipes: 8h-10h: Allemagne (on leur donne 10 minutes pour évacuer le terrain); 10h30-12h30: le Brésil et ainsi de suite. A moins que le Brésil préfère aller s'entraîner sur la plage, rappelant ainsi à leurs joueurs la plage de Copacabana.Sincèrement, si jamais on organise cette Coupe du Monde, on risque d'être confrontés à une situation que l'on a déjà vécue lors du Tournoi Hassan II en mai 98, quand l'Angleterre a préféré s'installer en Espagne et ne venir au Maroc que lors de ses matchs. Le marketing d'une telle coupe du monde doit commencer dès maintenant. Nous devons éviter le fiasco des années précédentes? Pas de ministère des Sports, pas de stades, pas de terrains d'entraînements? En conclusion, pas de Coupe du Monde? Pour une fois, et en parallèle avec ce mouvement de développement touristique, investissons-nous sérieusement dans une coupe du monde qui ne fera que donner des profits, tant au niveau financier qu'au niveau de l'image de notre pays. Reda L. étudiant management sportif, London Metropolitan University . Votre bac est vieux, repassez-le!J'ai lu avec grand intérêt votre interview avec K. Alioua sur la problématique de la formation. J'ai moi-même un blocage que je n'arrive pas à dénouer depuis plusieurs années. Etant ingénieur de formation , je voudrais compléter ma formation par des études plus approfondies en droit et économie, mais en faisant prévaloir mes connaissances (apprises lors de mes études par le cursus de l'Ecole Hassania des travaux publics et par les séminaires organisés par mon entreprise, l'OCP). Mais toutes les facs que j'ai contactées m'imposent de repasser même le bac et de recommencer dès la première année. Faites le calcul pour que je puisse obtenir un doctorat!!!Je vous prie de bien transmettre cette question à K. AliouaMohammed A. Z.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc