×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1903 Le 25/11/2004 | Partager

Pays-Bas, le drame, le débat

■ AbsurdeLa religion est un sujet brûlant qu’il faut éviter de traiter avec mépris et légèreté parce que ça touche ce qui est sacré chez les croyants de cette religion. Il est temps que des lois interdisent l’insulte des religions pour éviter ce genre de dérapage. Toute personne est libre d’être contre l’Islam et de le critiquer mais de manière objective, pas en falsifiant la vérité. Pour dénoncer la violence contre les femmes dans les sociétés musulmanes ce réalisateur a montré des femmes musulmanes qui font la prière toute nues! (…). Certains vont dénoncer le film du réalisateur, d’autres vont montrer ce qui, dans le film, n’est pas correct, d’autres estiment que le réalisateur a dépassé toutes les bornes et passent à l’assassinat. Si personne ne peut être tenu pour responsable de ce que font les membres de sa famille, alors comment tenir un individus pour responsable pour les actes de quelqu’un qui a la même religion, la même nationalité ou autre? (…) Le peuple hollandais a montré une immense défaillance de jugement et de maturité civilisationnelle. Ahmed■ RéputationTout ce que vous dites est juste, mais tout ça ne justifie pas l’assassinat, seule la lâcheté et l’ignorance peuvent le justifier. Les faits sont là et on voit bien que les Marocains sont au devant de la scène internationale en matière de terrorisme et de délinquance. C’est très regrettable et dommage pour la réputation de notre pays.Faycel■ Ce n’est pas de l’Islam!Ce n’est pas l’Islam qui pousse ces gens à une machine à tuer! C’est la mentalité «Mind set»! (…) Nous faisons partie de la même famille de Dieu! Alors pourquoi la haine? Il y a beaucoup d’autres moyens pour affronter ceux qui ne nous n’aiment pas, tuer n’en fait point partie! (…) Franchement, c’est à cause de ces malheureux que le Maroc a perdu son image de pays tolèrant (…).M. Ya.■ Ce n’est pas l’Islam, mais….Nous sommes tous d’accord, que ce qui s’est passé, aussi bien aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, en Espagne, ou même au Maroc, n’a rien à voir avec l’Islam. Le problème, et ce n’est pas spécifique à l’Islam, c’est l’instrumentalisation de l’Islam par des groupes fanatisés, qui ont trouvé un écho favorable (en) Arabie Saoudite, Iran… Ils répandent à travers un prosélytisme souterrain, la haine, en tant que non-Musulman, mais aussi du Musulman qui ne veut pas être instrumentalisé par des systèmes théocratiques, érigés en Etats. Dans certaines mosquées, c’est évident: on attise le feu, on jalouse par frustration cet Occident honni, mais dont on aimerait s’accaparer les richesses! Aussi, tant qu’il n’y aura pas une barrière étanche entre la religion, quelle qu’elle soit, et le pouvoir politique et civil, on assistera à des batailles obscurantistes d’un autre âge et à des tueries barbares. Pour finir, je dirais que toutes ces religions qui prônent l’amour, la tolérance, le respect de l’autre, ne sont que des systèmes qui n’ont fait que propager la guerre, l’intolérance, le rejet, l’apartheid, le sexisme et même le racisme! Dimitri■ Démocratie(…) Malheureusement, l’Islam est implanté majoritairement dans des pays qui ne connaissent pas la démocratie et l’Etat de droit, ce qui renforce plus encore l’instrumentalisation de l’Islam par des potentats locaux. L’idéologie (…) qui consistait à dire que, nous , nous sommes des arabo-musulmans, laissant entendre que tous (les autres) ne sont que des mécréants, en est que le résultat d’une politique d’ostracisme (…). C’est de cette logique qu’il faut sortir, si nous voulons vivre en paix. Dimitri (encore!)



La politique, les partis et la loi

■ La politique, c’est finiC’est fini la politique. La beauté et les traces de cette beauté ont disparu. Désormais, nous nous américanisons. Nous allons vers les fameux «deux blocs» qui ne seront ni de droite, ni de gauche; deux blocs qui s’arrachent l’un à l’autre la majorité à coups de dollars et de marchandage. La politique au Maroc se meurt avant même que le peuple marocain ait eu la possibilité de se faire politiser par ses «partis politiques»... les 80% laissés-pour-compte et non l’élite, bien entendu. Au fond, ça ne serait pas une mauvaise idée de changer de cap; peut-être que ça provoquera la renaissance de l’intérêt et de l’enthousiasme populaires.Mrini■Politique? Mumbo jumbo!A mon avis, les partis politiques doivent eux-mêmes mobiliser leurs moyens financiers, car je ne trouve pas logique pour un citoyen d’être taxé au profit d’un parti qui n’est pas le sien! Je dois dire ici qu’une réforme radicale du paysage politique dans notre pays est nécessaire: la majorité du leadership de ces partis est complètement hors de la réalité de notre société, et cela se voit dans leur discours, leurs programmes socioéconomiques, leur proximité avec la population, etc.! Dans leur discours à la télé par exemple, au lieu d’utiliser notre «darija», ils utilisent un arabe qu’Al Mutanabi lui-même n’a jamais utilisé! Ils se donnent à chercher des mots «jargons» comme par exemple (awlama, mechraiya, mesdaqiya, majiya, balkana, cherraka, etc.), comme si le but est de confondre les électeurs! C’est vraiment de la langue «mumbo jumbo» qui veut simplement dire que la personne n’a rien à dire! Franchement, je trouve que notre darija est extrêmement jolie, elle combine l’arabe, berbère, jibliya, français, espagnol, etc. C’est tout simplement notre langue qu’on parle entre nous, et chez nous! Ce n’est pas un crime de parler sa propre langue! Au contraire, c’est un honneur de s’identifier avec sa propre origine, surtout dans le cas d’un peuple très diversifié, et le niveau d’éducation de la majorité des électeurs est très, très bas!Mohamed E. Y.■ L’argentBonjour les amis. Je ne sais pas si vous avez remarqué les débats sur les partis et le projet de loi annoncé à l’ouverture du Parlement. Il n’est question que d’argent, le nerf de la guerre et de la politique. Moi ça me dégoûte, il n’est question que de ça, le flouss, le pezz, les patates…Pas la moindre idée, pas de programme. J.B. Rabat


La CMR, la loi et ma retraite

Après 15 ans de cotisation à la Caisse marocaine de Retraite et, après avoir atteint l’âge de 60 ans, la Caisse refuse de rembourser mes cotisations ou de m’accorder une retraite périodique comme c’est le cas dans tous les autres régimes de retraite marocains. Après maintes interventions au sein des services de cet organisme, la réponse est que «je n’ai aucun droit», je me demande comment un organisme peut vous ignorer complètement alors que vous avez passé la moitié de votre vie active à cotiser dans cet organisme étatique. Quand j’ai atteint l’âge de retraite, je me suis présenté à la CIMR qui m’a accordé une retraite correspondant à la valeur de mes cotisations. La CNSS aussi m’a accordé une pension correspondant aux années de cotisation. Quant à la CMR c’est ni vu ni connu pour la moitié d’une vie active. Si cette réponse est légale, comment peut-on concevoir un organisme étatique qui encaisse les cotisations des adhérents ayant quitté l’administration et les ignore après une certaine durée sous n’importe (…). Sur la base de ces renseignements, je vous demande de bien vouloir enquêter sur ce problème qui touche des fonctionnaires qui ont quitté l’administration au milieu de leur vie active et qui n’ont reçu aucun remboursement et aucune pension.M. El Harrif



TPS et Canalsat: Quand tout est permis!

■ Hémorragie Arrêtez l’hémorragie de tous les piratages, ça porte atteinte à l’économie du pays. A. ■ Quelle économie? De quel pays parles-tu? Et de quelle économie? Au Maroc, à ma connaissance, nous n’avons pas de chaînes cryptées! Bilal ■ Désavantages La guerre des images, la bataille de l’audiovisuel, c’est ça! Certes, il y a beaucoup de choses positives mais, hélas, encore un nombre plus grand de désavantages. Sur l’immédiat, cela peut paraître bénéfique mais en réalité, c’est de la vraie intox par des images venues de partout et surtout mal intentionnées. Combien de chaînes télévisées se préoccupent du culturel? Il n’y en a pas beaucoup. Si ce n’est que pour la pornographie, alors ce n’est pas la peine, il n’y a pas que ça sur terre. Kaf ■ Fracture J’avoue que je suis allé plus d’une fois à la souika de Rabat pour charger la carte piratée de mon récepteur numérique. Ecoutez, tant qu’on n’a pas trouvé le moyen de venir à bout de cette fracture numérique mondiale, qui veut que des privilégiés accèdent aux moyens et à la technologie de l’information, alors que la majorité doit seulement en entendre parler, il y aura toujours pour les chiens écrasés de ce monde un moyen pour voler quelques miettes aux riches. D’ailleurs, une carte piratée ça ne dure pas plus d’un mois. Il faut trouver le moyen de démocratiser l’accès à l’information et au divertissement. Sinon, il y aura toujours du piratage. Rachid ■ Piratage? Mais pourquoi l’appelons-nous piratage? Piratage doit en principe s’accompagner de termes tels que: interdit, cachette, répression, etc. ce qui n’est pas le cas chez nous. Partout dans les grandes villes du Maroc, vous pouvez copier, enregistrer, fabriquer, vendre, acheter, etc. en plein jour et en plein public. C’est l’histoire des cigarettes américaines dites de contrebande et vendues en pleins centres de toutes les villes du Maroc; même que ça gêne la circulation, dans quelques carrefours, tout comme, d’ailleurs, les vendeurs du «piraté» gênent la circulation du piéton sur les trottoirs loués aux responsables municipaux. Alors!!! Piratage? Contrebande? Mrini ■ Introspection Enfin, TPS a peut être trouvé un moyen d’enrayer ce fléau qu’est le piratage. Ah si cela était aussi simple pour la corruption ou contrebande. Nous, Marocains, ne cessons de réclamer, des droits, mais sommes totalement insouciants de nos devoirs civiques et moraux. Notre «rapacité» explique largement nos problèmes sociaux, économiques et juridiques. Notre société a besoin d’une sérieuse introspection. Il n’y a pas d’excuses à nos manquements car le cercle vicieux existe et il n’y a que nous pour l’enrayer. Yous ■ Piratage et piratage A mon avis, il y a piratage et piratage. Si le piratage touche directement des oeuvres intellectuelles ou de recherche, ou bien si le piratage porte sur des domaines comportant des risques graves (médicaments, armes...) alors, je pense que le piratage doit être banni. En ce qui concerne le piratage des chaînes de TV, il me semble que ce «délit» est moins grave pour deux raisons: - Ceci ne représente aucun danger pour la santé du citoyen ou de la victime - L’argent perdu est récupéré grassement par les sociétés de production à travers la publicité.... Je ne compte pas la valeur de l’impact culturel et politique que cela engendre en faveur du pays émetteur, car, si on y regarde bien, cela augmente la clientèle francophone et contribue même à influencer le mode de vie et de pensée des pays récepteurs et néanmoins pirates. Il ne faut pas oublier que s’il n’y avait pas le piratage, les 3/4 de l’audience disparaîtra. Abdou (Paris)



Le linge au balcon, les eaux sales par la fenêtre…

■ Aspect respectable Enfin une action qui permettra à notre ville de retrouver un aspect respectable dont elle n’aura plus honte. Cependant, il ne faut pas oublier que les citoyens ne sont pas les seuls qui sont à l’origine des ordures dans notre ville. J’espère que dans l’élaboration de ce texte, on tiendra compte, également, des décharges publiques et du processus de collecte. Atik ■ Sensibiliser Cette nouvelle de la ré-interdiction des linges aux fenêtres m’a beaucoup plus. J’espère que cette loi sera vraiment appliquée avec fermeté, sinon ça sert à rien. Il faut passer des messages dans la télé pour que les gens soient sensibilisés. Vous savez que les Marocains ne pourront pas payer des amendes donc cette solution va vraiment diminuer le taux de pollution. Meryam ■ Insalubrité Oui c’est réellement une bonne idée mais, ce qui est étonnant dans toutes les interventions que j’ai pu lire ou entendre, c’est que aujourd’hui tout le monde se félicite de cette initiative. Or comme chacun le sait, avons-nous réellement besoin du Conseil de la ville pour «inventer une loi» sur l’insalubrité publique? Si chacun de nous avait un minimum de sens civique, si chacun de nous balaye devant sa porte sans envoyer ses «déjections» sur le voisin, nous n’en serions certainement pas là. Allons-nous être éternellement pris en charge par des lois de cette nature? Le fait d’initier ce genre de débat et d’initiative, reviendrait à une loi nous obligeant à nous laver. Le problème derrière ce qui se passe ne relève pas uniquement d’une loi ou d’une initiative publique, mais de notre conscience collective à vouloir enfin vivre dans un environnement propre en espérant que nous autres Casablancais une fois devant le fait accomplit n’irons pas jeter nos papiers et canettes dans les villes qui nous accueillent lors de nos vacances. Jalil de Casa ■ Pourvu que ça s’applique... C’est l’une des initiatives qui vont marquer réellement l’image de la ville de Casablanca, mais quelle sera alors la part de responsabilité des ONG de l’environnement ainsi que les associations ou les amicales de quartiers? Et à quand l’application? Aussi: y a-t-il moyen de la voir s’étendre à d’autres villes du Royaume? Bon départ et bonne continuation pourvu que ça dure... Saida ■ Pas logique Je pense que c’est une bonne initiative. Sauf que cela peut être valable pour les gens qui habitent des quartiers résidentiels haut standing là où il y a tout ce qu’il faut, une buanderie par exemple. Mais sinon ce n’est pas logique. Kenza



Privatisation: votre débat

■ Gestion rationnelle Moi je suis pour la privatisation: quand il y a privatisation, il y a gestion rationnelle. Abderrahmane ■ L’économie «.com» C’est trop tôt pour juger de ce deuxième round de vente à Vivendi, mais je crois que la privatisation en général aura des conséquences positives sur la performance de notre économie. Ce qui est encore important dans ce processus de privatisation, c’est qu’il est toujours accompagné d’un changement dans le domaine de gestion et de la mentalité de faire le business du «.com economy» dont nous avons beaucoup besoin. Mohamed E. ■ Déclin Bonjour, moi je ne suis pas d’accord avec vous deux. Je dirai plutôt: quand il y a privatisation, il y a déclin, encore plus quand le principal investisseur ou le principal actionnaire est étranger. Le Maroc a été occupé (…) pendant bon nombre d’années. Ceci dit l’histoire n’a pas vraiment évolué: les puissances européennes ont préservé leurs colonies, sauf qu’au lieu qu’il s’agisse d’une occupation militaire, c’est une occupation “économique et culturelle”. Combien de sociétés ont été rachetées par des entreprises ou des consortiums étrangers (Lydec entre autres), sommes-nous à ce point incapable de gérer et faire fructifier nos propres entreprises. Le Maroc dispose de cadres supérieurs des plus brillants, alors donnons-leur une chance de nous prouver leur savoir-faire et leur patriotisme, si on continue sur cette lignée, tout cet argent issu des privatisations sera rapidement dilapidé, et petit à petit l’économie marocaine creuse sa tombe vers une faillite certaine. Ne vous en faites pas, je ne suis pas contre ces pays là, bien au contraire, je suis juste un jeune cadre de 27 ans qui a envie de se battre et de se sacrifier pour son pays, comme mon grand père s’est sacrifié en résistant contre l’occupation, comme mon père s’est sacrifié en étant parmi les premiers ingénieurs à rentrer au Maroc pour travailler dans la fonction publique. Ces gens nous ont laissé un héritage, j’aimerai en laisser un à mes enfants. Yassine


Le groupe L’Economiste et Assabah remercie bien vivement les centaines d’internautes qui ont envoyé des messages d’encouragement et de félicitations après les distinctions reçues par son photographe Abdelmajid Bziouat et son PDG Abdelmounaïm Dilami
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc