×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1898 Le 17/11/2004 | Partager

Arafat, les hommages et les questions

■ Grande perteC’est une grande perte pour le monde arabe et le monde musulman. C’est une personne qu’on connaît depuis qu’on était des gamins surtout pour ceux qui sont nés dans les années 70. J’espère que les choses iront bien pour le peuple frère palestinien. Leo■ Le temps est venuJe pense qu’avec la mort de Yasser Arafat, un nouveau défi est lancé aux Palestiniens et au monde arabe, autrement dit l’autorité palestinienne va-t-elle pouvoir se restructurer?Youssef■ IndépendanceLa mort de Yasser Arafat, c’est la mort du symbole de la lutte contre l’indépendance. Quelle garantie peut donner le nouveau président palestinien à Israël? Est-ce que c’est à l’encontre du peuple palestinien? C’est ça la grande question à laquelle seul le temps peut répondre.Maroc■ IrremplaçableArafat est irremplaçable, il a du charisme et il est lié à une cause. Mais la question qui se pose: qui peut jouer le rôle d’Arafat, l’homme de négociation et de paix? Seule la personne qui osera relancer le processus de paix pourra le remplacer.S. Nadif■ ScénariosYasser Arafat n’est plus là! Sharon et les terroristes israéliens sont entièrement heureux, parce que celui qui a été toujours un problème et un obstacle pour eux et pour leur façon de faire la paix est décédé. Il n’est plus là, donc ils sont en train d’imaginer des scénarios pour régler le problème avec le peuple palestinien. Le scénario le plus facile pour les Israéliens, c’est un leadership palestinien «capable» de donner au lieu de prendre. Ce leadership existe mais à mon avis c’est difficile d’imaginer que ce leadership peut travailler aisément et loin des lignes rouges de la cause palestinienne. Si la nouvelle autorité décide d’aller vers la paix à l’américaine ou à l’israélienne, elle se trouvera toute seule et dépourvue de toutes les légitimités. La société palestinienne, qu’elle soit sociale ou politique, est très compliquée et la meilleure des choses c’est qu’il y a vraiment une démocratie. Et le défi pour le nouveau leadership est de continuer le chemin de Arafat.A. A.■ Qu’a-t-on enterré?Ce n’est pas seulement Arafat que tous les pays occidentaux et certains pays arabes ont enterré. C’est tout ce qu’il représente. On a enterré son combat, sa hargne, sa résistance, sa patience et son dévouement. On a enterré le symbole qu’il représente aux yeux de tout un peuple. On a enterré le passé et le présent pour construire le futur. Il faudra «enterrer» Sharon et tout ce qu’il symbolise pour commencer réellement à parler de futur.Rachid A.■ Terre, peuple, causeArafat est une terre, un peuple, une cause, qui vit dans un espoir de réaliser l’indépendance, la liberté et la paix des peuples palestino-israéliens. Abou Abbas est le plus coté de tous les intervenants mais ne peut combler le vide de la personne A.R.A.F.A.T (autonomie de la race arabe face aux armées terroristes).Najy■ Il est vivantPaix, liberté, indépendance, dignité... ce sont des valeurs qu’on n’enterre jamais avec nos morts. Quoi qu’ils fassent et quoi qu’ils disent la “Palestine” restera pour l’éternité son pays. Arafat agissait pour une seule cause: la liberté et le bien-être de son peuple. Dans la vie, il faut avoir des personnes comme Y. Arafat, qui ont fait de ces valeurs, les principes de leur vie. Parce que c’est eux qui nous donnent l’espoir de vivre.G. CH■ Cause Arafat est mort. La cause palestinienne est toujours vivante, pour laquelle le peuple palestinien a sacrifié des martyrs de tous les âges et durant plus de 50 ans. Le peuple a des attentes, il faut que l’autorité palestinienne fasse preuve de responsabilité. Il faut faire preuve de persévérance sur des positions que Arafat a toujours défendues: à leur tête, la question du retour des réfugiés. Mais le premier point dans l’agenda du successeur serait: comment désenclaver la population palestinienne à Gaza et en Cisjordanie et surtout comment se débarrasser du «mur sharonier» qui enclave la population palestinienne dans une cage?Ilham G.


L’argent

■ Richesse?Souha Arafat étudie où mettre la richesse de son mari. Nos frères palestiniens sont sans écoles et infrastructures. Les riches de la terre sont-ils islamiques ou communistes?Noureddine, ingénieur■ Commissions occultes Bravo, bravo à www.leconomiste.com pour les questions et les articles publiés. Quant à moi, j’ose dire que cet argent provient pour l’essentiel de «commissions occultes». L’Union européenne doit enquêter sur cette affaire. La banque de France a alerté sur certains transferts (11 millions d’euros) sur les comptes de Madame Arafat. Argent mal acquis ou bien acquis, selon la loi française, c’est Mme Arafat qui héritera de ce magot. C’est de l’aide humanitaire enlevée de la bouche des réfugiés! Lamentable.Yassine le MRE■ Attention à ce qu’on dit!Beaucoup d’internautes de «leconomiste.com» sont choqués par les questions d’argent, mais à mon avis, il faut distinguer deux choses: le comportement de Souha Arafat (…) qui est condamnable, l’argent qui est au nom du leader. Jamais Arafat n’a profité à titre personnel de cet argent recueilli auprès des donateurs du monde entier. Je pense qu’il a bien fait de le laisser sur son compte car il fallait le mettre à l’abri des embargos et des gels que les ennemis de la Palestine libre et indépendante voulaient lui infliger.Monaïm F. Bruxelles


Pays-Bas, la violence et la haine

■ Libre de penser?Je vis à Amsterdam depuis 16 ans. Ces jours-ci, on croirait que «the clash of civilisations» (la guerre des religions) a éclaté. Les mosquées, les églises et les écoles brûlent. C’est la panique totale, les gens ont peur et se méfient les uns des autres. Je n’ai jamais cru vivre cette situation à Amsterdam. Une ville où on se sentait libre de penser. Mais cette situation ne date pas de l’assassinat lâche de Van Gogh. Cette situation est le fruit d’une longue histoire d’intolérance et manque de communication des deux côtés (autochtones hollandais et les allochtones (non européens). Les imams qui insultent les chrétiens et les homosexuels, les médias et politiciens qui s’acharnent sur les étrangers et en particulier les musulmans. Dans cette atmosphère malsaine, on a créé des monstres comme l’assassin de Van Gogh et Dieu sait quel monstre va surgir de l’autre côté (autochtone néerlandais). Le seul remède à cette atmosphère de haine des deux côtés est le dialogue intelligent.Mostafa de Hollande■ DrogueLa religion est qualifiée de «drogue des peuples». La question de la religion a joué un grand rôle dans les élections américaines. En effet, les sociétés aussi civilisées soient elles sont influencées par le religieux. Il est vraiment désolant de voir le conflit actuel, christiano-judique contre l’islam, pourtant les trois religions reconnaissent un seul et même Dieu, celui de nous tous. Il est aussi vrai que les deux autres religions font une guerre acharnée à l’islam par peur. Une étude des trois religions et les croyances dans chacune d’elles, montre que seul l’Islam est logique et réaliste. Il y a des chrétiens qui pensent que Sidna Aissa va ressusciter!Moh

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc