×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Coup de pouce aux bijoutiers de Tiznit

Par L'Economiste | Edition N°:2407 Le 23/11/2006 | Partager

. Une expérience pilote lancée pour augmenter les revenus des artisans. Des designers accompagnent le projet. Une première commande passée par une enseigne française La restructuration du secteur de l’artisanat dans la région du Souss est en marche. Adil Douiri, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale a effectué mardi dernier une visite à Tiznit. C’était l’occasion de rencontrer les artisans de la ville. L’objectif aussi était de présenter une collection de modèles innovants de bijoux traditionnels. Conçue à titre gracieux  par le designer Karim Tassi - qui a cédé ses droits à l’Etat marocain-, celle-ci a pour ambition d’adapter la filière au goût du jour des consommateurs. Et notamment des clients à fort pouvoir d’achat.Par ailleurs, pour Douiri, les artisans pourront augmenter les prix de vente de leurs produits et par là booster le secteur. Pour le moment la première commande a été faite par les grands  magasins français, le Printemps, où cette collection est déjà bien mise en avant dans les vitrines de fin d’année. A noter que cette expérience pilote en faveur des artisans de Tiznit - la première du genre dans le Royaume - est assortie d’une formation au profit des bijoutiers de la ville. Le ministère de tutelle prévoit également un suivi étroit de la commercialisation des produits. Pour accompagner le développement du secteur des fabricants de bijoux en argent et éradiquer le fléau de la contrebande au niveau du commerce de la matière première, le gouvernement envisage par ailleurs une baisse des taux de douane. Ces taux devraient passer de 12,5 à 2,5%. En attendant, l’opération de Tiznit est la première d’une série d’actions similaires dans d’autres régions du pays et à auxquelles participent de nombreux designers. De fait, en plus de la bijouterie, cette démarche est en cours de généralisation à d’autres filières, tel le tissage. Ainsi, le prochain produit qui sera au centre d’un programme d’accompagnement est le tapis berbère. L’objectif pour toutes les filières est de moderniser la production et d’améliorer la commercialisation dans les régions productrices d’artisanat. A Tiznit, l’art du bijou en argent réunit plus de 500 artisans et génère actuellement près de 2.000 emplois. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc