×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Coup de maître d'un reporter sur les clandestins

Par L'Economiste | Edition N°:623 Le 25/10/1999 | Partager


· Auparavant abstraits, l'émigration clandestine et ses risques sont entrés dans tous les foyers via 2M
· A ne pas rater: L'enquête a une seconde partie


Au milieu d'un paysage médiatique morne, marqué par l'amateurisme, un reporter de 2M se détache. Le reportage diffusé mercredi soir sur l'émigration clandestine et signé par le journaliste Mohamed Khatam entrera incontestablement dans les annales de la télévision marocaine. L'enquête, menée de main de maître, a créé un choc. Les images sont poignantes. Les téléspectateurs ne sont pas prêts d'oublier le visage de ces jeunes, disposés à défier la mer en colère du Détroit. Ils jouent serré avec la mort. Ils savent que la mer rejette régulièrement des cadavres sur les rivages rocailleux. Le danger qui guette ne dissuade pas ces milliers de candidats à l'émigration clandestine. Ils veulent, avec courage, entreprendre une nouvelle vie. Même l'avènement d'un gouvernement de gauche n'a absolument rien changé à leur quotidien. Les promesses de stopper les navettes des barques de la mort n'ont pas été tenue. Les jeunes désoeuvrés clament: "Nous n'avons rien à perdre".
Ils se sont même laissés filmer à visage découvert, sans complexe et sans peur. L'émigration pour eux n'est pas un délit, car désormais intériorisée comme un acte ordinaire. M. Khatam a réussi à nous restituer ces moments de vérité avec talent. La complicité, avec le cameraman Hamid Habouch et l'assistant Abdelali Lakhniti, ne trompe pas. Les images authentiques ne laissent aucune place à une quelconque reconstitution. L'émigration clandestine était jusque-là abstraite. Avec ce reportage, elle est entrée dans tous les foyers, devenant ainsi une réalité commune et palpable pour tous les Marocains. Ce reportage a une seconde partie qui sera d'ailleurs diffusée prochainement. Cela promet de grands moments de télévision. M. Mohamed Aoujjar, ministre des Droits de l'Homme, interviewé dans son bureau, n'imaginait sans doute pas la poigne qu'allait imprimer M. Khatam à son reportage.
En 52 minutes, cette émission d'investigation a fait plus que n'a réalisé M. Larbi Messari, ministre de la Communication, en 18 mois de règne sur le secteur. Le reportage réconcilie les Marocains avec leur télévision, boudée à cause de la médiocrité de ses programmes. Pourtant, l'Etat met la main à la poche. Le budget annexe de la RTM pour l'exercice en cours s'élève à un peu plus de 534 millions de DH. 2M bénéficie aussi de la taxe sur l'audiovisuel par millions de Dirhams. Les subventions accordées à la télévision et à la radio servent plus à alimenter la propagande.
L'enquête de M. Khatam met la lumière sur un autre aspect méconnu: les compétences dans les médias publics... à condition de leur en donner les moyens.

Mohamed CHAOUI


La presse écrite en grève

Plusieurs journalistes observent aujourd'hui vendredi un arrêt de travail durant toute la journée pour répondre à l'appel du Syndicat National de la Presse Marocaine (SNPM). Ce Syndicat table sur une mobilisation totale au sein de la presse partisane. Selon ce syndicat, les responsables des journaux des partis devront se contenter des dépêches d'agences et d'articles de "frigo". Certains pensent que les journaux concernés par ce mouvement de protestation seraient indisponibles le lendemain. Selon le syndicat de la presse, l'objectif est d'exercer une première pression sur les pouvoirs publics afin de régler les dossiers prioritaires concernant notamment les promotions internes et la convention collective. Le SNPM compte organiser le 26 octobre une marche devant le Ministère de l'Economie et des Finances. Sont concernées par ce mouvement la RTM, la MAP et le journal Al Anbaâ.

Mohamed DOUYEB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc