×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Coup d’envoi du Festival du théâtre de Chellah

Par L'Economiste | Edition N°:2728 Le 05/03/2008 | Partager

. Il se poursuit jusqu’au 10 mars. Lieux: Théâtre national Mohammed V, salles Bahnini et Mehdi Ben BarkaC’est aujourd’hui que s’ouvre la première édition du Festival du théâtre de Chellah. Les organisateurs ont choisi trois sites phares pour abriter cet événement. Il s’agit du théâtre national Mohammed V ainsi que les salles Bahnini et Mehdi Ben Barka. Cet événement, qui se tient jusqu’au 10 mars, vise à «remettre en valeur ce monument historique », indiquent les organisateurs. Bâtie sur les ruines de l’ancienne cité romaine de Sala Colonia, cette nécropole baptisée «le site le plus romantique du Maroc» par les guides, n’a pas toujours bénéficié de l’engouement qu’elle suscite de nos jours. A l’écart de la ville, ou plutôt hors de l’enceinte almohade, situés au sud le long des marais et du Bou Regreg, les vestiges de cette nécropole mérinide du XIIIe siècle furent pendant longtemps, comme la Tour Hassan, laissés à l’abandon. Cet édifice détruit par le tremblement de terre de 1755 et dépouillé de ses matériaux les plus nobles par les pillards, est ainsi resté à l’état de ruine pendant plusieurs centaines d’années. Le site est désormais classé et protégé par les autorités marocaines, qui en ont saisi tout l’intérêt historique et touristique.La civilisation et la culture marocaines sont les principaux thèmes de cette manifestation. Ce nouveau-né s’ajoute ainsi aux autres manifestations artistiques que connaît la ville dont le festival de jazz au Chellah. Ce festival de théâtre «se veut un espace annuel d’échange entre les dramaturges, les critiques et le public», a indiqué le Syndicat national des professionnels du théâtre, section Rabat.Plusieurs artistes et chercheurs y participeront. Les organisateurs ont concocté un programme diversifié: pièces théâtrales dans deux langues: arabe et amazighe, des tables-rondes, des conférences, des ateliers de formation... Ils promettent un riche débat autour du thème de l’écriture théâtrale. Un sujet d’actualité qui interpelle les professionnels de tout genre théâtral. La réflexion sera faite aussi autour du manque de textes et de techniques d’expression. Au programme également, une rencontre avec le dramaturge Ahmed Taïb Lâalej. Notons que cet événement est organisé en partenariat avec les ministères de la Culture, de la Communication et de l’Education nationale, l’Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle (Isadac) et l’Institut royal de la culture amazighe (Ircam).F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc