×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Côte d’Ivoire: La bataille monte en puissance

    Par L'Economiste | Edition N°:3505 Le 11/04/2011 | Partager
    Le QG de Ouattara attaqué samedi dernier
    Bilan provisoire: 4 morts et 10 blessés

    Les confrontations à Abidjan montent en régime. Le Golf Hôtel d’Abidjan, quartier général d’Alassane Ouattara, a fait l’objet d’une attaque par les pro-Gbagbo. Toutefois, les hommes du président sortant ont vivement démenti ces accusations. Suite à cette attaque, l’on parle d’un bilan provisoire de 4 morts et une dizaine de blessés.
    «Le président Gbagbo appelle à la résistance contre les bombardements et les agissements de l’armée française en Côte d’Ivoire, car en définitive c’est l’armée française qui nous attaque», a par ailleurs indiqué Ahoua Don Mello, porte-parole de Laurent Gbagbo. «Nos troupes sont en train de se reconstituer après avoir subi une attaque barbare des rebelles appuyés par l’ONU et Licorne», a-t-il ajouté.
    Les tirs, menés samedi dernier, sont les premiers visant directement l’hôtel où sont retranchés Ouattara et son gouvernement depuis le début de la crise post-électorale ivoirienne, il y a plus de quatre mois. «Nous sommes attaqués à l’arme lourde et légère. Ca fait trembler les murs, le personnel est en train d’être évacué dans les sous-sols», a déclaré un employé de l’hôtel. De plus, des témoins parlent de de snipers qui tirent des rafales de kalachnikov.
    Les Casques bleus, pour leur part, ont riposté en ciblant l’origine des tirs venant de l’autre côté de la Lagune. «Nous avons volontairement évité la résidence du président Gbagbo», a affirmé un porte-parole.
    Sur le terrain, une accalmie avait prévalu à Abidjan après de violents combats vendredi à la mitrailleuse lourde et à l’arme légère. Des combats qui ont fait rage dans le périmètre qui englobe la résidence de Gbagbo et l’école de gendarmerie. Les troupes de Laurent Gbagbo se battent avec acharnement dans les fiefs qu’elles ont conservés et où elles bénéficient d’une certaine mobilité, selon des témoignages concordants. Les troupes d’Alassane Ouattarra essaient de sécuriser le reste de la capitale économique qui souffre d’une grave situation alimentaire.
    Human Rights Watch, l’organisation de défense des droits de l’homme, a accusé, samedi dernier, les forces pro-Ouattara et les forces pro-Gbagbo d’avoir commis des massacres dans l’Ouest ivoirien. L’organisation affirme détenir de nouvelles preuves de ces atrocités déjà dénoncées par l’ONU et des ONG.
    Concrètement, «les forces loyales à Alassane Ouattara ont tué ou violé des centaines de personnes et brûlé des villages, fin mars, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire», a affirmé HRW dans un rapport publié à New York.

    M.Az avec AFP

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc