×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Coopératives
Un programme de mise à niveau

Par L'Economiste | Edition N°:3371 Le 28/09/2010 | Partager

. Le dispositif Mourafaka démarrera en janvier 2011. 150 unités concernées par le mécanisme d’accompagnementUne nouvelle dynamique pour le mouvement coopératif. Le ministère des Affaires générales et économiques vient de lancer officiellement un nouveau dispositif d’accompagnement au profit des entités nouvellement créées. C’était à l’occasion de la Journée nationale de la coopérative, organisée le 17 septembre à Ouarzazate. «Le programme d’appui post-création, qui doit démarrer en janvier 2011, prévoit un accompagnement de deux ans au profit de 150 coopératives à travers le Royaume, tous secteurs confondus», explique Aziz Ajbilou, chef de la direction des études, de la coopération et de la législation au sein du ministère des Affaires générales et économiques. Un accord a d’ailleurs été signé entre ce département et l’Office de développement de la coopération (ODCO) pour la réalisation d’une expérience pilote d’accompagnement et d’appui aux nouvelles entités. Après cette phase de démarrage, le dispositif devra toucher 500 unités par an.En pratique, le mécanisme d’accompagnement post-création des coopératives comporte un package de cinq activités intégrées. Il s’agit d’abord de procéder au diagnostic stratégique pour identifier les forces, les faiblesses et les besoins de chaque coopérative. Ces besoins peuvent concerner aussi bien la formation des gestionnaires en coaching que le plan de développement de la coopérative. Des éléments qui serviront ensuite pour l’élaboration d’un plan d’action destiné à la pérennisation de l’activité de la coopérative.Le plan d’action prévoit également des formations groupées pour les gestionnaires. Ce dispositif vise à renforcer leurs capacités pour assurer la durabilité des structures. Une condition nécessaire pour la performance économique et sociale de ces entités. Le programme de formation comporte des thématiques telles que la gestion, la comptabilité, l’appui à l’organisation, la gestion des ressources humaines, le marketing, la promotion commerciale… Autre axe destiné aux responsables de coopératives, le coaching individuel. Cet accompagnement consiste à améliorer la gestion au sein de la coopérative via le renforcement des capacités managériales des gestionnaires. In fine, le coaching devrait permettre à ces responsables de prendre les décisions adéquates au moment opportun pour atteindre les objectifs escomptés.Le quatrième pilier de la stratégie d’accompagnement des coopératives prévoit une assistance technique au niveau de la mise en œuvre de plans de développement. Une démarche qui vise à permettre à ce type de structure de s’inscrire dans un processus d’amélioration continu et concerne toutes les actions susceptibles d’améliorer la rentabilité des coopératives. Cet axe prévoit le réajustement des objectifs et le recadrage des moyens mis en place pour les atteindre. L’adaptation du produit par rapport aux exigences du marché, l’accès aux sources de financement, la diversification de l’activité… autant d’éléments du plan d’action. Par ailleurs, et pour plus d’efficience et de convergence, le programme d’appui tiendra compte des différents plans sectoriels tels que Rawaj, Vision 2015 pour l’artisanat, Halieutis, Maroc Vert…La recherche de débouchés constitue le talon d’Achille des coopératives qui éprouvent beaucoup de difficultés à écouler leurs produits. Pour remédier à ce problème, des conventions ont été signées avec des grandes surfaces, consistant à réserver des rayons entiers pour les produits du terroir. En plus de cette mesure, le programme d’accompagnement prévoit aussi des actions de formation en matière de commercialisation. Cet axe vise à améliorer le design, le conditionnement, l’emballage et la communication autour des produits des coopératives dans une approche marketing moderne. «Le programme sera développé en faveur des porteurs de projets économiquement rentables et socialement responsables», déclare Ajbilou. Les bénéficiaires seront donc sélectionnés parmi les personnes qui optent pour un entrepreneuriat collectif, fondé sur les différentes formes de mutualisation et de partage des risques.


Période cruciale

Pour prévenir les défaillances à l’origine de l’échec des coopératives, la stratégie du ministère des Affaires générales et économiques interviendra pendant la période la plus cruciale: le démarrage des activités. «Il s’agit pour nous de mettre en place des conditions favorables à la pérennité des coopératives et par conséquent à la création et au maintien des emplois», ajoute Ajbilou.Le programme vient accompagner la révision de la loi sur les coopératives déjà enclenchée par la tutelle dans le cadre de sa stratégie relative à l’économie sociale. Il vise à renforcer les compétences des responsables de coopératives dans les domaines de la gestion, de la gouvernance, du marketing et de la commercialisation. L’optimisation des procédés de production et l’adoption d’une planification stratégique, ainsi que la valorisation des produits des coopératives font également partie du mécanisme.Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc