×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1928 Le 30/12/2004 | Partager

Editorial: Sortira, sortira pas

LA population légale du Royaume est enfin connue. Elle s’élève à 29.891.708 habitants. Nous sommes presque trente millions de consommateurs. Aucune organisation ne peut prétendre avoir ce nombre d’adhérents. Adhérents dont le mode de vie commence à connaître de véritables changements, dus en partie à l’augmentation du taux d’urbanisation (55,1%).Le Maroc, en matière de droit, a effectué des pas de géant, mais dans le domaine de la protection du consommateur, il fait figure de lilliputien. Aujourd’hui, dans un monde de plus en plus globalisé, le pays ne peut plus être régi par des textes épars et dépassés.A l’instar du citoyen des pays voisins, le consommateur marocain doit être protégé contre les comportements malhonnêtes de certains professionnels. Il a droit à la sécurité, à la connaissance, à la liberté du choix, à l’information, à un environnement sain, aux soins médicaux nécessaires, à être écouté, à la satisfaction de ses besoins élémentaires, au dédommagement aux torts subits, à un bon service… Cet ensemble de droits ne peut pas être atteint sans cadre législatif. Ce dernier fait défaut et relègue par conséquent le Maroc au dernier rang des pays d’Afrique du Nord en matière de protection du consommateur.Face à cela, la Confédération des Associations des Consommateurs Maroc, partenaire du ministère du Commerce et de l’Industrie dans l’élaboration du projet de loi sur la protection du consommateur, sollicite l’intervention du Premier ministre pour accélérer le processus d’adoption d’un texte qui a trop longtemps attendu.Bouazza KHERRATI président de l’[email protected]


Actualité: En attendant,que fait-on des maladies infectieuses?

UN des droits pris en compte par le projet de loi sur la protection des consommateurs est celui de bénéficier d’un environnement sain. Mais cela n’est pas le cas aujourd’hui, le consommateur subissant l’attaque constante de germes divers, de virus et de parasites qui le détruisent à petit feu. Aujourd’hui, la population est en droit d’être informée car elle doit commencer à prendre sa propre santé en main. Et le faible pouvoir d’achat mais aussi et surtout l’analphabétisme exposent à toutes sortes d’abus, de fraudes et de risques, qui plus est sanitaires. La tuberculose et la typhoïde peuvent être contrôlées puis éradiquées. Le tétanos, l’hépatite A, B et C sont également contrôlables de même que la gastro-entérite ou encore les diarrhées infectieuses.Tout le monde le sait pertinemment, toutes ces maladies sont contractées dans un environnement malsain et pollué. La disposition anarchique des déchets liquides et solides, des déchets toxiques, la proximité des décharges publiques, l’absence de mesures concrètes pour contrôler un tel désordre défient le bon sens et l’entendement. Plus que jamais, le Maroc a grandement besoin de ce texte fondateur, qui est à sa cinquième année d’attente au secrétariat général du gouvernement. Et ce, pour mettre en place un véritable cadre juridique qui puisse clairement définir les droits et obligations des uns et des autres. Et pour les ONG, il leur permettra de participer efficacement à l’amélioration de la condition des consommateurs marocains.Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Eco-Info

. Effets nocifs des cigarettesLES effets nocifs de la cigarette sur la santé du consommateur sont indéniables. Cependant, elle continue à conquérir de nouvelles victimes et plus particulièrement les jeunes et les femmes.Les actions des différentes ONG pour la sensibilisation restent limitées et l’Etat tarde à prendre les mesures nécessaires pour prévenir les consommateurs contre les méfaits sanitaires de ce poison. Dans d’autres pays, il est formellement interdit de vendre les cigarettes à des enfants mineurs. Au Maroc, une législation similaire est inexistante.Dans d’autres pays, la loi d’interdiction de fumer dans les endroits publics est assortie de sanctions très sévères. Au Maroc, la loi existe, mais son application fait défaut.Le chômage déguisé maintient et renfloue la vente des cigarettes par l’existence des détaillants. Ce commerce parallèle met ainsi à la portée de tous des cigarettes. Pis encore, ces ventes sont le plus souvent effectuées par des enfants mineurs.Mohammed BENKADDOURprésident de la [email protected]. Publicité mensongèreLA publicité est définie comme étant l’ensemble des techniques utilisées pour acquérir, maintenir et développer une clientèle au profit d’une entreprise ou un groupe d’entreprises. Elle repose sur une politique de la promotion d’une marque et nécessite l’élaboration d’un message publicitaire. Ce dernier vise l’action psychologique et l’action publicitaire proprement dite. L’action psychologique agit sur l’attention du public, éveille son intérêt et déclenche sa décision d’achat.Quant à l’action publicitaire, elle cherche des moyens efficaces pour retenir l’attention du public afin d’éviter la réaction négative due à une publicité envahissante. Les supports publicitaires utilisés sont divers, mais actuellement, la télévision reste parmi les moyens les plus efficaces. Certes, la publicité est un moyen de promotion qu’il faut encourager, mais elle doit être accompagnée d’actualisation des textes relatifs à son application. D’ailleurs, le projet de loi sur la protection du consommateur contre les effets d’une publicité mensongère fait l’objet de tout un chapitre. Un de ses articles stipule: “est interdite toute publicité qui, d’une manière quelconque, y compris sa présentation, induit en erreur ou est susceptible d’induire en erreur les personnes auxquelles elle s’adresse ou qu’elle touche et qui, en raison de son caractère trompeur, est susceptible d’affecter leur comportement de quelque nature qu’il soit”.Mohammed ENNOUALIAMPOC-Ké[email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc