×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1813 Le 16/07/2004 | Partager

Editorial: Le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la fermière

LE commerce du beurre est en pleine croissance au Maroc. A l’origine, les changements des habitudes alimentaires et le développement des unités industrielles, dont le beurre constitue un créneau incontournable dans la production.Le Maroc importe d’importantes quantités pour répondre à ses besoins.De ce fait, avant d’arriver chez le consommateur, le beurre d’importation ou de production locale passe par plusieurs étapes dont certaines peuvent porter préjudice à sa santé.En effet, la vente du beurre en vrac et les conditions de sa détention, de son exposition et de sa vente révèlent actuellement l’existence d’une insuffisance des services de contrôle et une ignorance des textes de loi par les différents intervenants dans le secteur.Pour pallier ces lacunes, les ONG de protection de consommateurs sont appelées à entamer, d’urgence, une large campagne de sensibilisation sur les conditions de conservation et d’exposition des produits laitiers et de leurs dérivés pour protéger le consommateur, à travers la formation des producteurs, distributeurs et vendeurs.Il est évident que cette campagne ne peut réussir qu’à travers une étroite collaboration entre les ONG et les différents départements de l’Etat concernés. Ainsi, le beurre sera pour le consommateur du beurre, pour les professionnels l’argent du beurre et pour les ONG le sourire de la fermière. B. KHERRATI AMPOC-Kénitra [email protected]


Actualités: Ô Ciel, mon bus!

Le transport urbain est une véritable plaie à Kénitra. Les quelque 400.000 habitants de la ville sont encore aujourd’hui à la merci d’une seule société de transport. Les bus rapides à places limitées n’ont de rapide que le nom, la surcharge y est devenue une «habitude normale» et l’usager doit payer les 3 DH exigés et accepter son sort.En un mot, les conditions de transport sont lamentables. Mais pourquoi cette situation? Pourquoi les élus ne mettent-ils pas en place un véritable schéma de transport urbain? Beaucoup d’électeurs estiment avoir été bernés. Les promesses «d’un cadre de vie meilleur» sont finalement tombées à l’eau.Ces électeurs avaient cru que la réforme du système de vote par «liste» impliquerait le parti dans la stratégie de changement… Pure illusion.Les abstentionnistes mécontents étaient sûrs que ni l’ancien système de gouvernance ni le nouveau ne répondent aux besoins quotidiens de la population. Outre le transport, il y a aussi les routes, les services administratifs… bref, ce fameux «cadre de vie» que les citoyens réclament depuis longtemps à leurs élus qui se mettent toujours aux abonnés absents. M. OUHSSINE AMPOC-Kénitra [email protected]


Eco-Info: Le beurre et la loi

. Décret n°2-00-425 du 7 décembre 2000 relatif au contrôle de la production et de la commercialisation du lait et produits laitiers.Titre premier, article premier:- Définition: Le beurre est le produit obtenu exclusivement par barattage soit du lait, de la crème ou de leur mélange, soit du petit-lait séparé du caillé au cours de la fabrication du fromage, soit du liquide riche en graisse retiré de ce petit-lait. Il doit contenir au moins 82% de matière grasse et 18% au maximum de matière non grasse, dont 16% maximum d’eau. Les autres dénominations du beurre doivent répondre aux définitions fixées par le décret n°2-93-179 du 12 décembre 1995 tel qu’il a été complété et modifié.. Norme marocaine NM 08.0.000 relative aux principes généraux d’hygiène alimentaire- Article 10Les laits et les produits laitiers définis ci-dessus doivent être conditionnés et mis en emballage dans les conditions prévues en annexe I.L’emballage doit porter les indications obligatoires suivantes:- la dénomination spécifique du produit,- la raison sociale ou marque,- la date limite de validité exprimée conformément à la réglementation en vigueur,- le taux de matière grasse,- la contenance ou poids net,- la mention «à conserver à…», suivie de la température de conservation fixée par la réglementation en vigueur.. Arrêté du ministre de l’Agriculture et de la Mise en valeur agricole n°2489-96 du 15 mai 1997 relatif aux conditions de production du beurre fermier, de délivrance et de retrait de la patente sanitaire.. Arrêté du ministre de l’Agriculture et de la Mise en valeur agricole n° 99-93 du 15 mars 1996 relatif aux normes microbiologiques, physico-chimiques et de stockage du beurre.-Article 2: Le beurre doit être transporté et stocké dans un emballage d’origine à une température de:- moins 15 °C pour le beurre congelé,- plus 6 °C pour le beurre réfrigéré.- Article 3: (modifié et complété par l’arrêté n° 127.01 du 27 février 2002): outre les dispositions fixées aux articles 1 et 2 susvisés, le beurre d’importation doit répondre aux prescriptions suivantes:- être pasteurisé,- ne doit être rénové ni réfrigéré,- être transporté et stocké à une température minimale de 15 °C au-dessous de zéro.. Arrêté viziriel du 22 novembre 1921, relatif à la vente des beurres, saindoux, huiles et matières grasses alimentaires, tel qu’il a été modifié et complété (12 décembre 1995, 22 novembre 1999).A. BOUKHRISAPCE-Agadir [email protected]


Conseil: Le beurre et les maladies cardio-vasculaires

Les maladies cardio-vasculaires (MCV) sont l’une des premières causes de mortalité au Maroc. Pour cela, il est bon de savoir ce qu’il faut manger pour prévenir les assauts des graisses contre nos vaisseaux. Les graisses saturées n’entraînent pas seulement les MCV, mais augmentent en plus les risques du mauvais cholestérol (LDL-cholestérol).La consommation des aliments qui en contiennent, bien qu’ils jouent un rôle indispensable dans la constitution des membranes nerveuses, doit être limitée. Il s’agit ainsi du beurre et des aliments riches en beurre (gâteaux, biscuits, plats en sauce à base de beurre et tartes salées) et des fromages, dont les Marocains commencent à en devenir de gros consommateurs. Le beurre doit donc être consommé de façon raisonnée et modérée. De plus, favorisez la consommation de fromages blancs, yaourts et lait demi-écrémé pour maintenir les apports nutritifs corrects…M. [email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc