×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1788 Le 11/06/2004 | Partager

Editorial: Environnement, la difficile gestation

LA protection de l’environnement occupe une place importante lors de l’élaboration des stratégies de croissance économique et sociale, à long et moyen termes, de plusieurs pays, notamment ceux en voie de développement. Le Maroc, en tant que tel, connaît, lui aussi, une poussée démographique élevée et des impératifs de croissance économique soutenue. Ce qui engendre une forte pression sur les ressources naturelles et une dégradation multiforme de son environnement. Tous les acteurs socioéconomiques marocains, notamment l’Administration, sont, logiquement, appelés à concevoir et adopter une vision globale, consensuelle et intégrée. La finalité étant de faire de la protection de l’environnement une composante essentielle dans la stratégie de développement socioéconomique.Or, à l’heure actuelle, il semble que nous sommes toujours en période de difficile gestation et le ministère chargé de l’Environnement tarde à mettre au point une stratégie dans le domaine. Alors, l’environnement au Maroc, vers quel avenir?M. BENKADDOURAPCE-Oujda [email protected]


Actualités: Les espaces verts, connais pas!

Actuellement, à Kénitra, une vingtaine de villas démolies et plusieurs lotissements sont en construction. Non comme des résidences particulières mais des immeubles d’au moins 3 étages. Cette opération, ayant trait aux impacts importants sur le développement social, peut réduire le problème de l’habitat. Cependant, les propriétaires se sont lancés eux-mêmes dans la construction et aucune stratégie ou norme d’espace vert ne leur a été imposée. La question qui se pose est celle de savoir comment les services compétents peuvent-ils délivrer des autorisations de construction et des permis d’habiter sans exiger l’implantation d’au moins un arbre par habitation, particulièrement pour celles exposées aux routes principales et secondaires. Un tel comportement peut coûter la santé, voire même la vie à plusieurs innocents (consommateurs) ou à défaut faire vivre le citoyen dans une perpétuelle pollution atmosphérique, identique à celle qui sévit au Caire.Pour rappel, les pays de l’autre rive de la Méditerranée n’autorisent la construction d’un immeuble que s’il est aménagé d’un espace vert, d’un parc pour les enfants et d’un parking. Arriverons-nous un jour à instaurer ces normes chez nous pour le bien-être de tout le monde?M. OUHSSINE AMPOC-Kénitra [email protected]


Conseils: Les six conseils de la CAC-Maroc

LE Maroc, à l’instar d’autres pays méditerranéens, est confronté à des problèmes de développement liés à des conséquences écologiques sérieuses: l’appauvrissement de la couche d’ozone, les changements climatiques, la dégradation des sols, le déboisement.Face à tous ces aléas, tous les acteurs du pays (gouvernement, ministère de l’environnement et ONG) ont pris des mesures institutionnelles en faveur de la protection de l’environnement. Pour sa part, la Confédération des associations des consommateurs a établi les six points suivants: 1- Lutter pour un environnement favorable 2- Une école avec un jardin et des espaces verts3- L’application stricte du code de l’environnement 4- L’adoption d’une stratégie nationale d’éducation environnementale qui prend en compte tous les niveaux d’enseignement 5- S’inspirer des expériences des pays voisins (Espagne)6- Développer ou accélérer les politiques de coopération avec des Institutions internationales telles que l’Unicef et ses partenaires, des organisations non gouvernementales (ONG) et autres associations.La présente contribution tente de faire le point sur l’éducation à l’environnement et à la gestion des ressources selon des actions impliquant le gouvernement, le ministère de l’Environnement, les associations de protection de l’environnement et évidemment la Confédération des associations de protection des consommateurs.B. KHERRATI AMPOC-Kénitra [email protected]


Eco-Info: L’environnement à l’école

L'Association de protection et d’orientation du consommateur (AMPOC) de Kénitra, dans son programme de lutte contre la dégradation de l’environnement, a introduit un volet scolaire dans ses activités. Au cours du mois de mai, elle a couvert deux collèges et deux écoles primaires. Selon les enseignants, les parents d’élèves et les élèves, ces campagnes peuvent contribuer à l’amélioration du cadre de vie et permettre aux élèves d’acquérir une éducation dans le domaine du respect de l’environnement. Les objectifs assignés à cette campagne sont: - Informer et former les jeunes au respect de l’environnement. - Faire prendre conscience de la nécessité de préserver les ressources naturelles. - Amener les élèves à adopter un comportement positif vis-à-vis de l’environnement. Le Programme de formation pour l’environnement est mis en oeuvre depuis le début de l’année scolaire 2003-2004. Il prendra fin à la mi-juillet 2004. Le but visé est d’induire des changements de comportements et de susciter des attitudes favorables à l’environnement auprès des jeunes, de faire acquérir les moyens d’observer, de comprendre et d’analyser l’environnement, les causes et les conséquences de dépôts anarchiques des déchets, leurs liens avec le respect des autres, la santé et le développement dans la perspective de l’amélioration de la qualité de la vie. M. OUHSSINE AMPOC-Kénitra [email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc