×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1783 Le 04/06/2004 | Partager

Editorial: La guerre du chocolat aura-t-elle lieu?

LE marché marocain connaît l’apparition de nouveaux produits de chocolaterie. De fabrication locale ou d’importation, ces produits font rêver plusieurs consommateurs. Mais le chocolat, tellement succulent, semble devenir indigeste pour les professionnels. En effet, le marché national est actuellement visé par les multinationales et l’apparition de nouveaux produits, en plus de ceux issus de la contrebande. Ce qui laisse les producteurs nationaux sceptiques quant à leur avenir. De même, les ONG de protection des consommateurs estiment que ce secteur ne dispose pas de normes nationales, ce qui laisse le consommateur à la merci de toutes les duperies et malversations possibles. Il revient donc à l’Etat, principal protecteur du citoyen, d’intervenir d’urgence par la promulgation de normes, de critères de production et de commercialisation.Le chocolat entre dans plusieurs préparations pâtissières et reste très prisé par nos enfants. Et toute proposition de normes devrait être soumise aux professionnels, aux médecins, aux nutritionnistes, aux vétérinaires et aux chercheurs pour qu’elles soient adaptées au contexte national afin d’éviter l’apparition ou l’aggravation des problèmes sanitaires. En effet, en évitant ou en minimisant l’introduction de certains intrants dans ce produit, nous pouvons clamer le début de la lutte contre l’obésité enfantine et les problèmes liés au cholestérol.Bouazza KHERRATIAMPOC-Ké[email protected]

Actualités: Reconstruction d’El Hoceïma, un signal fort

LE 24 février dernier, la province d’El Hoceïma a été frappée par un violent séisme qui a fait plus de 600 morts et détruit presque entièrement certaines localités. Des initiatives louables de la part de tous les Marocains et le gouvernement ont fait preuve d’une solidarité qui caractérise, d’ailleurs, notre éducation et notre façon d’être. Le gouvernement marocain a alloué une enveloppe de 2,6 milliards de DH pour le programme de réhabilitation, de reconstruction et de développement de la région sinistrée. Cette annonce a été affirmée par le Premier ministre, Driss Jettou, qui a souligné que cette somme a été mise à disposition à travers la mobilisation de crédits exceptionnels de l’Etat, les recettes générées par une vaste campagne de solidarité nationale et les aides accordées par certains pays.La Confédération des Associations des Consommateurs-Maroc qualifie de louable cette volonté de la part du gouvernement, et espère aussi qu’elle soit un levier pour le lancement d’initiatives pour le développement d’autres villes du Maroc.Touria [email protected]


Conseils: Le chocolat, oui mais…

LE salir les mains en cuisine, quel bonheur pour les petits qui débordent d’énergie et d’imagination. Selon des statistiques, 85% des 4-18 ans raffolent du chocolat. Mais ce dernier serait-il source de méfaits pour l’organisme? Le chocolat contient environ 525 kcal pour 100 grammes, ce qui le classe parmi les aliments riches. Une surconsommation peut stimuler fortement la sécrétion de la bile et les contractions de la vésicule biliaire. Ensuite, le travail du foie sera plus important qu’à l’accoutumée et une douleur sous la côte droite apparaîtra, signe de contraction du foie. Dans la majorité des cas, la crise de foie est le résultat d’excès alimentaire. Parallèlement, le chocolat a longtemps été déconseillé aux adolescents ayant des problèmes d’acné. Evidemment, il faut éviter de consommer du chocolat au cours d’un régime amaigrissant, sinon l’augmentation pondérale (grossir) est inévitable.Par ailleurs, une consommation raisonnée de certains types de chocolats est recommandée vu sa richesse en éléments nutritifs essentiellement le chrome, le fer, le magnésium, le phosphore et le potassium. Ils sont riches en protéines végétales, en fibres et en vitamines E et ils contiennent des substances toniques qui maintiennent en forme.Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Eco-Info: Le chocolat et la loi…

Selon l’arrêté du 15 mars 1927 portant réglementation du commerce des cacaos et chocolats (BO n°758 du 3 mai 1927; p. 927), dans son article 5, les dénominations «chocolat, cacao sucré» sont réservées aux produits obtenus par le mélange de sucre et de pâte de cacao ou de poudre de cacao dans une proportion où 100 g du produit contiennent au moins 32 g de pâte ou de poudre de cacao (…). Pour sa part, l’article 8 de cet arrêté stipule que l’addition de matières comestibles (sucrées, grasses ou féculentes) aux chocolats est autorisée, à condition que la dénomination soit suivie d’une mention indiquant la nature et la quantité des matières ajoutées, par exemple chocolat additionné de 15% de miel, chocolat amylacé à 10% de fécule de pomme de terre et 5% de matière grasse étrangère, chocolat à l’arachide (12%).A la lecture de cet arrêté, bien que dépassé, il est constaté, avec amertume, son inapplication pour certains produits.Abderahmane SABBAR AMPOC-Ké[email protected]. … Et les contrôlesComment s’effectue le contrôle des chocolats et des produits chocolatiers? Le chocolat est un produit d’origine végétale auquel s’ajoutent plusieurs ingrédients de différentes origines. Légalement, les services de la répression des fraudes qui relèvent du ministère de l’Agriculture n’interviennent que sur le produit fini pour déceler les dols. Ceux des services vétérinaires se limitent aux lignes de fabrications qui font adjonction des produits animaux ou d’origine animale. Et pour le reste? Notre question reste posée aux différentes administrations censées protéger le consommateur.Mohamed [email protected] . L’enfant et la protection du consommateurAu cours du mois dernier, une campagne de sensibilisation du jeune consommateur a eu lieu dans différentes écoles primaires et un collège de la ville de Kénitra. L’objet de ce programme a été de sensibiliser les élèves aux problèmes de protection de l’environnement et à ceux liés à la consommation, surtout à la veille de la période estivale où les difficultés ayant trait aux impacts négatifs sur la santé du jeune consommateur se multiplient (intoxications alimentaires, noyades, coups de soleil, etc.). Les élèves de ces établissements ont apprécié les sujets traités et l’initiative des membres de l’Association marocaine de protection et d’orientation des consommateurs de Kénitra.Mohamed EL YACHIOUIAMPOC-Ké[email protected]

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc