×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2255 Le 14/04/2006 | Partager

. EditorialQui est responsable?De nombreuses habitations sont de plus en plus équipées de chauffe-eau à gaz. Certains d’entre eux, ceux n’ayant aucune norme de sécurité, ont entraîné la mort de plusieurs personnes à Marrakech, Fès, Meknès et El Jadida. Depuis l’automne, le nombre de décès déclarés liés aux chauffe-eau à gaz est en augmentation. Cette situation soulève les constatations suivantes:- Les accidents sont dus essentiellement à la qualité de certains produits importés de pays asiatiques. Constat extrait des témoignages de proches des défunts. Les produits écoulés sur le marché marocain semblent ne pas répondre aux normes internationales. A ce niveau, le consommateur s’interroge sur le rôle de la Douane et du ministère du Commerce. En principe, la première ne devra autoriser l’importation de tel appareil qu’après vérification de son efficacité et sécurité. Quant au second, il doit veiller au contrôle de la qualité des produits vendus sur le marché et procéder au retrait des produits non conformes ou à la sécurité incertaine. - Les accidents sont dus au fait que les victimes asphyxiées n’ont pas su utiliser convenablement les chauffe-eau. Face à tout cela, notre association attire l’attention des responsables sur les points suivants:- l’utilisation des chauffe-eau à gaz au Maroc connaît une croissance vertigineuse mais la déclaration des accidents reste encore peu transparente;- la défaillance technique relève de la responsabilité des entreprises d’installation des chauffe-eau dans les appartements. Responsabilité partagée avec la Protection civile. Cette administration (membre fondamental des commissions de rétrocession de permis) doit accomplir son rôle de vérification de l’emplacement et du bon fonctionnement des appareils;- le consommateur marocain (plus de 50% d’analphabètes) est incapable de lire les instructions du fabricant sur un document rédigé en chinois ou en anglais; - l’utilisation de chauffe-eau de deuxième main complique davantage le problème. De telles ventes devront par conséquent être interdites;- les plombiers sont généralement responsables des installations des chauffe-eau. La majorité n’ont subi aucune formation et interviennent dans des procédés techniques pouvant entraîner des décès,La protection du consommateur est un chantier qui doit commencer par la formation, la sensibilisation et la responsabilisation de tous les acteurs de ce secteur. ❏Dr vet. Bouazza KHERRATIAMPOC-Ké[email protected]


. Eco-InfoBonnes pratiques de maintenance des chauffe-eauE chauffe-eau perd ses performances avec le temps et s’encrasse. Pour le maintenir fonctionnel et sûr, un entretien personnel ou faisant appel à un professionnel est indispensable. Si vous décidez de le faire vous-même, il est inutile de tout démonter d’un seul coup. Procédez plutôt par étape, en nettoyant un élément, puis en le remontant avant de passer au suivant. Pour réaliser, il vous faut alors un tournevis, clés plates (selon votre chauffe-eau) et une brosse métallique. • Fermez les robinets de gaz et d’eau. • Démontez l’injecteur de veilleuse. Soufflez simplement dedans pour le déboucher. Remettez-le ensuite en place. • Démontez la veilleuse, nettoyez le filtre et les trous d’aspiration. • Remplacez le clapet et le joint de tête du robinet d’arrivée d’eau. • Nettoyez les ailettes du corps de chauffe avec une brosse métallique souple. • Démontez puis nettoyez les becs du brûleur à l’eau sous pression. • Détartrez le corps de chauffe. N’oubliez pas de rouvrir les robinets de gaz et d’eau. Abdeslam BARRANI - AMPOC - Kénitra - [email protected]

. ConseilsComment installer les chauffe-eau à gaz... OUR un toilettage simple (rinçage au lavabo ou à un évier), un chauffe-eau à gaz d’un débit de 5 litres/minute suffit. A ce niveau, l’évacuation des gaz de combustion n’est pas indispensable, mais une sécurité atmosphérique qui arrêtera l’arrivée du gaz dans le local est obligatoire. Pour la douche et le bain, un débit d’au moins 10 litres/minute est recommandé. Les chauffe-eau à gaz brûlent l’oxygène du local où ils sont installés. Pour cela, il faut l’installation d’une grille de 150 cm2 minimum placée en bas de la porte de la salle de bains, pour assurer une bonne arrivée d’air. Les gaz brûlés doivent être évacués vers l’extérieur....et réagir en cas de fuiteE gaz naturel est incolore et inodore. Les sociétés gazières y ajoutent une substance chimique appelée mercaptan. Cette dernière dégage une forte odeur sulfureuse rappelant les «œufs pourris» et permet de détecter les fuites de gaz.A la maison, une légère odeur d’«œufs pourris» pourrait indiquer que le bec brûleur de la cuisinière ou du chauffe-eau est éteint. Si le bec brûleur est éteint, fermez la bonbonne, attendez au moins 10 minutes tout en aérant la pièce, puis rallumez-le. Si vous décelez une forte odeur d’«œufs pourris» dans la maison: - n’allumez pas d’allumette, ne fumez pas, n’utilisez aucun commutateur électrique et ne créez aucune autre source d’inflammation; - ouvrez toutes les fenêtres et portes;- fermez la bonbonne à gaz et quittez les lieux.Les doses élevées de butane ont des effets néfastes sur la santé du consommateur. Elles peuvent engendrer un léger effet anesthésique et/ou un effet asphyxiant par raréfaction de la teneur en oxygène de l’atmosphère. De même, le gaz peut s’accumuler au niveau du sol et dans les points bas en l’absence de ventilation.A fortes concentrations, le gaz peut provoquer chez l’homme un effet narcotique sur le système nerveux central (céphalées, vertiges, somnolence) ou une perte de connaissance par raréfaction de la teneur en oxygène de l’atmosphère. Comment réagir par rapport à cela? En cas de fortes inhalations, il faut sortir la personne atteinte à l’air libre et la maintenir au repos. Si la difficulté respiratoire est importante, il faut la transporter d’urgence à l’hôpital, appeler un médecin ou les pompiers pour qu’elle puisse recevoir les soins nécessaires.Mohamed HIRCH - AMPOC-Ké[email protected]
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc