×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2144 Le 03/11/2005 | Partager

Editorial: ConsommActeur

La protection du consommateur est un concept fort ancien. Dans le pays du croissant vert, et bien avant Jésus-Christ, Hammourabi instaurait le premier code sur la protection du consommateur. Puis, le quatrième khalife Omar Ibn Al Khattab, en matérialisa la structure par la nomination d’une femme, Chifaa, comme Mouhtassib de la ville de Médine. Depuis, et jusqu’au siècle dernier, la protection du consommateur devint la pierre angulaire de toute politique de développement dans les pays à économie avancée. Au Maroc, l’intention de la mise en place des recommandations des Nations unies en la matière est bien réelle. Elle est même mise en exergue par le ministère du Commerce dans toutes les occasions officielles avec pour cheval de bataille “le projet de loi sur la protection du consommateur”.Cependant, là ou le bât blesse est la non-participation du consommateur dans la prise de décision dans les domaines le concernant. De ce fait, il se trouve marginalisé, ignoré, délaissé et laissé-pour-compte. Cette situation le rend inactif, passible et dépourvu de tout sens de responsabilité en matière de protection contre les dols. Car, l’imprégnation d’une culture d’autodéfense de la part de l’Etat au consommateur est inexistante. Elle est tacitement cédée aux ONG qui ne disposent pas de programme d’emploi et de moyens d’accompagnement. Que faire donc pour que le consommateur devienne le principal acteur du développement, en quelque sorte un “consommActeur” averti? D’abord, la promulgation de la loi de protection du consommateur devient impérative. Ensuite, l’implication des ONG dans les programmes de lutte contre l’analphabétisme en les dotant de moyens nécessaires pour toute intervention dans les programmes de l’Etat et établissement des liaisons entre les ONG et les différents départements ministériels. Enfin, l’incitation du consommateur à prendre sa propre défense.DR Bouazza KHERRATI Président de l’[email protected]


Actualité: Grippe aviaire: Sus aux circuits de volailles informels!

Il est de notoriété publique que le contrôle sanitaire des volailles ne peut pas se limiter uniquement au contrôle sanitaire vétérinaire effectué au niveau des abattoirs agréés. En effet, ce contrôle reste incomplet s’il n’est pas appliqué de l’amont à l’aval de l’ensemble du circuit: de la fourche à la fourchette, et on ne cessera jamais de le répéter.L’ensemble des dispositions à prendre pour la défense du consommateur et du cheptel avicole a été défini dans la charte avicole adoptée par le gouvernement. Cette dernière trace le cadre global dans lequel peuvent opérer les professionnels (producteurs, transporteurs, transformateurs, distributeurs et vendeurs). Cependant, il est intolérable que le consommateur marocain continu à s’approvisionner des ateliers de plumaison et des points de découpe qui ne présentent aucune condition d’hygiène. Cette dangereuse et illégale activité est pratiquée, sous l’œil passif des autorités responsables, dans toutes les villes et villages du pays. Etant donné l’éparpillement de ces ateliers à travers tout le territoire national, l’application des mesures de lutte contre toute épizootie et de surcroît une anthropozoonose comme la grippe aviaire pourrait s’avérer impossible. Donc, il ne faut pas attendre la déclaration de la maladie pour démarrer la lutte, car dans toute bataille, la stratégie repose sur la logistique, les moyens humains et matériel, la maîtrise du terrain et la discipline.Dr Abdelhak BENYAHIA AMPOC-Ké[email protected]


Eco-Info

. Journée nationale de microbiologieL'Association marocaine de microbiologie (AMM) et la Faculté des sciences de Kénitra organisent le 13 décembre 2005 une journée nationale de microbiologie. Le but de la manifestation est de créer une meilleure interaction entre les compétences du monde de la microbiologie à l’échelle nationale.Les intéressés doivent soumettre un résumé en français ou en anglais avant le 15 novembre 2005. Ce dernier doit exposer le but, la méthodologie et les résultats obtenus. Il est préférable de soumettre les résumés par courrier sous forme de fichier attaché à l’adresse électronique suivante: [email protected]. Les agressions biologiques du portable Les ondes pulsées du portable provoquent des agressions biologiques dont les perturbations physiologiques primaires se résument dans:- La perte d’étanchéité de la barrière entre sang et cerveaux, ce qui permet en conséquence le passage de certaines substances toxiques au cerveau;- La diminution de la sécrétion de l’hormone mélatonine régulatrice des rythmes physiologiques primaires (sommeil, blocage du démarrage des processus cancéreux...);- La perturbation des régulations membranaires des cellules notamment celles de la respiration et de la nutrition;- Les dommages génétiques qui se concrétisent par des ruptures de fragments d’ADN;- Les pathologies diverses qui découlent de toutes les perturbations antécédentes et qui se manifestent par des eczémas, des maux de tête, de la baisse de la vue et des perturbations du sommeil.Ennouali MAMPOC- Ké[email protected]


Hôpitaux, la nécessaire transparence

Les membres de la Confédération des Associations des Consommateurs Maroc (CAC-Maroc) ne disposent aujourd’hui d’aucune donnée précise quant à la qualité des soins et des services fournis dans les hôpitaux (opérations, traitements). Aucune donnée objective et scientifique, si ce n’est de l’information glanée ici et là. Une information capitale pour orienter les consommateurs qui doivent choisir un hôpital pour y subir une opération ou y recevoir des soins. Nous dénonçons ce manque de transparence et d’information qui règne dans le secteur et plaidons pour un système de mesure officielle et objective de la qualité des hôpitaux (par exemple taux de mortalité, de maladies nosocomiales, etc.) et pour la publication des résultats. Un rapport et une demande sont actuellement rédigés au sein de la CAC-Maroc et seront transmis aux instances compétentes.M. OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc