×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Conseil des Ministres: Plusieurs textes adoptés

Par L'Economiste | Edition N°:1517 Le 13/05/2003 | Partager

. Il s'agit entre autres de celui concernant le leasing immobilier ou encore le nouveau système d'importation des céréales Un Conseil des Ministres s'est tenu hier lundi à Rabat. Une réunion qui intervient en pleines festivités à l'occasion de la naissance de Moulay Al Hassan. D'ailleurs, les membres du gouvernement devaient transmettre leurs voeux au Souverain. Selon un membre du gouvernement, le Conseil a examiné plusieurs projets de textes qui touchent pratiquement tous les secteurs. Il a planché entre autres sur la question agricole, notamment les prévisions de la campagne, jugée exceptionnelle. Celle-ci battra les records. Une récolte de 90 millions de quintaux est avancée. Cette réalisation se répercutera favorablement sur le taux de croissance. Lequel dépassera largement les 4,5 inscrits dans la Loi de Finances. Fathallah Oualalou s'attend même à une progression de 6,5% grâce à la succession de trois années de croissance. Le taux a fait l'objet de plusieurs révisions. Les bonnes nouvelles avaient commencé à affluer en janvier dernier déjà. A l'époque, Oualalou avait parlé de 5,5% au vu de la pluviométrie abondante. A noter que ce taux a été repris par le FMI dans une note publiée le week-end dernier. . Récolte céréalièreLa direction de la Politique économique générale (DPEG) avait elle aussi annoncé un dépassement des prévisions. Du fait de l'incidence du PIB agricole sur la croissance et le comportement des autres secteurs, les prévisions de la récolte céréalière se traduiront inéluctablement par un dépassement du seuil psychologique des 6%. En plus, la guerre en Irak n'a pas eu un impact négatif en raison de la non-réalisation du scénario de l'enlisement. Mais cette bonne performance n'élude pas la question de fond relative à la place démesurée qu'occupe le PIB agricole. Celui-ci tient toute l'économie en otage. Cela évoque aussi la sécheresse qui est devenue une donnée structurelleLe Conseil des Ministres a également examiné le nouveau système des droits à l'importation pour les céréales. Lequel (wwww.leconomiste.com) prévoit une nouvelle tarification qui entrera en vigueur le 1er juin. Le système introduit une augmentation des droits douaniers pour l'importation du blé tendre, dur, l'orge et le maïs. But: protéger la production nationale et décourager ainsi l'importation. Le nouveau système fonctionne par tranches. Pour le blé tendre, par exemple, les droits de douane s'élèvent à 135% pour la première tranche de 1.000 DH la tonne. Au-delà, le taux sera ramené à 2,5%. Pour le blé dur, les droits de douane sont fixés à 75% pour la tranche de prix de 1.000 DH la tonne et 2,5% au-delà de ce prix. Quant à l'orge et le maïs, la taxation est de 35% pour un prix de 800 DH et 2,5% pour la tranche supérieure à ce prix. Un des projets-phares adoptés est celui du leasing immobilier. Ce texte apporte une solution aux difficultés de financement de l'habitat.Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc