×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Conférence migration
Changer de référents

Par L'Economiste | Edition N°:2315 Le 10/07/2006 | Partager

. Différents niveaux de lecture du milliard débloqué par l’UE Acteur de référence, médiateur tout-terrain et garde-fou discipliné, le Maroc se positionne sur l’échiquier international. En effet, ce n’est plus 440 millions de DHque leMaroc va percevoir de l’Union européenne (UE) mais bien 1 milliard de DH. Autant dire que les membres de l’UE ont frappé un grand coup en annonçant la «bonne» nouvelle, quelque 96 heures avant la tenue de la Conférence euro-africaine sur la migration et le développement (qui débute aujourd’hui à Rabat). Vouloir «exister» politiquement au travers d’un engagement politique a un coût! Surtout lorsqu’il est pris auprès de partenaires comme l’Europe ou les Etats-Unis d’Amérique. Qui plus est pour défendre leurs… contrées menacées par une migration illégale constituée d’hommes et de femmes meurtris par les guerres et rongées par la famine qui tente de fuir pour rejoindre un territoire de paix et de prospérité. «Malheureusement la conjoncture politique et économique est défavorable. On est tenu de réfléchir collectivement et à travailler ensemble. Le tout sécuritaire n’est pas une réponse, toutefois il est nécessaire», précise une source proche du dossier.Contrairement à la grand-messe classique, le choix du thème «Migration et développement» veut créer l’espoir. En effet, l’emploi du terme «développement» tend à penser qu’un monde meilleur est possible demain et que chacun sur terre est convaincu que «la seule race qui existe, c’est l’humanité». Autre lecture, que penser des discours jugés «populistes» par des membres de l’UE, comme celui qui préconise un plan Marshall pour l’Afrique? Du point de vue économique, nul n’est censé ignorer la fracture entre l’UE et les pays du Sud et de l’Est méditerranéen (PSEM). Si la réalité fait froid dans le dos, elle ne doit pas se traduire par une position de «victimiste», très souvent stérile. Il est vrai que le produit intérieur brut (PIB) en Europe constitue 28% du PIB mondial tandis que celui des PSEM représente 1,66%. Que le PIB moyen par habitant au sein de l’UE est de 19.870 dollars (environ 173.100 DH) seulement de 3.279 dollars (environ 28.500 DH) dans les PSEM. Que le taux de chômage comparé est de 8,9% et de 16,1% et que l’inflation moyenne de l’UE est de 2,5% contre 4,9% dans les PSEM. Ce qui en fait une des frontières les plus inégales du monde. «Codéveloppement induit copartenariat. Chaque pays concerné doit s’investir et investir matériellement pour donner forme et vie au codéveloppement», indiquait Tarik Sijilmassi, ambassadeur du Maroc en France, à l’antenne de TV5 Monde.Pour tenter de réduire cette «fracture», les parties ont opté pour un statu quo: le codéveloppement. «L’Afrique est le continent le plus pauvre de la planète. La communauté internationale, et notamment les pays riches et les organisations internationales (ONU, Banque mondiale, Fonds monétaire international) doivent lui accorder la priorité», indique Jawad Kerdoudi, président de l’Institut marocain pour les relations internationales (IMRI). . Pour un codéveloppement responsableAu rayon des réalités, il y a aussi celle que l’Europe est le premier bailleur de fonds de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne, et qu’elle est bien partie pour confirmer son «leadership» pour encore des décennies. L’UE est également le premier partenaire commercial des pays Africains.  En outre, l’idée qui consiste à dire que les pays colonisateurs sont responsables du sous-développement économique et social de l’Afrique permet-elle de faire avancer le débat? «Le continent Europe est moralement responsable du fait des effets de la colonisation», insiste Jawad Kerdoudi. Néanmoins, la décolonisation du Congo (RDC) en 1960, pays qui regorge de richesses naturelles (or, diamants, cuir…), demeure le territoire où les habitants sont les plus pauvres de la planète. En outre, l’argent public «étranger», crée-t-il les conditions favorables pour un développement économique? Les partisans du «oui spontané» doivent être nombreux. Mais là également, la réalité est tout autre. Au Maroc, on ne peut pas dire que c’est grâce à des fonds venus de l’extérieur que le pays arrive peu à peu à sortir la tête de l’eau. Lorsque nous avons décidé de retrousser les manches et de travailler car l’environnement politique s’y prêtait, le contexte socioéconomique s’est amélioré. Même si le chemin est encore long et que rien n’est jamais acquis, le pays est sur les marches de la paix et du progrès. «C’est vrai. De plus, il faut préciser qu’au Maroc, l’élite est relativement divisée sur la question du soutien matériel. D’un côté, vous avez le camp qui est convaincu que l’argent extérieur est l’unique levier de développement. Et de l’autre côté, ceux qui sont persuadés que le Maroc est maître de son destin», indique une source européenne proche du dossier. Celle-ci ajoute que c’est une position qui a vu le jour depuis 2 ans. Si l’Europe a mis la main à la poche, le Maroc, territoire de destination, de transit et d’origine migratoire devra répondre à un double objectif. Primo, sécuriser ses frontières afin qu’elles deviennent infranchissables pour les candidats à la migration illégale. Secundo, que son «modèle politique» puisse être une référence pour les pays du continent africain.


Les pays participants

Afrique:Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Egypte, Gambie, Gabon, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée Equatoriale, Liberia, Libye, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Nigeria, République centrafricaine, République Démocratique du Congo, République du Congo, Sénégal, Sierra Léone, Tchad, Togo et Tunisie.Europe:Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Commission européenne. Rachid HALLAOUY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc