×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Confection : Le belge Robbens développe sa filiale

    Par L'Economiste | Edition N°:133 Le 09/06/1994 | Partager

    Takatex SA, filiale marocaine du groupe belge Robbens, spécialisé dans la confection, s'installe dans ses nouveaux locaux, toujours à Rabat. L'opération d'extension a coûté 7 millions de DH.

    La société Takatex S.A., spécialisée dans la confection de prêt-à-porter sportswear homme, femme et enfant, a déménagé depuis la mi-mai aux N°11 et 12, toujours dans la zone industrielle Takaddoum à Rabat. L'opération de délocalisation de cette filiale du groupe belge Robbens a nécessité un investissement de 7 millions de Dirhams."Ce montant en globe l'acquisition du terrain, les constructions et le prix d'une cinquantaine de machines coupe-fil, automates et semi-automates notamment", affirme M. Germain Degroote, PDG de Robbens. Il explique par ailleurs que cette extension était recherchée depuis la création de Takatex S.A. en 1988. Cependant, il était difficile de trouver un local suffisamment grand à l'époque. Aussi l'entreprise s'est contentée des 1.000m2 carrés couverts sur deux niveaux disponibles au N°50 de la zone industrielle Takkadoum à Rabat.

    Délocalisation

    Dans les nouveaux locaux, l'atelier de confection de Takatex S.A. dispose désormais de 2.000m2 au rez-de-chaussée. Le réfectoire et les sanitaires occupent 590m2. Les bureaux sont installés sur 200m2.

    M. Degroote souligne qu'il reste encore beaucoup de surface disponible. La filiale marocaine, dont le parc machines compte déjà 200 unités, sera appelée à en recevoir d'autres, inutilisées dans les ateliers de confection du groupe en Belgique. Le PDG de Robbens précise que le nombre de machines libres dans les deux ateliers, qui sont en train d'être regroupés en un seul lieu à Audenarde, sont au nombre de 150. Une partie sera transférée à Takatex. L'atelier de Audenarde (Belgique) sera maintenu pour parer aux commandes urgentes ou lorsque le tissu n'arrive pas à temps à Takatex.

    Cette dernière entreprise emploie actuellement un effectif de 168 personnes. Les deux ateliers basés en Belgique n'emploient que 70 personnes. "Ce nombre sera réduit à 50, délocalisation de la production sur le Maroc oblige!", souligne M. Detroote.

    Pourtant, les deux ateliers belges équipés de seulement une trentaine de machines et employant moins de personnel que l'usine marocaine, réalisent actuellement entre 80.000 et 100.000 pièces par an. L'atelier marocain, quant à lui, produit seulement 55.000 pièces dans l'année.

    Selon .M. Degroote, cette situation s'explique essentiellement par le fait que les machines dont sont équipés les ateliers belges demeurent plus performantes. Il cite aussi l'organisation du travail dans la filiale marocaine qui va être améliorée au sein du nouveau siège. Enfin, il avance que les employées marocaines devront être formées à l'utilisation du nouveau matériel plus sophistiqué.

    Réorienté vers le marché local

    A sa naissance, Takatex S.A. comprenait dans son capital social, une participation marocaine de 25%. Début 1992, Robbens rachète ces parts pour devenir actionnaire unique. La totalité de la production de sa filiale marocaine est actuellement réexportée vers la Belgique. Mais M. Degroote projette pour l'avenir (10 ans) de vendre les articles confectionnés par Takatex S.A. sur les marchés marocain et maghrébin.

    En 1993, le chiffre d'affaires de la filiale marocaine a été d'environ 10 millions de DH, précise M. Abdenbi Raziq, comptable à Takatex.

    Ce qui représente 10% du chiffre d'affaires du groupe Robbens qui a atteint 100 millions de DH en 1993.

    Robbens est une entreprise filiale créée en 1946. Elle s'est toujours intéressée à la confection et à la commercialisation de pantalons, shorts, bermudas, vestes sportswear. La majeur partie des productions de ces ateliers est absorbées par le marché belge (55%). Elle exporte 35% de ses produits sur le marché hollandais et 10% sur l'Allemagne.

    N.H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc