×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Compensation
4,8 milliards de DH de surcoût pétrolier

Par L'Economiste | Edition N°:2738 Le 19/03/2008 | Partager

. Les hausses de salaire effectives à partir de 2009 «L’indexation a un impact négatif sur l’économie puisqu’elle crée une situation inflationniste. Tous les pays qui l’ont appliquée le confirment». La phrase dans la bouche de Nizar Baraka, ministre des Affaires économiques et générales, n’est pas de rhétorique. Elle signifie que la flambée des prix pétroliers ne sera pas répercutée sur le consommateur au niveau de la station d’essence ou sur le prix du gaz butane. C’est encore la Caisse de compensation qui sera sollicitée. Le ministre saisit «les mardi de la Primature» pour rappeler le maintien de la Caisse. Le gouvernement réfléchit seulement à la façon de réduire son poids sur le budget et de réorienter son intervention pour mieux cibler les catégories les plus nécessiteuses. Au sujet de la pression sur la Caisse due à la flambée des prix pétroliers, Nizar Baraka s’est voulu rassurant: «La Caisse pourra recourir à des mécanismes pour éviter de tomber dans la situation de cessation de paiement. Le recours aux arriérés en est un exemple». En effet, le gouvernement a souvent fonctionné avec une moyenne de deux mois d’arriérés vis-à-vis des entreprises de produits pétroliers. En fait, pour le budget de la Caisse, la hausse des prix pétroliers se traduit par un surcoût de 4,8 milliards de DH. Compte tenu de la baisse de l’euro par rapport au dollar, l’hypothèse d’un baril à 75 dollars comme prévu dans la loi de Finances correspond en réalité à un baril à 83 dollars. Les estimations du prix d’équilibre sont entre 90 et 94 dollars, d’où un surcoût de 12 dollars, dira le ministre en charge de la Compensation.Sur le chapitre du niveau de vie, le gouvernement est en train d’examiner les possibilités en vue d’améliorer les revenus des fonctionnaires et des salariés en général. «Le smig sera augmenté bien au-delà du taux d’inflation. Mais les hausses seront effectives à partir de 2009. Les annonces se feront avant le 1er mai dans le cadre du dialogue social», dira Baraka. Mais attention, prévient le ministre, «il faut éviter de tomber dans la surenchère politicienne. Nous sommes à un an des élections municipales et au même délai par rapport au renouvellement du tiers de la Chambre des conseillers du Parlement». Il est également revenu sur le prix de l’huile qui a augmenté de 70% au cours de cette dernière période. Pour lui, la hausse s’explique par les importations. «Dans ce secteur, la marge des opérateurs ne dépasse pas 7%», a confié le ministre.M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc