×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Compensation: Les partis politiques s'en mêlent...

Par L'Economiste | Edition N°:460 Le 10/03/1999 | Partager

· Pour l'UC, la décision de Lahlimi de restituer la subvention est une hérésie
· Le Mouvement Populaire considère que la subvention profite aux intermédiaires
· L'Istiqlal est pour l'élargissement du débat

LE débat sur la Compensation est bel et bien ouvert. Après la Fondation Abderrahim Bouabid, c'est au tour du Comité de suivi du projet de développement du secteur privé de s'y intéresser. Ce comité, présidé par M. Saâd Kettani, organise aujourd'hui à Casablanca une journée pour expliquer les mécanismes de la subvention des produits de consommation de base. Il n'est pas le seul, les partis politiques y regardent de près, surtout à la suite de la décision du gouvernement d'obliger les industries consommatrices de sucre granulé à restituer le montant de la subvention. A droite, c'est M. Mohamed Sajid, parlementaire de l'Union Constitutionnelle (UC) et coordinateur de la Commission des Finances, qui monte au créneau. Pour lui, la restitution est une hérésie et les subventions profitent déjà à la grande consommation.
La Compensation est un gros problème qui doit se résoudre dans sa globalité, puisque le fonctionnement des subventions a perdu de vue les objectifs assignés au départ. Il est temps de prendre des décisions. Finie la démagogie, les mesures ne doivent plus être partielles. Selon lui, c'est une mauvaise manière de régler les problèmes de l'ensemble de la filière. Par ailleurs, M. Sajid a regretté l'absence totale du Ministère du Commerce et de l'Industrie dans le règlement de cette question.
Quant à M. Saïd Ameskane, membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire (MP), il a estimé que la Caisse de Compensation est nécessaire pour soutenir les démunis. Mais dans la réalité, précise l'ancien ministre des Transports, les subventions profitent aux intermédiaires qui se sont anormalement enrichis. "Ce serait une erreur, surtout dans les campagnes qui utilisent le pain. Je ne pense pas que c'est une bonne chose de différencier entre le sucre destiné à l'industrie et celui qui va aux consommateurs", dit-il avant d'ajouter que l'ensemble du sucre doit être subventionné en imposant un contrôle beaucoup plus strict.
M. Abbès El Fassi, secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, lui, n'y va pas par quatre chemins. La Caisse de Compensation, dans sa formule actuelle, profite aux nantis.
Pour cela, il est nécessaire de trouver les moyens de la réformer en profondeur. Ainsi, il est plus utile de lancer une grande concertation que de poser un problème sectoriel, débouchant sur une polémique de six mois pour les boissons gazeuses... Cette démarche risque d'induire l'attentisme.

Campagne de communication


Quant à l'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), elle prend le train en marche. M. Abdelkader Bayna, président du groupe parlementaire, l'a montré le week-end dernier à la Fondation Bouabid. C'est une campagne de communication qui est élaborée. Son coup d'envoi sera donné à partir de l'enceinte de la Chambre des Représentants.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc