×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Compensation: Le gouvernement affine sa stratégie

    Par L'Economiste | Edition N°:2819 Le 14/07/2008 | Partager

    . Elle fera l’objet d’un débat national. Les dotations plafonnées à 3% du PIB ?La Caisse de compensation perturbe sérieusement la maîtrise des dépenses de l’Etat. «Hors compensation, la hausse des dépenses courantes ne dépasse pas 2,3%, soit une évolution en phase avec nos prévisions initiales», souligne Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances, lors du point de presse, tenu vendredi dernier à Rabat, pour présenter l’avancement de l’exécution de la loi de Finances 2008. A fin mai 2008, les dépenses de compensation ont atteint 12,5 milliards de DH contre 4,4 milliards à la même période de l’année précédente, soit une évolution de 178%. En dépit de cela, le département de Mezouar assure achever l’exercice 2008 avec un taux de déficit budgétaire de 3% comme prévu par la loi de Finances. Et ce grâce à une amélioration des recettes fiscales, notamment celles de l’impôt sur les sociétés (IS). Pour le ministre, il faut revoir d’urgence les mécanismes de fonctionnement de cette caisse. D’ailleurs, son département peaufine sa stratégie basée sur une vision cohérente qui pourra être réalisable sur un terrain difficile. «La charge de la compensation ne devrait pas dépasser les 3% du PIB», propose le ministre. Pour 2008, on prévoit une charge de compensation de près 36 milliards de DH, soit 5,5% du PIB. En cas de dépassement, le surplus devrait être supporté par les consommateurs. Pour le ministre, «c’est aberrant de continuer à subventionner les prix du carburant en faveur des couches aisées». Mais une telle décision risque d’avoir des répercussions néfastes sur les populations fragiles. Rappelons que l’Etat subventionne le gaz butane à hauteur de 72 DH la bouteille de 12 kg et de 18 DH pour celle de 3 kg. Mais ces mesures ne visent pas uniquement les populations défavorisées mais concernent également les industriels. Pour ces derniers, la Caisse subventionne l’achat du fuel à travers une dotation de 2.116 DH/tonne. . Efficacité énergétique«Avec cette subvention, on cherche à soutenir indirectement la compétitivité de notre tissu industriel, de maîtriser l’inflation et de préserver le pouvoir d’achat de la population», explique le ministre. Ainsi, la révision des mécanismes du fonctionnement de la Caisse de compensation constitue un dossier complexe et il sera difficile d’anticiper les conséquences qui en découlent. Le gouvernement en est fortement conscient. E cela nécessite un débat public que le département de Mezouar envisage d’initier dans les prochaines semaines. Mais régler le problème de la Caisse de compensation reste insuffisant si on ne trouve pas une solution à la problématique de l’énergie d’une manière globale. Cela s’impose pour un pays comme le Maroc non producteur du pétrole. Déjà, le gouvernement a commencé d’initier des réformes pour améliorer et renforcer la capacité de production énergétique du pays. Et ce, via le recours aux énergies renouvelables et le développement de l’efficacité énergétique. Pour réaliser ce chantier ambitieux, le gouvernement a déjà mobilisé un fonds d’un milliard de dollars, soit près de 7,5 milliards de DH.Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc