×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Communales
La feuille de route de l'USFP

Par L'Economiste | Edition N°:1589 Le 28/08/2003 | Partager

. 12.500 candidats usfpéistes sont en lice, soit un taux de couverture national de 65% . 20% seront des femmes. Youssoufi: Le prochain scrutin «un moment fort dans l'histoire du pays»L'USFP a bel et bien démarré sa campagne électorale pour les élections communales prévues pour le 12 septembre prochain. En tout cas, lors d'une conférence de presse tenue hier à Rabat, le parti a annoncé la couleur, déclinant ainsi son plan d'action et dévoilant ses chiffres pour les dépôts de candidatures. Même si les résultats ne sont pas définitifs, ils donnent tout de même une première idée sur la mobilisation du parti.Ainsi, le taux de couverture a atteint 65% du territoire national. Ce sont 12.500 candidats qui seront en lice pour le prochain scrutin. Sur ce total, 20% seront des femmes. Le taux de participation féminine est concentré principalement dans les régions ou le mode de scrutin de liste sera la règle. Mais plus que le nombre, c'est sur la qualité des candidats que l'USFP semble vouloir insister comme l'a laissé entendre Abderrahman Youssoufi, premier secrétaire du parti, présent à cette occasion. Son intervention a été d'ailleurs considérée comme la lettre de cadrage du programme du parti pendant toute la période électorale. Youssoufi a identifié deux missions que les candidats de son parti doivent remplir, après le démarrage officiel de la campagne électorale. La première mission d'ordre politique vise essentiellement «à préserver les acquis sur le plan institutionnel». Pour cela, Youssoufi a interpellé ses troupes en les invitant à convaincre les citoyens de la nécessité de poursuivre la transition démocratique et de prévenir de tous les dangers qui guettent le pays. «Les attentats du 16 mai survenus à Casablanca et le dossier du Sahara font que le Maroc dépasse un contexte sensible qui exige une mobilisation générale, dont l'objectif est de faire regagner la confiance des couches populaires», fait remarquer Youssoufi.La deuxième mission est d'ordre économique. Sur ce registre, il a précisé que le scrutin communal est un moment fort dans l'histoire du pays. Les attributions qui seront accordées aux communes avec l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions de la charte communale exigent une amélioration de la gestion locale des affaires. Les communes doivent jouer un rôle de relais pour le développement économique et social et la promotion de l'investissement régional. Concernant les orientations politiques, stratégiques et l'action du parti, le premier secrétaire a invité ses troupes «à élever le niveau des débats pendant la campagne électorale». Le but étant d'interpeller les citoyens sur les questions qui les concernent directement et redorer l'image du Maroc à l'étranger pour gagner la confiance des partenaires dans ses institutions.Pour sa part, Mohamed Guessous, membre du bureau politique, a abordé, quoique partiellement, le dossier des têtes de liste. Il a estimé qu'aucun problème grave ne s'est posé à ce niveau. «Il s'agit bien d'une concurrence loyale qui existe partout et prouve les modes démocratiques des élections et du choix des candidats têtes de liste dans notre parti», précise-t-il.


Profil des candidats

Le parti de l'USFP a présenté 7 membres de son bureau politique comme des candidats têtes de liste. Ce qui représente 5% de l'effectif élu. Pour Rabat, il s'agit de Abdelkader Baïna à Riad-Agdal, Driss Lachgar (Souissi), Abdelhadi Khaïrat à Yacoub Al Mansour. Pour Marrakech, Abderrafiâ Jouahri. Abdelouahed Radi, l'actuel président de la Chambre des Représentants, sera tête de liste de la commune rurale de K'ssibia se situant dans la région de Gharb. Khalid Alioua se présentera comme tête de liste pour la mairie de Casablanca. Quant à El Arbi Azzoul, il se présentera à Tiznit. Sur le plan des profils des candidats, les responsables affirment que 16% ont moins de 40 ans contre 9% âgés de plus de 60 ans. 86% disposent d'une formation universitaire.Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc