×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Communales: Le PJD sensibilise les jeunes

Par L'Economiste | Edition N°:1478 Le 18/03/2003 | Partager

. Une campagne nationale a été lancée le 14 mars et se poursuivra jusqu'au 13 avrilLe PJD se prépare aux communales. Vendredi dernier, la jeunesse du parti a tenu son premier meeting au complexe Touria Sekkat, à Casablanca. L'opération entre dans le cadre d'une campagne nationale que le parti vient d'initier. Celle-ci est placée sous le signe “la participation: citoyenneté et espoir”. Ce programme de mobilisation en direction des jeunes s'étalera du 14 mars au 13 avril prochain. La salle faisant office de théâtre au complexe a affiché complet. Les trois quarts de l'assistance étaient majoritairement des jeunes. Ceux qui étaient à la recherche de l'islamiste type en étaient pour leurs frais. Aussi bien l'assistance que les militants étaient parés d'un look moderne. L'organisation était également irréprochable. Un principe, tout de même, inviolable: les femmes étaient installées d'un côté, les hommes d'un autre.L'objet de la manifestation était donc de sensibiliser les jeunes aux prochaines communales. Abdelaziz Rebbah, secrétaire général de la Jeunesse du PJD et membre du secrétariat général du parti a été, on ne peut plus clair: “Il y a six millions de jeunes, le PJD s'emploiera activement et sans relâche à les persuader”. Pour ce militant, l'objectif de la campagne en cours n'est pas d'imposer aux jeunes de participer aux élections mais de les sensibiliser aux enjeux que cela représente. “Qu'ils participent ou qu'ils s'abstiennent, ils doivent le faire en connaissance de cause et de chose”, indique Rebbah. L'objectif tracé par le parti est “de pouvoir s'introduire dans chaque foyer”. Les islamistes du PJD restent convaincus que “ les jeunes sont les seuls à pouvoir changer l'état périlleux de nos communes et les pratiques frauduleuses qui y règnent”.Pour sa part, Youness Miftah, membre du bureau central du parti, a mis l'accent sur le devoir des partis politiques à former et à encadrer les jeunes. “Ils doivent assumer pleinement cette responsabilité. Le parti est disposé à coopérer avec toutes les tendances politiques. Là où il y a l'intérêt de la nation, le parti ne peut qu'y être”.


Le PJD n'a rien contre les femmes

Selon un intervenant au nom du PJD, 30% des lauréats des universités sont au chômage. 2% uniquement des inscrits à l'école parviennent au terme de leur cursus tandis que 98% sont exposés à la déperdition scolaire. Parer à cet état de chose exige des jeunes qu'ils font bon usage de leur droit de vote). “Notre but n'est pas seulement de rallier les jeunes à la vision du parti en vue de quelques bulletins de plus mais de les mettre tout droit dans l'exercice de la gestion de la chose publique”, affirme le secrétaire général de la Jeunesse du parti. Pour inciter les jeunes à sympathiser avec le parti, celui-ci a fait les louanges de “sa démocratie interne”. Dans ce cadre, il a même proposé la mise en place d'une commission nationale pour la supervision des congrès des partis politiques. Son objectif est de détecter les violations à la démocratie dans ces formations. Le parti n'a pas manqué aussi de faire l'éloge de sa représentation majoritaire des femmes au Parlement (9 représentantes). Une façon de dire que nous n'avons rien contre la femme: elles sont électrices mais aussi éligibles.A. J.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc