×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Communales-Dernier jour
Laâyoune: Campagne animée par les rivalités tribales

Par L'Economiste | Edition N°:1599 Le 11/09/2003 | Partager

. Au total, 37 listes et 1443 candidats sont en lice. Les meetings se font autour d'un verre de thé C'est la fièvre de la campagne électorale pour les candidats en lice à Laâyoune. C'est du moins ce qu'indiquent certains observateurs de la ville. “Normal, outre l'approche du jour du vote, les élections ici sont empreintes de rivalités tribales et chaque tribu veut s'imposer par rapport aux autres”, explique un habitant de la ville. C'est surtout en fin de journée que les candidats se manifestent dans les quartiers de la cité pour multiplier les contacts directs avec la population. Un opérateur de Laâyoune confie que les plus aisés arrivent en cortège de voitures en scandant des slogans pour attirer l'attention des citoyens. Ainsi chaque soir, une dizaine de meetings est organisée dans des maisons où autour d'un verre de thé, en raison des traditions locales, les candidats conversent et tentent de séduire leur audience. L'avis sur la réaction des électeurs aux discours des candidats diverge. Certains prétendent que les habitants de la ville sont désabusés, en raison des promesses non tenues des élus sortants. D'autres avancent que l'opinion des citoyens diffère suivant les tranches de la population. Par ailleurs, pour ces derniers, le taux de retrait des cartes électorales prouve le grand engouement des Sahraouis à ces élections. “Cette implication que l'on retrouve également au niveau des candidats en lice, parmi lesquels figure l'élite de la ville, a une connotation politique très importante dans cette région”, souligne un notable. “Elle manifeste l'intérêt des populations locales au processus électoral en cours et conforte la légitimité des institutions publiques mises en place”, poursuit-il. A noter que 37 listes dont 12 SAP sont en lice dans la municipalité de Laâyoune. Ce qui totalise 1443 candidats. Le plus grand nombre de femmes, dont le taux de participation est près de 16%, est représenté par une liste SAP. Celle-ci est menée par une parlementaire Gajmoula Ebbi, connue sous l'étiquette MP. Le PRD est le grand absent de ces communales. Selon le responsable de la division des Affaires générales de la province de Laâyoune, la liste présentée par cette formation politique a été rejetée en raison de la présence de candidats figurant dans d'autres listes. La candidature d'une liste SAP a été également refusée pour le même motif. Sur le plan du profil des mandataires des listes, on relève que les fonctionnaires sont en grand nombre (13). Figurent également parmi eux des hommes d'affaires (3), des étudiants (2), des commerçants (9). On note de même que 18 mandataires sur les 37 en lice ont un niveau d'étude supérieur.


Et dans le rural…

Ce sont 191 candidats qui se sont présentés dans les sept communes rurales relevant de la province de Laâyoune. Dans les municipalités de Tarfaya et El Marsa les candidats aux communales sont au nombre de 42 et 52 respectivement. Dans ces zones, où est adopté le scrutin nominal, tous les candidats sont accrédités par un parti politique. Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc