×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Commission des investissements
Des projets approuvés pour 5 milliards de DH

Par L'Economiste | Edition N°:2316 Le 11/07/2006 | Partager

. Une grande partie pour le tourisme à Marrakech . Une station de retraitement des eaux pour les projets ayant un terrain de golf . Feu vert pour le projet de convention de licence fixe avec Méditel LA commission des investissements, réunie hier sous la présidence du Premier ministre, a approuvé plusieurs projets d’investissement de près de 5 milliards de DH pour un effectif de 2.026 emplois à créer. Sur ce total, une grosse partie de ces projets concerne le tourisme à Marrakech. En effet, le montant investi dans ce secteur s’élève à plus de 4 milliards de DH. Rien que le projet les Riads de la palmeraie mobilisera un investissement de 2,7 milliards de DH, générant ainsi 1.000 emplois. Une partie de ce programme sera touristique avec deux hôtels 5 étoiles, une résidence (272 appart-hôtel), un golf et une salle de conférence, d’une capacité de 3.000 personnes. Elle coûtera 1,160 milliard de DH. La deuxième partie sera résidentielle et commerciale avec 240 villas, 628 appartements et un souk. Le coût de l’opération sera de 1,545 milliard de DH. Pour réaliser le projet de JK Hôtel, les promoteurs comptent investir 700 millions de DH et 295 emplois à créer. Pour Idou Hôtel management, le projet de convention avec l’Etat prévoit un investissement de 325 millions de DH (260 emplois). Pour construire le Palais Berbère, il faudra investir 234 millions de DH (205 emplois). Quant au projet d’avenant à la convention signée avec la Palmeraie de Marrakech, il porte sur 130 millions de DH (150 emplois).La commission s’est également penchée sur le secteur des télécoms. Ainsi, le projet de convention avec Méditel pour un investissement de 801 millions de DH a été approuvé. Ce chantier qui permettra la création de 116 emplois vise l’exploitation d’une licence nouvelle génération du fixe pour une durée de 30 ans. Deux autres projets d’avenant sont programmés. L’un concerne Martelli (80 millions de DH) et l’autre Sonasid.Depuis quelque temps, une flambée des investissements dans la ville ocre est incontestable. Pour mieux optimiser et orienter cet engouement sur Marrakech, il est impératif de mettre sur pied une stratégie globale en la matière. L’idée est de faire le point sur la situation actuelle et élaborer un master plan de ce que sera Marrakech en 2020, indique Hassan Bernoussi, directeur des investissements. Si rien n’est fait, la ville sera confrontée à des problèmes d’eau, de circulation, de trafic routier… Pour cela, il est impératif de commander une étude sérieuse à un cabinet international pour mettre en place cette stratégie. Il s’agira aussi de voir quels sont les investissements que l’Etat doit engager pour mieux préparer et accompagner ce mouvement. Pour l’heure, le Premier ministre a décidé d’imposer à tout investisseur ayant un golf ou une autre activité consommant beaucoup d’eau de prévoir de construire sur le site une station de retraitement des eaux. Driss Jettou a également décidé d’étendre les avantages accordés dans le cadre de la commission des investissements aux établissements publics évoluant dans un milieu concurrentiel (l’OCP ou l’ONE pour le volet production par exemple).Il est à rappeler que la commission des investissements traite des projets nationaux et internationaux d’un montant dépassant 200 millions de DH agréés et non encore réalisés. Quant aux montants des investissements directs réalisés, ils sont du ressort de l’Office des changes. Par ailleurs, la réunion de la commission des investissements à aussi été l’occasion de dresser le bilan de l’intervention du Fonds Hassan II pour le développement économique et social. A fin mars dernier, le fonds a appuyé 118 projets pour un investissement de près de 6,3 milliards de DH. C’est le secteur du textile qui vient en tête avec 4 milliards de DH, suivi par la sous-traitance automobile, électronique et aéronautique. Cependant, l’engagement du fonds en faveur de ces projets s’élève à 471 millions de DH, ce qui représente 7,5% du montant total à investir. C’est le textile qui en a le plus profité avec 324 millions de DH, soit 68% de la contribution du fonds. Quant aux secteurs de l’électronique et l’aéronautique, ils ont bénéficié respectivement de 5 et 4% de la contribution totale du fonds. Visiblement, l’effet de levier du fonds a bien fonctionné. Cet outil a permis l’implantation au Maroc des marques reconnues sur le plan international. La direction des investissements s’enorgueillit de citer les japonais Yazaki et Sumitomo, les français Safran et Valéo, les américains Polytech et Fruit of The Loom, les espagnols Solano et Tavex, l’italien Legler et l’allemand Volkswagen.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc